Langue française

  • Le nom de la rose

    Umberto Eco

    • Audiolib
    • 25 Janvier 2012

    Au début du XIVe siècle, une abbaye située aux confins de la Provence et de la Ligurie.
    Un lieu voué à la prière et à l'étude avec sa bibliothèque qui fait l'admiration de tout l'Occident chrétien, à l'écart des violences et des luttes de pouvoir qui déchirent les royaumes voisins.
    Jusqu'au jour où un moine est trouvé mort au bas des murailles.
    C'est le début d'une sanglante série que devra élucider Guillaume de Baskerville.
    Fascinant roman policier médiéval, Le Nom de la Rose est aussi la preuve éclatante de la virtuosité intellectuelle d'Umberto Eco.
    Il faut une grande maîtrise pour restituer le foisonnement des tons et des rythmes qui donne au roman d'Umberto Eco toute sa séduction : c'est cette performance que réussit l'interprétation de François d'Aubigny.

  • « Je crois possible d'établir une liste de caractéristiques typiques de ce que j'appelle l'Ur-fascisme, c'est-à-dire le fascisme primitif et éternel.
    L'Ur-fascisme est toujours autour de nous, parfois en civil.
    Ce serait tellement plus confortable si quelqu'un s'avançait sur la scène du monde pour dire « Je veux rouvrir Auschwitz... » Hélas, la vie n'est pas aussi simple.
    L'Ur fascisme est susceptible de revenir sous les apparences les plus innocentes.
    Notre devoir est de le démasquer, de montrer du doigt chacune de ses nouvelles formes - chaque jour, dans chaque partie du monde. » Umberto Eco L'auteur mêle ici souvenirs personnels de sa jeunesse sous le fascisme et analyse structurelle des 14 archétypes du fascisme primitif et éternel qui sont :
    Le culte de la tradition / le refus du modernisme / le culte de l'action pour l'action / l'incapacité à accepter la critique / l'exploitation de la peur de la différence / l'appel aux classes moyennes frustrées et défavorisées / l'obsession du complot, si possible international / l'obsession de la richesse ostentatoire et de la force de l'ennemi / la vision du pacifisme comme collusion avec l'ennemi / le mépris pour les faibles / le culte de l'héroïsme étroitement lié au culte de la mort / le machisme / le populisme qualitatif consistant à remettre en cause la légitimité du parlement / l'utilisation d'une novlangue.

    EN LIBRAIRIE LE 19 AVRIL

  • Après À reculons comme une écrevisse et Comment voyager avec un saumon, voici la dernière anthologie conçue et retravaillée par Umberto Eco de son vivant, à partir de ses chroniques parues dans L'Espresso entre 2000 et 2015. Nous y retrouvons son gai savoir, son esprit et son humour. Il y interroge avec malice les visages les plus familiers de nos temps modernes : la mascarade des politiques, la dérive sensationnaliste des médias, la tyrannie du spectacle de soi, les appendices techniques dont nous sommes devenus les esclaves consentants, les ravages du complotisme et du conspirationnisme, l'avachissement de la civilité, le triomphe de la bêtise... Ce livre témoigne une nouvelle fois de la justesse de son regard et confirme son talent de visionnaire en nous ouvrant les yeux sur les enjeux sociaux et politiques de demain.Il professore déploie son ironie, son érudition et son goût de l'actualité pour mettre le feu aux idées reçues. C'est décapant.  Le Point.Savoureux. L'Express.

  • Un guide pour accompagner les étudiants en sciences humaines et littérature dans leurs travaux de recherche personnels à travers des conseils de méthode pour chaque étape, de la réflexion à l'écriture, des recommandations pour garder le moral, etc.

  • Numéro zéro

    Umberto Eco

  • Invité pendant plusieurs années à prononcer la conférence inaugurale d'un grand festival culturel italien, Umberto Eco explore et remet en perspective les richesses de la culture occidentale. Comme chacun sait, son érudition et son sens de l'observation ont fait d'Umberto Eco l'un des plus grands penseurs européens de notre temps. Il revient ici sur ses thèmes de prédilection  : les origines de notre civilisation, les évolutions des canons de beauté, les différentes formes de l'expression artistique, la falsification de l'Histoire et l'obsession du complot, mêlant avec habileté philosophie, littérature, histoire de l'art et culture populaire.
    Enrichi des images choisies par l'auteur pour illustrer son propos, Sur les épaules des géants est la quintessence de l'univers d'Umberto Eco. Souvent drôle, parfois ironique, tour à tour ludique et tranchant, l'ouvrage rassemble les douze conférences données par le professeur lors de la Milanesiana entre 2001 et 2015.
    La pensée visionnaire d'Umberto Eco paraît plus que jamais nécessaire pour tous les lecteurs qui, tels des nains juchés sur les épaules de géants, chercheraient à comprendre le monde contemporain.


