Philippe Meirieu

  • « Pourquoi ne pas tenter de faire de nos classes le lieu de l'apprentissage, obstiné et joyeux à la fois, de la liberté de penser et de la capacité à fabriquer du commun ? ».

    Face aux inégalités et aux injustices, à la montée des individualismes et des intégrismes, aux crises de toutes sortes qui menacent notre avenir commun, l'éducation peut-elle encore quelque chose ? Comment repenser notre École pour qu'elle soit en mesure de répondre à ces urgences ?
    Dans ce nouvel essai personnel et toujours engagé, Philippe Meirieu raconte son histoire de la pédagogie. Des « hussards noirs » de la République aux « enfants sauvages », de Rousseau à Montessori, Freinet et tant d'autres, il livre une fresque passionnante qui revient sur les rencontres, les travaux et les engagements qui ont contribué à forger ses convictions. En s'y décrivant à la fois comme élève et professeur, étudiant et chercheur, père de famille et citoyen engagé, il déploie cette polyphonie de rôles dont il importe de se saisir pour concevoir une éducation pour tous et, peut-être, parvenir enfin à apprendre à nos enfants à penser par eux-mêmes et à travailler ensemble à la construction d'une société plus solidaire. Une ambition que les éducateurs peuvent incarner, dans les moindres gestes, au quotidien.

  • Dans ce petit ouvrage très accessible, Philippe Meirieu s'adresse aux jeunes professeurs en leur parlant de ce qui n'est pratiquement jamais abordé par personne : pourquoi faire ce métier ? Et comment pourra-t-il se réaliser dans des tâches si éloignées de ce qu'il s'imaginait ?
    Avec sincérité, Philippe Meirieu s'adresse aux professeurs comme on l'a rarement fait... sans basculer dans le technicisme ou dans le pamphlet et avec le souci d'être compris de tous. Alors que les enseignants sont très inquiets devant l'avalanche de réformes structurelles, Philippe Meirieu veut les rassurer et leur montrer qu'enseigner reste le plus beau métier du monde !

  • Chaque gouvernement charrie avec lui son lot de remèdes miracles pour réformer l'École : dédoublement des classes, méthode syllabique, semaine de quatre jours, réforme du baccalauréat, rétablissement de l'autorité, etc.
    Pêle-mêle, on invoque les neurosciences et les évaluations internationales, le bon sens de Descartes et la pédagogie de Maria Montessori.
    Afin d'y voir plus clair, Philippe Meirieu s'interroge : quels enfants voulons-nous former? Pour quel monde? Et comment faire en sorte que l'École de la République tienne sa promesse de justice et de solidarité?

  • Dans cet ouvrage, Philippe Meirieu s'attache, plus particulièrement, à l'acte d'apprentissage... Il donne les repères à partir desquels l'enseignant peut élaborer, réguler et évaluer son action. Il aborde aussi bien la relation pédagogique, la rationalisation didactique et les stratégies individuelles d'apprentissage. Il montre comment l'attention à ces trois dimensions permet de maintenir « l'équilibre écologique du système apprendre ».

    L'originalité du livre tient aussi à sa forme : le lecteur s'y trouve mis en situation d'activité, confronté à des exercices, des récits d'expériences. Il propose des outils utilisables par les enseignants, professeurs, formateurs : des outils pour imaginer, construire et adapter une pédagogie véritablement différenciée, des outils pour travailler à la réussite de tous.

  • A travers le parcours d'un élève confronté aux différents courants de la pédagogie contemporaine, Philippe Meirieu dégage une évidence: l'apprentissage ne se décrète pas, il s' effectue pour chacun de manière active et singulière.
    Tout en présentant l'apport de la pédagogie différenciée, cet ouvrage très riche donne de nombreux outils: grilles d'évaluation, diversification des méthodes et des technologies, plans de travail, contrats, travail en équipe des enseignants, groupes de besoins, etc.
    Un grand classique, indispensable pour redonner vie et sens à l'éducation scolaire.

