Nicolas Truong

  • L'aventurière Sarah Marquis déclare qu'en marchant, on "se découvre courageux", le sociologue David Le Breton pense que la marche est souvent guérison... Pratique sportive ou spirituelle, touristique ou thérapeutique, la marche retrouve aujourd'hui ses lettres de noblesse. Pourquoi marche-t-on ? Qu'y cherche-t-on ?
    Échappatoire au monde de la vitesse et à la modernité, la marche pousse aussi bien à se dépasser physiquement qu'à entreprendre un chemin spirituel. « Puissance réorganisatrice » ou façon de « tenir debout », « interstice » de « liberté » dans un monde privé d'imprévu... Les auteurs de cet ouvrage dirigé par le journaliste du Monde Nicolas Truong nous exposent le sens de « leur » marche.

  • Projet luciole

    Nicolas Truong

    « Les lucioles symbolisent la joie et le désir qui illuminent amis et amants au coeur de la nuit. Mais auraient-elles disparu ? Pour Pier Paolo Pasolini, leur extinction due à la pollution est la métaphore d'une humanité rongée par la « merdonité » de la modernité. Bien décidé à sauver les lucioles et à témoigner de leur survivance, le «Projet Luciole» donne corps, forme et voix à toutes les histoires possibles de la pensée critique. Parce que l'art, la politique, l'amour et l'amitié peuvent, dans leur radicalité, encore réenchanter notre quotidien. Parce que les lucioles brillent encore au coeur des nuits surveillées. » Nicolas Truong « Ils vont et viennent, sont instables, incertains, désirants, fantasques. Ils sont là pour faire danser les paroles de Baudrillard, Orwell, Adorno, Didi-Huberman, etc. Ils en font une scène d'amour, de ménage, de malentendu, parfois même un vaudeville. Sur scène, quand la lumière baisse, le sol est jonché de feuilles volantes, translucides : lucioles, que l'universel bavardage éteint. C'est un spectacle, en somme, à la bougie. » Philippe Lançon Libération

  • "Les armes, le sang, les larmes. Mais comment, au coeur même du recueillement, tenter de penser l'événement ? Notre pays, comme notre monde, est en effet en proie à une terreur postmoderne, qui mêle individualisme radical et fondamentalisme global.
    D'où la difficulté de mener un combat frontal contre un nomadisme djihadiste pratiqué par une jeunesse nihiliste, au moment même où la guerre classique fait place à des états de panique, à des assauts armés destinés à provoquer le chaos et à des opérations de police mondialisées." Nicolas Truong Les contributions d'intellectuels rassemblées dans cet ouvrage proposent une analyse intelligente et précise des événements, de leurs causes et de leurs conséquences, et lancent un appel à l'unité et à la solidarité.
    />

  • 50 penseurs majeurs pour comprendre le XXIe siècle, 25 entretiens et dialogues pour parler du monde tel qu'il va et ne va pas. Issu du Théâtre des idées, cycle de rencontres intellectuelles du Festival d'Avignon, dont il reprend et développe les principaux moments depuis 2004, cet ouvrage est une introduction vivante et pédagogique à la pensée critique contemporaine. Rapport entre Orient et Occident, crise de la représentation politique, métamorphose du travail, retour du sacré, sociétés en quête d'identité, actualité des résistances... Auteurs confirmés et talents émergents, les intellectuels les plus engagés dans la réflexion sur le temps présent dressent un état des lieux des questions qui taraudent notre modernité.

  • «?La France a toujours eu le goût de la ­bataille des idées. Longtemps dominé par la figure de l'intellectuel engagé, l'espace public des ­débats semble se modifier. L'écho médiatique de certaines prises de position polémiques dessine une autre carto­graphie?: celle d'un basculement idéo­logique. Le nouveau monde dans ­lequel la France est entrée depuis les attentats de 2015, la crise des réfugiés ou la déconstruction euro­péenne ­appellent pourtant une nouvelle responsabi­lité des intellectuels. La structuration du débat médiatique n'a-t-elle pas transformé la dispute intellectuelle en un match de catch polé­mique?? Fin de la «bien-pensance» ou tournant «néoréactionnaire»?: la mise en perspective des ­querelles intellectuelles qui fracturent la vie poli­tique française permet de mieux cerner ce qui arrive au pays de Voltaire.?» Nicolas Truong.

