Arts et spectacles

  • Histoire de la beauté

    Umberto Eco

    Qu'est-ce que la Beauté ? Qu'est-ce que l'art, le goût, la mode ? Le Beau est-il quelque chose que l'on peut définir rationnellement, ou s'agit-il d'une appréciation purement subjective ? Ainsi commence l'exploration d'Umberto Eco au coeur de l'esthétique.
    A travers une étude détaillée des plus grandes oeuvres de la culture occidentale (de la Vénus de Milo jusqu'à la Marilyn d'Andy Warhol en passant par les monstres de Jérôme Bosch, les madones de Botticelli ou les odalisques de Manet), l'auteur dresse un état des lieux complet des multiples facettes de la Beauté, véritable voyage dans le temps de la Grèce antique jusqu'à nos jours. Pour étayer son propos il convoque tous les artistes et penseurs qui ont, chacun à leur façon, tenté de répondre à cette interrogation éternelle.
    Indispensable, ce livre tord le cou à bien des idées reçues et dessine, chapitre après chapitre, une véritable carte du tendre du Beau.

  • Histoire de la laideur

    Umberto Eco

    En apparence, beauté et laideur sont deux concepts qui s'impliquent mutuellement, et l'on comprend généralement la laideur comme l'inverse de la beauté, si bien qu'il suffirait de définir l'une pour savoir ce qu'est l'autre.
    Mais les différentes manifestations du laid au fil des siècles s'avèrent plus riches et plus imprévisibles qu'on ne croit. Or voici que les extraits d'anthologie ainsi que les extraordinaires illustrations de ce livre nous emmènent dans un voyage surprenant entre les cauchemars, les terreurs et les amours de près de trois mille ans d'histoire, où la répulsion va de pair avec de touchants mouvements de compassion, et où le refus de la difformité s'accompagne d'un enthousiasme décadent pour les violations les plus séduisantes des canons classiques.
    /> Entre démons, monstres, ennemis terribles et présences dérangeantes, entre abysses répugnants et difformités qui frôlent le sublime, freaks et morts-vivants, on découvre une veine iconographique immense et souvent insoupçonnée. Si bien que, en trouvant côte à côte dans ces pages laideur naturelle, laideur spirituelle, asymétrie, dissonance, défiguration, et mesquin, lâche, vil, banal, fortuit, arbitraire, vulgaire, répugnant, maladroit, hideux, fade, écoeurant, criminel, spectral, sorcier, satanique, repoussant, dégueulasse, dégradant, grotesque, abominable, odieux, indécent, immonde, sale, obscène, épouvantable, terrible, terrifiant, révoltant, repoussant, dégoûtant, nauséabond, fétide, ignoble, disgracieux et déplaisant, le premier éditeur étranger qui a vu cette oeuvre s'est exclamé : "Que la laideur est belle" !

  • Vertige de la liste

    Umberto Eco

    Après Robert Badinter, Toni Morrison, Anselm Kiefer et Pierre Boulez, Umberto Eco est le Grand Invité du musée du Louvre en novembre 2009.

    Accumulation, énumération, litanie, inventaire, recensement, nomenclature, catalogue, collection, répertoire... l'histoire de la littérature et l'histoire de l'art sont pleines de collections d'objets, signes que l'on ne peut ni tout dire ni tout représenter et qu'un langage est à inventer pour « écrire des silences, des nuits, noter l'inexprimable, fixer des vertiges » (Rimbaud, « Alchimie du Verbe »).

    En rassemblant toute sorte de listes, chaotiques, maladroites, désordonnées, Umberto Eco nous fait découvrir une langue sans issue immédiate et sans but évident qui fournit, malgré les apparences, une somme de connaissances sur l'histoire des civilisations. Ainsi dans l'Iliade, où la liste des guerriers pour Troie, des armes, des navires, de leurs gréements et des armées partant pour la guerre donne une vision précise de la société achéenne.

    Des parallèles iconographiques originaux avec des artistes connus (Carpaccio, Ucello, Brueghel, Warhol...) ou moins souvent représentés (Hendrick de Clerck, Pellizza da Volpedo, Stephan Lochner, Roman Opalka...), accompagnent une anthologie littéraire de 75 textes (Dante, Whitman, Kilpling, Calvino, Pérec, Rimbaud...) Les 21 chapitres sont introduits par les essais d'Umberto Eco.

empty