    Traduit de l'italien par Myriem Bouzaher

  • Charmeur, coquin, roublard et fieffé menteur, Baudolino, après une rencontre dont le récit restera un joyau de la fantaisie d'Umberto Eco, devient l'homme de confiance et le fin conseiller de l'empereur Frédéric Barberousse.
    Toujours il rêve, affabule, et tout ce qu'il imagine finit par produire de l'Histoire. Poussé par Baudolino, l'empereur participe à la troisième croisade, prétexte pour aller remettre au Prêtre Jean, que l'on disait régner dans un lointain et inaccessible Orient, au milieu d'enchantements et de monstres, la plus précieuse des reliques de la chrétienté. Dès lors, l'histoire de Baudolino se déroule en une succession de récits plus ardents les uns que les autres. Pillage de Constantinople ou mort mystérieuse de Frédéric, défilé d'épisodes terrifiants ou rebondissements ludiques, illuminations amoureuses ou règlements de comptes sanglants : c'est une quête totale où l'éclat de rire le dispute sans cesse à l'émotion, le clin d'oeil philosophique ou historique à l'imagination et à l'humour.
    Histoire d'amour, roman d'aventures picaresques, fresque historique, roman policier d'un crime peut-être parfait, roman de vengeance et théâtre d'inventions linguistiques hilarantes, Baudolino, vingt ans après, est un Nom de la rose laïque où l'on se joue à nouveau des fondements du savoir de l'humanité en une joyeuse et paillarde sarabande des corps et des esprits.

  • Umberto Eco
    Pastiches et postiches

    Débusquer les non-dits, les présupposés et les réßexes qui fondent nos usages culturels, nos manières de lire, de créer, de donner sens au monde, sans doute est-ce là une des ambitions majeures de l'écrivain inclassable qu'est Umberto Eco, tour à tour sémiologue (Lector in fabula), essayiste (De Superman au surhomme), romancier au succès international (Le Nom de la rose).
    Les textes recueillis ici, publiés dans diverses revues depuis le début des années 1960, explorent toutes les stratégies de l'ironie et de la distance. Qu'il pastiche avec une affectueuse drôlerie Vladimir Nabokov ou le Nouveau Roman, imagine les déductions d'ethnologues australiens découvrant les indigènes du Milanais, ou fasse commenter en direct par les médias de notre temps la découverte de l'Amérique, il nous convie avec une alliance unique d'érudition, d'esprit critique et de gaieté voltairienne, à une nouvelle lecture des langages et des codes qui sont les nôtres et auxquels nous ne prêtons plus attention, tant ils font partie de notre quotidien.

  • Umberto Eco
    De la littérature

    Nerval, Joyce, Borges, Wilde, Leopardi, Flaubert, Proust, Manzoni et les autres. Quand Eco fait sa littérature, quand il nous livre ses émois d'adolescent, ses curiosités de sémioticien, ses angoisses d'écrivain face à l'inßuence des maîtres, ses admirations d'aficionado
    - bref, son panorama littéraire -, on jubile devant tant d'intelligence du texte et d'amour des mots.
    Et quand, au dernier chapitre, il nous raconte ses premières armes de poète et romancier en herbe, révèle ses superstitions d'auteur, ses attentes ou ses craintes, on a le sentiment de pénétrer dans le jardin secret qu'il avait souvent évoqué sans jamais vraiment nous le dévoiler. Un régal !
    Myriem Bouzaher.

