Séra

  • Ce récit graphique raconte, depuis les années 60, la montée tragique qui va conduire au génocide Khmer, depuis la fuite du prince Sihanouk en 1969 jusqu'à la prise de Phnom Penh le 17 avril 1975.

    Un gamin emprunte un sentier interdit. Il s'enfonce dans la végétation et il voit les pendus dans les arbres. Ce gamin, c'est Séra, il a neuf ans. En 1975, ses parents et leurs trois enfants sont expulsés par les Khmers rouges. Phnom Penh est tombé, Pol Pot arrive. Son père khmer, est expulsé de l'enceinte de l'Ambassade de France où la famille a trouvé refuge ! Séra est alors âgé de quatorze ans. Il est encore trop tôt pour qu'il puisse raconter la vie « d'avant ».
    Séra sait parfaitement que les mots seuls sont bien faibles pour dénoncer cette violence, cette barbarie. De plus, les mots laissent la place à une zone floue où le « sacro-saint » imaginaire du lecteur risque de s'engouffrer et de l'emmener bien loin de la réalité...Il n'en est pas question !
    C'est pourquoi l'image s'impose.

  • En 1969, le royaume du Sangkum Reastr Niyum (Communauté du peuple) vit ses dernières heures d'un quotidien marqué par une insouciance tranquille où se heurtent le souffle du crépuscule et les premiers frissons de l'aube de la tragédie. Séra qui a 14 ans le 17 avril 1975, lors de la prise de Phnom Penh par les Khmers Rouges de Pol Pot, se remémore ces années avant que tout ne bascule dans l'horreur et la peur et nous offre dans ce magnifique portfolio des bribes de souvenirs se répondant recto-verso entre le Cambodge des années 1960 du Prince Sihanouk et celui des années 1970, période d'ascension des Khmers Rouges. Un très bel objet comme sait le faire Alain Beaulet avec ce portfolio de Séra (Prix du Polar à Cognac 2012).

  • 3 pas dans la pagode bleue est une fable : Au Cambodge, de nos jours, un couple en escapade sur une rivière fait la découverte d'une pagode en bois toute de bleue peinte. Mais cette rencontre en révèle une autre. Séra rend hommage au peintre cambodgien Vann Nath immortalisé par le cinéaste Rithy Panh dans son documen-taire : S 21, La machine de mort Khmère Rouge (mainte fois primés dans des festivals internationaux). Vann Nath est un des rares survivants de cette prison emblématique de la folie meurtrière des Khmers Rouges : S 21. Séra et Vann Nath avaient collabo-rés ensemble dans un programme artistique « L'atelier de la mémoire » qui s'était déroulé au centre Bophana à Phnom Penh en juillet 2009 et janvier 2010.
    Vann Nath était plus qu'un survivant de S21, il était le peintre le plus signifiant du passé récent et particulièrement tragique du Cambodge. Il était l'incarnation de la vie même dans ce qu'elle avait de plus harmonieuse, de plus apaisée aussi.
    Séra a commencé l'écriture des 3 pas dans la pagode bleue, peu de temps avant que Vann Nath ne tombe dans le coma. En septembre dernier, le Cambodge a perdu un témoin essentiel et une âme exceptionnelle.

  • Impasse et rouge

    Séra

    • Glenat
    • 22 Janvier 2003

    J'ai réalisé " Impasse et Rouge " en hommage à tous ceux que j'ai dû quitter.
    En mémoire de cette ville, Phnom Penh, qui m'a vu grandir et que j'ai tant aimé parcourir avec mes sandales. Le nez au vent afin d'en saisir toutes les odeurs et vibrations. En mémoire de tous ces événements qui continuent à nous hanter, nous qui sommes là aujourd'hui à espérer et croire... Aujourd'hui, encore, je suis toujours en quête de réponses... dans l'attente d'un peu de justice.

  • L'eau et la terre

    Séra

    Des destins se croisent sur une oute, au lendemain du 17 avril 1975, quand les Khmers rouges ont brutalement évacué toutes les villes du pays. Les personnages se savent en surs i s au point de se d é f i n i r comme des gens "n'étant pas encore morts". Ils font partie des trois groupes qui seront au
    coeur de la tragédie à venir: paysans, citadins et Khmers.

  • Lendemains de cendres

    Séra

    1979. Les troupes vietnamiennes ont envahi le Cambodge. Le régime de Pol Pot s'effondre, mais la chasse aux contre-révolutionnaires est toujours ouverte à travers tout le pays. Nhek, fuyant pour la Thaïlande, croise en chemin d'autres déportés en exil et partage le destin des prisonniers de camps de regroupement. Il y retrouve également les humiliations, les représailles, les traumatismes Et la mort.

  • Les neurosciences cernent de plus en plus près l'activité cérébrale au contact de la musique, que ce soit lors de l'écoute ou lors de l'exécution. Elles dressent ainsi toute une cartographie de la vie du son dans notre cerveau qui contribuera, sans aucun doute, à mieux comprendre notre sensibilité au plus mystérieux des arts. Mais sauront-elles saisir pour autant l'expérience musicale, cette rencontre du symbolique (intention du compositeur, inscription historique de l'oeuvre, valeur des formes) et du physiologique dans le corps du musicien à qui la musique doit proprement son existence ? La réponse de l'auteure complètera donc la théorie kinesthésique de la musique en reliant l'expérience corporelle du musicien à l'intersubjectivité de la pratique musicale en formation orchestrale. « La spécificité de l'expérience musicale est une intuition aussi parfaitement claire pour le musicien qu'elle est habituellement soustraite à l'expression explicite. » C'est pourtant à exprimer cette expérience qu'est consacré cet ouvrage qui combine une approche phénoménologique du corps musicien avec les nouvelles investigations empiriques des neurosciences.