    Contributeurs : Stéphane Beaud, Laurent Bouvet, Marc Crépon, François Cusset, Marcel Gauchet, Romain Goupil, Jean-François Kahn, Serge Klarsfeld, Arno Klarsfeld, Daniel Lindenberg, Gérard Mauger, Edgar Morin, Éric Naulleau, Robert O. Paxton, Élisabeth Roudinesco, Danièle Sallenave, Gisèle Sapiro, Jacques Sémelin, Serge Tisseron.

  • Alors que de toute évidence le monde est troublé, que les idéologies s'affrontent - souvent avec violence -, que les lois économiques semblent prévaloir sur les autres, ce livre rassemble trente penseurs en dix-neuf entretiens, qui viennent nous inviter à découvrir leurs Résistances intellectuelles. Nombreux sont les sujets abordés, diverses sont les personnalités (parmi lesquelles Jacques Derrida, Françoise Héritier, Michel Onfray, Jacques Rancière, Jean-Luc Nancy ou encore Edgar Morin) : une lecture passionnante !

  • En février dernier, soit quelques semaines après les tragiques faits de Cologne, l'écrivain algérien Kamel Daoud publie dans Le Monde une tribune dans laquelle il énonce que l'accueil des réfugiés demande d'admettre que leur donner des papiers ne suffira pas à les guérir du profond sexisme qui sévit dans le monde arabo-musulman. Cette tribune suscitera de violentes réactions de certains universitaires, qui répondent quelques jours plus tard par le même média, l'accusant de véhiculer les clichés islamophobes et culturalistes les plus éculés.
    C'est ainsi que démarre la "polémique Daoud", ponctuée d'échanges et de prises de positions, conduisant à ce que l'écrivain annonce se retirer du débat public.

  • En développant des exemples tirés de la littérature ou du théâtre, A. Badiou fait l'éloge de l'amour. Celui-ci serait menacé soit par une conception libérale (mariage arrangé par exemple), soit par une négation de l'amour au profit du seul plaisir égoïste. Mais, selon lui, l'amour est une véritable expérience métaphysique de l'éternel, un risque qu'il faut savoir prendre.

  • Il faut casser cette image de l'amour-passion comme grand embrasement qui retombe en cendres, s'écarter de l'amour comme désir de possession qui, une fois qu'il a atteint sa satisfaction, se transforme fatalement en déception. Voilà ce que nous dit François Jullien, qui plaide pour le concept d'intime. Si l'amour est équivoque, ­l'intime, lui, est ambigu. Dire je t'aime, c'est faire de l'autre un objet, quand dire je suis intime avec toi, c'est défaire l'isolement des sujets. De ce décalage entre l'image commune et passionnelle et celle à rapprocher de la notion d'intime, quelle ­pensée de l'amour peut-on dégager?? Une ­passionnante réflexion sur ce qu'est vivre.

  • Analyse du théâtre à travers sa place dans l'art contemporain, dans le discours, son influence sur les hommes politiques et les spectateurs, ses difficultés à trouver sa place, sa facette philosophique, etc.

  • Un livre de référence par le plus grand spécialiste du Moyen Âge.

    Le corps a trop longtemps été oublié par l'histoire et les historiens. Or, il constitue l'une des dynamiques majeures de l'Occident. De l'abstinence des prêtres aux délices du pays de cocagne, du christianisme au paganisme, du rire au don des larmes dont saint Louis était dépourvu, de la mode vestimentaire aux sports, du célibat à l'amour courtois, d'Héloïse à Abélard jusqu'à saint François, le corps est le siège d'une tension fondamentale. À travers l'étude de la matrice de la modernité qu'est le Moyen Âge, Une histoire du corps au Moyen Âge aide à la compréhension du monde où nous vivons.