  • Un voyage à travers les mondes imaginaires emblématiques de la littérature et du folklore depuis l'Antiquité

  • UMBERTO ECOART ET BEAUTE DANS L'ESTHETIQUE MEDIEVALESi les cultures ont été une idée du beau et de l'art, rares sont celles qui l'ont théorisée de façon explicite et l'ont considérée globalement, le beau et l'art étant liés, au point de penser en termes d'"esthétique". Ce concept est né en Europe au XVIIIe siècle et l'histoire des idées ne s'est guère intéréssée aux théories du beau et de l'art avant cette période. L'époque médiévale a longtemps été victime de cette erreur. Depuis cinquante ans, les choses ont changé : on a découvert le Moyen Âge, sa richesse, ses fascinantes spéculations sur la beauté, le plaisir esthétique et le goût, le beau naturel ou artistique, les rapports entre l'art et les autres activités humaines.

  • Les textes réunis dans ce livre ont été écrits entre janvier 2000 et fin 2005 : le 11 septembre, la guerre en Afganistan, la guerre en Irak et l´instauration en Italie d´un régime de populisme médiatique... C´est dire si, depuis la fin du dernier millénaire, l´humanité a évolué à reculons d´une manière dramatique. A croire que l'Histoire, épuisée par les bonds qu'elle a accomplis au cours des deux précédents millénaires, s'enroule sur elle-même et marche rapidement du pas de l´écrevisse, à reculons... Ce livre ne propose pas tant de recommencer à aller de l'avant que d'arrêter, au moins un peu, ce mouvement rétrograde : Après la chute du mur de Berlin, il a fallu exhumer les atlas de 1914 pour retrouver les frontières. Après la Guerre Froide, c´est le retour de la Guerre Chaude. Le choc entre Islam et Chrétienté est aujourd´hui pire qu´au temps des Croisades et l´Europe crie à nouveau : « Au secours, Maman, voilà les Turcs ! ». Le fantôme du Péril Jaune est ressuscité. On a rouvert la polémique anti-darwinienne du XIXe siècle. Voici l´antisémitisme qui revient.

  • La réflexion s'organise autour d'une série de concepts classiques que l'on retrouve dans tous les débats sémiotiques : signe, métaphore, symbole, code, signifié, étudiés soit par la philosophie du langage soit par la sémiotique. S'interroger sur les rapports entre sémiotique et philosophie du langage impose avant tout une distinction entre sémiotiques spécifiques et sémiotique générale. Une sémiotique spécifique est une grammaire, c'est-à-dire une série de règles pragmatiques, d'un style particulier de signes. La sémiotique générale est de nature philosophique car elle pose des catégories générales. En remontant aux origines du concept de signe, le propos de ce livre est de dépasser cette alternative. Une sémiotique générale a le devoir d'élaborer des catégories qui lui permettent de voir un seul problème là où les apparences encouragent à en voir plusieurs, irréductibles.
    Cet ouvrage est paru dans la collection " Formes sémiotiques " en 1988.

  • Qui est Yambo ? A l'issue d'un coma, il a tout oublié, sa famille, son métier, son passé, ses amis, son enfance, les femmes qu'il a aimées [...] Comme dans un jeu de piste, la mémoire de Yambo n'est d'abord que le souvenir des choses lues. Ensuite, grâce à une mystérieuse flamme qui le parcourt quand il touche au plus profond de sa vie passée, il retrouve quelques étapes de son itinéraire de jeune garçon à l'époque de Mussolini.
    Un deuxième accident dû à une trop forte émotion le replonge dans le coma. Et là, à l'insu de tous, Yambo se souvient : de son rôle tragique dans la Résistance, de la vengeance mythique de son grand-père adoré, de Gragnola, l'anar diabolique et tendre, et par-dessus tout, de l'inoubliable amour de sa jeunesse, Lila. A travers la recherche de la jeune fille aimée, ce roman restitue par les yeux d'un enfant la chronique familiale et politique des vingt années du fascisme italien. Une fresque intime et historique, pleine de la fureur des livres, des bulles de B.D., de dessins et de photos de revues, de chansons et de musique, comme seul Umberto Eco pouvait nous la peindre, avec sa science joueuse et son humour, ses larmes et ses éclats de rire. Entre l'enfer de l'Histoire, le purgatoire de l'enfance et le paradis de l'amour, jusqu'à la dansante apocalypse finale.
    Jean-Noël Schifano « Un tourbillon d'ironie, de jeu et de provocation. Tendre et émouvant ».
    La Stampa « On entre avec curiosité et amusement dans ce bric-à-brac de la nostalgie, dans cette archéologie des rires et des peurs de l'enfance, dans cette brocante de l'imprimé. » Bernard Pivot, Le Journal du Dimanche

  • A côté de son travail de romancier, Umberto Eco n'a cessé, tout au long de sa carrière d'intellectuel, de se passionner pour l'évolution du monde. Journaliste, conférencier, militant engagé, il observe l'actualité et la commente.