  • Vous êtes un mordu de Dracula ? La vie tumultueuse de Vlad l'Empaleur, l'âme tourmentée de Bram Stoker et la terre de superstitions qu'est la Roumanie vous intriguent ? Les trois aventures signées Yves H.
    Et mises en images par Hermann, Dany et Séra vous emmènent aux confins de l'histoire et de la légende, là même où est né le mythe. Chacune d'entre elles est prolongée par une postface originale, enluminée par des oeuvres inédites des trois artistes. A la fin de l'ouvrage, un guide documenté et magnifiquement illustré vous convie à un voyage à l'intérieur du mythe, depuis les forêts profondes de la Transylvanie jusqu'aux cimetières de la Nouvelle-Angleterre, en passant par les brumes de l'Ecosse.

  • Lady Mage Kane

    ,

    Quand une jeune et séduisante journaliste britannique rencontre un aventurier qui répond au nom typiquement français de Julien Verdier, on peut croire au coup de foudre.
    Peut-être, mais avant tout il y a un rapt, un Chinois empoisonneur, des Irlandais bagarreurs, des espions allemands, des étincelles et des carambolages pour un seul et même objectif : le FOGLIGHT II, zeppelin majestueux. Mais pourquoi lui donner tant d'importance... ?

  • Mon frère, le fou

    Sera/Queffelec

    Longtemps obsédé par la destinée de son pays d'origine, le Cambodge, Séra a déplacé son centre d'intérêt, le temps d'un livre, vers. la Bretagne et la pointe du Raz. Entre ciel et mer, dans les splendeurs terribles de la mer déchaînée, Séra signe, avec Mon frère, le fou, son livre le plus lumineux.


  • Coupables ou innocents bientôt viendra le jugement pour les processionnaires...

  • Marc Farman, marchand d'armes arrogant et sans scrupules, l'a échappé belle : quelques instant auparavant, son 4x4 s'est immobilisé au bord du ravin. Ouf !Pourtant, quelque chose ne tourne pas rond. Une drôle de fumée verte qui vient jusqu'à lui et puis... Farman entame alors un long voyage initiatique, une virée terrifiante au centre de lui-même. Pour l'instant, l'urgence est de sauver sa peau au sens propre du terme, car d'autres hommes veulent manger sa chair et ses os !Des compagnons d'infortune croisent sa route, perdus eux aussi. Comme ces chenilles processionnaires qui dévastent les forêts, ils doivent « suivre le soleil » en espérant la délivrance de cet enfer. Et, qui sait, une rédemption ?Voilà un récit aux petits oignons, où tout se tient et tout se rejoint. Rêve et réalité s'entrecroisent sans perdre le fil conducteur. Séra apporte la poésie de son trait et joue de subtilités graphiques comme autant de repères, afin de nous guider dans ce cloaque vert.


  • Contée avec brio par Yves H. et superbement mise en scène par Séra, voici la vie tourmentée
    de Bram Stoker, le romancier qui inventa le mythe vampirique de Dracula.
    Ce volume est le deuxième de l'ambitieuse trilogie consacrée au mythe de Dracula : après
    Vlad l'Empaleur, dessiné par Hermann, Transylvania, réalisé par Dany, nous conduira dans la
    Roumanie d'aujourd'hui.


  • De nos jours, dans un quartier banlieue. À peine un quartier, plutôt une sorte d'enclave : un entrepôt vide, une usine déglinguée, un bar rabougri et un bordel. Et au milieu, la rue. À l'étage de l'entrepôt vide, Séva, le gardien, lit en fumant. Fausse quiétude. De l'autre côté de la rue, en face, le bar. Mona, la patronne, y joue aux cartes avec quelques habitués. Séva traverse la rue pour rejoindre Mona, la femme qu'il aime. C'est l'après-midi. Séva glisse une pièce dans le juke-box : « Moon River Wider Than a Smile. ». Tout est tranquille. En apparence. En apparence seulement.

  • L'histoire se passe quelque part en Amérique latine dans la deuxième moitié du XXe siècle. Une femme arrêtée à la suite d'un putsch militaire, torturée et sauvée de la mort par un gardien de prison, va vivre avec ce dernier une relation hors normes, d'un érotisme à la mesure de l'horreur à laquelle il s'oppose.
    Pas de syndrome de Stockholm pour autant. Son amant est lui aussi otage de la dictature qui a pris les commandes du pays. Sa seule ressource est de cacher et cacher encore cette femme par tous les moyens, pour l'aimer encore un peu, vite, avant que se referme la parenthèse.
    La Femme cachée a été publiée la première fois en mai 2000 (Éditions Graines d'élite). Cette oeuvre de pure fiction, présentée à l'époque comme la traduction d'un ouvrage rédigé en espagnol par un auteur (probablement une femme) qui souhaitait garder l'anonymat, fut saluée par l'ensemble de la Presse.
    Elle est rééditée aujourd'hui en même temps que paraît La République des Roseaux, le deuxième roman de Jean Sera-Montès.

empty