  • Frankenstein pédagogue

    Philippe Meirieu

    • Esf
    • 14 Septembre 2017

    Frankenstein pédagogue ! La juxtaposition est monstrueuse.
    Justement, l'intention de Philippe Meirieu est bien de nous faire peur, de nous mettre en garde contre ce risque : croire que l'on peut « fabriquer » un être hu- main. Or, une certaine représentation de l'éducation ne consiste-t-elle pas à mettre l'accent sur le projet de la maîtrise de l'élève, du contrôle total de son destin ?

    À travers les légendes de Frankenstein, Pygmalion, Pinocchio, l'auteur revisite le mythe de la fabrication d'un homme par un autre homme. Il montre qu'un telle perspective conduit tout droit à l'échec et présente plusieurs propositions con- crètes qui, au contraire, constituent autant de moyens d'« éduquer sans fabriquer » et font de cet ouvrage un véritable petit traité de pédagogie destiné à tous ceux qui veulent faire oeuvre éducative.

  • Avec ce livre, Philippe Meirieu a voulu avant tout « donner à penser » aux éduca- teurs. Il souligne la place irréductible de l'interrogation éthique dans les pra- tiques et la réflexion pédagogiques.
    Dans une trentaine de brefs chapitres, il aborde un certain nombre de thèmes majeurs de la réflexion éducative : universalité de la culture, discipline et sanc- tions, formation à la citoyenneté, travail en équipe, etc. en s'efforçant de faire apparaître les enjeux essentiels.
    Cet ouvrage qui peut se lire « comme un roman » est aussi et surtout un outil de réflexion et le moyen de faire le point sur les débats d'aujourd'hui.

  • Philippe Meirieu, le plus célèbre pégdagogue contemporain, inspirateur de plusieurs réformes et de la création des IUFM, s'adresse aux parents angoissés par l'avenir de leurs enfants. Il veut, dans ce livre plein de bon sens et de conseils pratiques, les rassurer, les stimuler, donner du sens à leur rôle éducatif. Pour lui, le parent éducatif est comme un entraîneur au saut en hauteur. S'il place la barre trop bas, l'enfant n'apprend rien : il fait ce qu'il sait déjà faire. Si elle est placée trop haut, il se décourage. Ce qui l'aide à progresser, c'est d'estimer la hauteur supérieure à ce qu'il sait déjà faire mais qui demeure à sa portée. L'apprentissage est alors à la fois difficile et accessible. L'enfant a besoin d'aide pour franchir cette marche :
    Des conseils, des encouragements, un dialogue constructif. Eduquer, c'est donc estimer la hauteur de cette barre et suppose « d'évaluer au jugé », mais également porter sur l'enfant un regard confiant sur sa capacité à franchir l'obstacle.
    Plein de conseils pratiques proposés en fonction des différents âges, ce livre s'inscrit dans une modernité de l'éducation à transmettre aux jeunes qui vivent avec des écrans, des portables, les réseaux sociaux. Il défend l'idée de « contraintes fécondes » à donner aux enfants pour qu'ils deviennent créatifs et autonomes.

  • Ce livre référent s'adresse à un large public, qui dépasse le petit monde habituel de la pédagogie. Il est porteur d'une culture, de questionnements et de réponses claires, de nature à accompagner le cheminement de tout éducateur, qu'il soit parent, animateur ou enseignant. Un point de vue centré sur l'enfant, indispensable au moment où s'opèrent des choix décisifs autour de l'école. Tous les grands débats actuels sur les méthodes, la discipline, les structures de l'école ou le rôle de l'adulte sont ici abordés de manière vivante et documentée.

  • Il y a 10 ans, Philippe Meirieu écrivait « Ne nous réfugions pas dans l'autoritarisme facile ou l'invoca- tion des «bonnes vieilles méthodes» ». Aujourd'hui, les détracteurs des pédagogues ne cessent de cla- mer haut et fort que l'école « c'était mieux avant ». Mais avant quoi ?
    Dans ce livre, Philippe Meirieu aborde avec clairvoyance les problèmes et difficultés de l'école aujour- d'hui : autorité, apprentissage, vivre ensemble... Pour lui, le choix est clair : ou bien la normalisation et l'exclusion des gêneurs, ou bien une pédagogie capable de mettre les élèves au travail et de les réconcilier avec l'École. Il développe aussi avec passion et conviction sa vision de l'éducation dans sa globalité : la place de la famille, des médias, de la culture... car on ne résoudra pas les problèmes de notre jeunesse seulement par l'école.
    Le texte est entièrement revu au regard de l'actualité forte et riche de ces derniers mois et des avan- cées des sciences de l'éducation, notamment sur la pédagogie du sujet.
    Un livre coup de poing, sans concession pour remettre l'éducation et l'enfant au centre des débats !

