Sylviane Llinares

  • Ce numéro thématique étudie l'histoire d'une fibre végétale, le chanvre, qui fut au coeur des activités humaines durant plusieurs siècles et dont la production a notamment été déterminante dans la projection ultramarine des Européens durant l'époque moderne.

    En questionnant les sources, les pratiques et les usages à des échelles différentes, les textes s'inscrivent dans une démarche d'actualisation des connaissances sur les formes d'expériences dans la filière chanvre, qu'elles soient de nature technique, économique, ethnographique ou patrimoniale.

  • Cet ouvrage est la plus importante monographie consacrée à l'artiste photographe suisse Béatrice Helg. Il présente une sélection d'oeuvres créées au cours des vingt-cinq dernières années, accompagnée d'un poème dédicace de Robert Wilson, d'essais critiques de Serge Linarès et Philippe Piguet et d'un poème de Sylviane Dupuis.
    L'oeuvre de Béatrice Helg occupe une place singulière dans la tradition de la « photographie construite ». Loin des images hyperréalistes ou narratives, son travail donne à voir des formes abstraites, des mondes lumineux. Passionnée de musique, sensible aux notions d'espace et de temps, à l'architecture, à la mise en scène de théâtre et d'opéra, l'artiste crée des espaces monumentaux où la sculpture, la peinture, l'installation et la lumière interagissent.
    Ses photographies présentent des univers d'ombre et de clarté d'une étrange beauté, aussi poétiques que spirituels. L'oeuvre de Béatrice Helg ouvre sur un infini, sur une quête d'absolu ou la recherche d'un mystère intérieur.

  • Étudiant les modalités de la création portuaire dans le monde atlantique, entendue comme fondation initiale mais aussi comme renaissance, l'ouvrage s'intéresse à une longue période dans la mondialisation. En questionnant l'adaptation nécessaire des points nodaux et des relais de la circulation maritime sur un océan mettant en contact trois continents, il s'inscrit au coeur même de l'actualisation de la recherche en histoire atlantique.

    Dans une reprise du concept de triptyque portuaire forgé par la géographie historique, les auteurs discutent des caractéristiques évolutives de l'interrelation entre l'espace portuaire, son avant-pays maritime et son arrière-pays terrestre. L'émergence ou le réveil s'inscrivent dans ces rapports de force qui structurent une compétition en action sur différentes échelles. Le succès de la création se mesure à la centralité de la ville portuaire, sa puissance nodale en termes de trafic et son degré de connexion aux grands réseaux mondiaux. On analyse le jeu de tous les acteurs à travers les relations triangulaires entre les autorités politiques, les entreprises et les hommes de l'art, au coeur du débat public.

  • En 1669 est créée la charge de secrétaire d'État de la Marine. Son premier titulaire, Jean-Baptiste Colbert, se met à construire une administration centrale. Le nouveau département croît rapidement. À mesure que l'effectif des commis affectés à la gestion des affaires de Marine augmente, des subdivisions, les "bureaux", sont mises en place. Ces derniers sont eux-mêmes divisés en "détails", qui forment le dernier maillon de la chaîne administrative. Le nombre des bureaux s'adapte à l'évolution des besoins. On en ouvre, d'autres sont supprimés ou fusionnent pour donner naissance à de nouvelles entités. Cette subdivision en bureaux persiste jusqu'en 1786, année où Castries réorganise les branches existantes en quatre grandes directions. Les contributions réunies dans ce volume s'intéressent à cette évolution de l'administration centrale de la Marine de 1669 à la Révolution. Elles se penchent également sur les tâches quotidiennes des hommes qui y travaillent, sur leur environnement matériel, ainsi que sur leur recrutement et leurs carrières.

empty