    Dans ces Cinq questions de morale, il aborde cinq thèmes :

    1° Tout d'abord un ensemble sur la guerre rassemblant ses interventions sur la guerre du Golfe et sur celle du Kosovo.

    2° Un ensemble sur le " fascisme " qui lui a été inspiré par l'attentat d'Oklahoma en 1995.

    3° Un ensemble sur la presse qui traite des problèmes de la liberté de critique dans une démocratie.

    4° Un ensemble intitulé " Quand l'autre entre en scène " consacré à la question de l'altérité, donc du racisme, dans le monde.

    5° Et enfin, un ensemble sur " la tolérance et l'intolérance " plus spécialement consacré, dans le cadre de l'Académie Universelle des Cultures, aux grandes questions identitaires qui restent la matrice des affrontements en Europe, au Proche-Orient et en Afrique.


    Sur tous ces sujets Umberto Eco réfléchit en homme libre et le " politiquement correct " n'est pas sa devise. Est-il libéral ? Gauchiste ? Conservateur ? Eco prend plaisir à se situer dans chaque domaine, là où on ne l'attend pas. Pacifiste face aux bellicistes (et inversement), anti-raciste de toujours mais attentif au légitime souci identitaire des groupes ethniques en tant que tels, partisan inconditionnel de la tolérance et de l'éducation, mais toujours à distance de la bonne conscience des nantis, Eco dresse de lui-même, dans ce volume, le portrait d'un franc-tireur qui ne résiste pas au plaisir de penser - et de penser juste. Traduit de l'italien par Myriem Bouzaher

  • Leçon inaugurale au Collège de France le 2 octobre 1992. "L'histoire de la culture européenne est parsemée d'efforts pour retrouver la langue qu'Adam parla avec Dieu. Ou bien on la recherche en arrière, comme Langue Adamique Originelle, fût-elle l'hébreu ou un proto-langage d'où l'hébreu serait issue, ou bien on la recherche en avant, en essayant d'inventer une langue philosophique qui serait capable de reproduire les structures même de la raison" U. Eco Cette leçon est une introduction à un enseignement d'un an où furent évoqués, parmi d'autres sujets : Dante et la langue d'Ada, La Kabbale, Lulle et le Lullisme, le retour de l'hébreu primitif, Mersenne...

  • Umberto Eco was an international cultural superstar. A celebrated essayist as well as novelist, in this, his last collection, he explores many aspects of the modern world with irrepressible curiosity and wisdom written in his uniquely ironic voice.

    Written by Eco as articles for his regular column in l'Espresso magazine, he brings his dazzling erudition, incisiveness and keen sense of the everyday to bear on topics such as popular culture and politics, unbridled individualism, conspiracies, the old and the young, mobile phones, mass media, racism, good manners and the crisis in ideological values. It is a final gift to his readers - astute, witty and illuminating.


  • " ce livre analyse cinq concepts qui ont dominé tous les débats sémiotiques : signe, signifié, métaphore, symbole et code.
    il reconsidère chacun d'eux sous le double éclairage de l'histoire et du cadre théorique ébauché dans mes ouvrages précédents. ces thèmes ont été et sont aussi titi centre de tous les débats de philosophie du langage. faire progresser la pensée ne signifie pas nécessairement refuser le passé, c'est parfois le revisiter pour comprendre non seulement ce qui a été effectivement dit, mais aussi ce qui aurait pu être dit, ou du moins ce que l'on peut dire aujourd'hui à partir de ce qui a été dit auparavant.
    " comment se guider dans le labyrinthe séculaire de la bibliothèque de babel ? en travaillant à une reconstruction de la pensée sémiotique à partir de l'époque classique répond l'auteur, partir à la recherche des contextes oú une catégorie donnée est apparue pour la première fois. " une sémiotique générale a le devoir d'élaborer des catégories qui lui permettent de voir un seul problème là oú les apparences encouragent à en voir plusieurs irréductibles.
    ".

empty