  • Dans les débats pédagogiques et éducatifs récents , des affirmations surgissent et deviennent des « lieux communs », relayés par les médias ou les acteurs eux- - mêmes. Ainsi dit- - on que « la réussite scolaire est affaire de motivation », qu'« un enfant doit être actif pour bien apprendre », que « les familles et l'école doivent travailler ensemble » ou qu'« on doit adapter l'école à l'enfant pour individualiser les apprentissages »...
    Ces affirmations sont rarement explicitées et l'on ne voit pas toujours qu'elles peuvent recouvrir des acceptions différentes : qu'est-ce qu'un élève « actif » ? Un élève qui bouge ? Un élève qui se concentre ? Un élève qui travaille en groupe ?
    Etc.
    Ainsi faut-il, si l'on veut vraiment comprendre les enjeux de l'éducation et les questions qui agitent l'école, identifier exactement les concepts-clés qui permettent de travailler ensemble et de construire des propositions cohérentes.
    De même, c'est en dépassant les vieux clivages entre « contrainte » et « liberté » que l'on parviendra à identifier les « belles contraintes », celles qui, précisément, permettent le développement de la liberté...

  • Qu'est-ce que la pédagogie ? Comment fonctionne l'école ? Quelles di érences entre enseignement et éducation ? Dans cet échange entre un adolescent et un spécialiste de la pédagogie, on (re)découvre la curiosité dont on peut témoi gner à cet âge. La pertinence des questions amène l'intellectuel à se centrer sur l'essentiel de sa pensée et à la resti tuer avec clarté et concision. Il en résulte un entretien au ton original, exigeant, accessible et souligné par le trait intelligent de Pascal Lemaître, qui intéressera aussi bien les ados que leurs parents.

  • Peut-être exista-t-il un temps où les enfants, en entrant en classe, se transformaient miraculeusement en élèves et " faisaient école " spontanément. De toute évidence, ce temps n'est plus. Les enseignants constatent aujourd'hui, au quotidien, qu'il ne suffit pas qu'il soit inscrit " Ecole " sur le fronton d'un bâtiment pour qu'il y ait " de l'Ecole " dans l'école. On peut y interpeller le professeur comme le membre d'une bande rivale ou exiger de la maîtresse qu'elle remplace votre mère.
    On peut aussi se croire sur un plateau de télévision et considérer que la règle du jeu est bien d'éliminer " le maillon faible " ! C'est que l'Ecole, faute d'une verticalité qui ferait autorité, est livrée au mouvement brownien des intérêts individuels et perd progressivement sa légitimité. Philippe Meirieu part de ce constat et, loin d'en rester au registre de la plainte ou de la nostalgie, propose de réinstituer l'Ecole en faisant d'elle une véritable institution capable de rendre possible la construction d'une démocratie authentique.
    Mais il ne se contente pas d'énoncer des finalités, il a voulu faire de ce livre un véritable " manuel de pédagogie ", analysant successivement les principes fondateurs, les tensions constitutives du métier d'enseignant et les points sur lesquels asseoir une pratique réfléchie. Lors de sa première édition, ce livre avait été particulièrement bien accueilli par la critique : " Philippe Meirieu livre une somme pédagogique, précise, complète, dont le titre, modeste, dissimule une synthèse remarquable.
    [...] Il touche au coeur de ce qui fait la saveur et la difficulté du métier d'enseignant. " Luc Bronner, Le Monde. " Philippe Meirieu livre ici, tout à la fois, une Constitution pour l'Ecole, un code du métier d'enseignant et un précis d'enseignement. [...] Une pédagogie de la pédagogie en somme. " La Lettre de l'éducation. " Aux lecteurs de faire l'Ecole et la classe à la lumière d'une pensée qui sait capitaliser l'histoire de l'éducation et de ses différents systèmes pour mieux orienter l'urgence du présent.
    " Catherine Dupuy, Les Cahiers pédagogiques.