  • Depuis le traumatisme de janvier 2015, la République n'a cessé d'être invoquée et convoquée, notamment lors des immenses manifestations du 11 janvier. Fondement de notre société, socle de la citoyenneté et rempart de notre laïcité, elle a été aussi décriée. Il lui est reproché, à force de ne pas tenir ses promesses, de favoriser l'entre-soi, le communautarisme, voire l'apartheid social.
    Patrick Weil, historien de l'immigration et de la nationalité, directeur de recherche au CNRS, est un des rares chercheurs à pouvoir intervenir dans le débat public sur des sujets aussi délicats par leur complexité que l'intégration, les migrations, la religion, le racisme, l'antisémitisme. Sans prêt-à-penser, sans éviter les sujets de débats violents, comme l'islam ou l'identité nationale, les frontières ou l'héritage colonial, il se nourrit de véritables recherches empiriques et d'une longue pratique des politiques publiques, à la différence de tant d'orateurs qui défilent sur la scène des médias. Il donne ici du sens à la République : une direction et une orientation.

  • Stéphane Hessel est un résistant célèbre, mais aussi formé à la philosophie auprès de Maurice Merleau-Ponty. Dans ces entretiens avec le journaliste Nicolas Truong, il revient sur sa conception du monde, les figures marquantes de la pensée qui ont orientées sa vie et son action.
    Ce titre propose également un dialogue entre Stéphane Hessel et Edgar Morin, deux inllectuels de la même génération qui marquent leur époque et qui échangent sur les hommes et les concepts qui ont contribué à faire d'eux ce qu'ils sont.

  • « Le politologue éclaire d'un jour nouveau la «peur de l'islam» qui gagne les sociétés occidentales, récusant tout aussi bien les arguments droitiers et dominants de l'essentialisme (les musulmans seraient, par essence, inassimilables) que le plaidoyer gauchiste du multiculturalisme (c'est l'islamophobie qui, seule, provoquerait la radicalisation d'une partie d'entre eux). Des printemps arabes au nihilisme générationnel des jeunes paumés de la mondialisation, de l'échec de l'islam politique à l'engagement de la France contre l'État islamique, Olivier Roy donne des clefs pour comprendre la question musulmane. Et lance des raisons d'espérer en une France capable d'accorder ses idéaux à la pluralité des mondes. » Nicolas Truong

  • La philosophie ou, plutôt, la « philo » est désormais partout. Dans les hebdos, les bistrots, les radios. En bande dessinée, en croisière, sur CD ou DVD. Elle vulgarise les classiques et attire de nombreux lecteurs, amateurs et passionnés. La philo est un filon, avec ses vedettes et ses gourous, ses pédagogues cathodiques et ses rhéteurs polémiques.
    S'agit-il d'une heureuse démocratisation des concepts ou d'une contestable marchandisation de la sagesse ? Assiste-t-on au triomphe de la pédagogie ou bien à l'avènement d'une nouvelle idéologie ?
    C'est à ces questions que veulent répondre Frédéric Worms et Mickaël Foessel.

  • Malaise démocratique, débandade politique et vent de panique dans la République. Les a aires se multiplient, révélant, derrière les dénégations pathétiques des individualités prises la main dans le sac, l'ampleur des connivences entre pouvoir et trafi c, responsabilités et confl its d'intérêts. Un discrédit sans précédent frappe les personnalités politiques. D'où l'envie de réunir dans ce livre Jacques Rancière et Pierre Rosanvallon, deux penseurs incontournables de la question démocratique afi n de comprendre notre crise morale et politique que tout semble opposer. Derrière les di érences et les divergences, les deux hommes opèrent quelques rapprochements. Un dialogue inédit entre deux « hérétiques consacrés », dixit Pierre Rosanvallon.

empty