  • Il y a longtemps, je racontais des histoires à mes enfants, à mes élèves et à mes amis. Souvent, je profitais de Noël pour cela. Des nuits qui tombent avant qu'on ferme les cartables, des soirées qui n'en finissent pas. Sans doute parce qu'on y entrevoyait parfois quelques-unes de ces naissances inopinées, de ces choses et de ces êtres qui adviennent à l'improviste, au coin d'une vie ou d'un bois. Et qui changent tout... ou presque. Des histoires un peu tristes. Pour qu'on se dise, à leur écoute, qu'on peut, peut-être, tenter d'adoucir ensemble le monde. Avec l'espoir que les lecteurs trouveront du plaisir à ces fragments de vie minuscules et achèveront eux-mêmes ces récits à peine ébauchés

  • Bien malin serait celui ou celle qui prétendrait aujourd'hui savoir comment réagir aux situations nouvelles auxquelles tout parent, tout éducateur, se trouve confronté : emprise de la télévision, nouveaux comportements sexuels, banalisation de la toxicomanie et des conduites à risque, effacement des traditions et des repères, effondrement des catéchismes de toutes sortes qui nous permettaient de juger et d'agir à coup sûr, sans état d'âme et en toute certitude de bien faire.
    En effet, la vie quotidienne nous sollicite à chaque instant et il nous faut bien répondre à la question que beaucoup de nos enfants n'osent même plus nous poser : " mais pour quoi et pour qui roules-tu ? au nom de quoi m'autorises-tu ou m'interdis-tu cela ? quel avenir prépares-tu pour moi ? que peux-tu me promettre pour demain ? " ni livre de cours, ni livre de recettes, ces pages sont plutôt un livre de bord pour les parents d'aujourd'hui.
    Un livre d'or à compléter au fur et à mesure. un livre à questions et à réponses. un livre pour penser et sourire. pour relativiser et revenir à l'essentiel. un livre d'heures à lire par tous les bouts, pour accompagner la vie, tous les jours. la vie à lire. à livre ouvert.

  • Une coédition hater / cap canal a partir d'un documentaire de 26mm filmé dans les écoles, un débat avec des invités spécialistes.

    Débat :
    Comment se forme la pensée logique ? l'abstraction doit-elle être un objectif d'apprentissage à l'école maternelle ? comment se fait l'évaluation des acquis de chaque enfant ?

  • L'art en maternelle

    Philippe Meirieu

    • Hatier
    • 16 Septembre 2008

    Une coédition hater / cap canal a partir d'un documentaire de 26mm filmé dans les écoles, un débat avec des invités spécialistes.

    Débat :
    Le programme ';enfance, art et langage'; prévoyait des résidences d'artistes dans des écoles maternelles. quelles sont les leçons à tirer de cette expérimentation ?

  • Une coédition hater / cap canal a partir d'un documentaire de 26mm filmé dans les écoles, un débat avec des invités spécialistes.

    Débat :
    Le sport à l'école peut être un moyen de travailler sur certaines valeurs : le respect de la règle et le respect de l'autre.

  • Une coédition hater / cap canal a partir d'un documentaire de 26mm filmé dans les écoles, un débat avec des invités spécialistes.

    Débat :
    Comment se construit la culture littéraire chez l'enfant ? comment l'école peut-elle favoriser son appropriation ?

  • Une coédition Hater / Cap CanalA partir d'un documentaire de 26mm filmé dans les écoles, un débat avec des invités spécialistes.Débat :Comment aider les enfants à découvrir les notions d'auteur, d'oeuvre ou d'édition, tout en ménageant la possibilité du rêve et de l'interprétation subjective.

  • Une coédition hater / cap canal a partir d'un documentaire de 26mm filmé dans les écoles, un débat avec des invités spécialistes.

    Débat :
    L'école maternelle est aussi un lieu de vie d'enfants dont les besoins de sécurité matérielle et affective sont immenses. comment participer au développement de l'enfant ?

empty