Michel Cosem

  • Les plus grands troubadours

    Michel Cosem

    • Cairn
    • 18 Février 2021

    Les troubadours ont exercé une vraie fascination, non seulement chez les jeunes nobles, mais chez tous ceux qui voulaient s'élever dans la hiérarchie sociale tout en ayant le goût de la fête, des rencontres, du voyage et de l'amour.
    Il y avait là aussi l'envie de vivre dans un monde meilleur, plus juste et la femme a servi de catalyseur à cette espérance. C'est autour d'elle que se sont modelées des idées de partage, de reconnaissance de la valeur, des règles du bien vivre.
    L'Occitanie médiévale a donné ici le meilleur d'ellemême.

  • Des histoires, on en a toujours raconté, dans tous les Pays, dans toutes les régions. Celles de Pyrénées se disaient le soir, au coin du feu, au coeur de la montagne ou tout au fond des bois. Puis elles se colportaient de col en col et de vallée en vallée, d'un bout à l'autre de la chaîne, de l'océan à la Méditerranée. Elles parlaient d'ours et de loups, de pics et de lacs, de torrents et de glaciers, des hommes et des génies des montagnes.
    Venez découvrir comment dans les Encantats sont apparus ces deux rochers à forme humaine ou bien encore pourquoi le pont du diable, qui surplombe l'Ariège, fait depuis si longtemps frémir les passants...
    Les contes des Pyrénées mettent parfois au jour des aspects effrayants de l'histoire de ces montagnes, mais sont toujours empreints d'une «beauté terrible», à l'image de ce massif mystérieux.

  • "Kattalin, la belle Basque, vendeuse de poissons sur le port de Biarritz ; John, le fils d'une naufrageuse sur l'île d'Oléron ; et Rubio, enfant de paysans affamés d'Andalousie, chacun est contraint de quitter la vieille Europe pour tenter sa chance sur le nouveau continent. Les adolescents qui jusqu'alors n'ont connu que misère et cruauté ont depuis longtemps perdu leur innocence. Pourtant, ils sont loin d'imaginer le sort que leur réserve ce Nouveau Monde, peuplé de boucaniers féroces, de corsaires hostiles et autres pirates sans pitié.
    C'est dans les îles Caraïbes, celle de la Tortue en particulier, que le destin va se charger de les réunir. Dans ce roman, Michel Cosem mêle combats épiques et description de la vie des îles, des pirates et de ceux qui vivent de leurs exploits. Océan, bricks et frégates servent de fantastiques décors à cette épopée revisitée avec sensibilité, sensualité et originalité."

  • Les chevaux du paradis

    Michel Cosem

    • Tertium
    • 6 Novembre 2007

    Pour mieux rêver ou aimer un lieu n'est-ce pas agréable de l'imaginer dans un autre temps - temps du passé, temps de l'avenir - avec d'autres gens, d'autres préoccupations, mais surtout avec les mêmes couleurs, les mêmes contrastes, les mêmes senteurs ?

    Michel Cosem parle du Quercy où il vit une partie de l'année, cette région si diverse de la Vallée du Célé où des chevaux en liberté s'ébattent et symbolisent un peu l'imaginaire et l'attachement à une terre nourricière.

  • Tous les autres, ou presque, sont revenus de la guerre, mais pas Louis. Justine attend, espère. Elle part finalement à sa recherche et retrouve une défroque déchiquetée par des loups. Un homme a bien été mis en pièces par les prédateurs affamés. Serait-ce bien Louis ? Les mois passant, la nature reprend ses couleurs de printemps mais Justine reste isolée au fond de sa mélancolie. Deux jeunes femmes, Pellerine et Bernarde, qui n'ont pas froid aux yeux, l'entraînent dans un bien étrange dessein.

  • L'aigle de la frontière

    Michel Cosem

    • De boree
    • 24 Octobre 2014

    Jean-Christophe vivote de contrebande à la frontière pyrénéenne. Il court les jupons, mais il n'est amoureux que de sa montagne, de sa liberté. L'époque de l'insouciance se termine pourtant quand il tire sur un douanier sur le point de l'attraper et, surtout, lorsque la guerre autour de lui se prépare.
    D'abord les réfugiés espagnols, les délations. Puis l'arrivée des Allemands. Fini les fêtes, les touristes, les chars de fleurs. Sans le vouloir, mais ensuite de plus en plus conscient et engagé, sous l'impulsion de l'instituteur du village, Gilbert, il devient passeur.

  • Marcellin, jeune agent immobilier à Luchon, achète une propriété dans la montagne et reçoit un soir, une étrange visite : une oursonne à laquelle il s'attache.... Or avoir un ours à la maison ne serait-il pas sans danger ?

    L'auteur, originaire de Toulouse, vit dans le 46 et publie son cinquième roman chez De Borée, venant ainsi ajouter une nouvelle pierre à une oeuvre plusieurs fois primée, publiée aux éditions Robert Laffont, Seuil, Milan, Seghers, Casterman, Gallimard et Syros.

  • Les vaches d'Ernest se sont enfuies dans la montagne. La nouvelle se répand comme une traînée de poudre dans la région : elles sont libres et redeviennent sauvages. Mais quand elles dévorent des meules de foin, le ton change et on demande à Ernest de retrouver son troupeau...

  • Des poèmes, des notes aussi bien. Ce mot pour dire le texte court, la prise de vue et donc aussi le trait, l'éclat et la légèreté. Des notes de voyages : réels ou imaginaires. Des vues au travers des images pour tenter de dire l'infinie beauté du monde qui, chez Michel Cosem, a toutes les couleurs de la vie quand elle sait faire avec tendresse une place aux pertes multiples qui l'ajourent de nuit et l'irisent d'horizons incertains.

  • Une légende peut-elle exister ? C'est la question que l'on se pose à Pleuveterre, un village perdu au milieu des champs labourés et où la brume vient souvent se poser.
    Entre mystère et étrangeté tout au long de ce récit plein de poésie et de suspense, on essayera de comprendre et d'expliquer tous les évènements surprenants qui se succèdent.


  • entrez dans ma maison, la musique voltige entre les poutres, les hirondelles annoncent les beautés du monde, et les mots étrangers ouvrent toutes les portes.


  • Chaque prose capte ici un lieu, un instant, saisis dans leur vérité et leur mystère. Une attention bienveillante et songeuse recrée chaque microcosme, par le prisme des sensations vives, la saisie de détails justes, la focalisation finale sur un gros plan. Jacqueline Saint-Jean

  • "Chacun de ces poèmes est un petit univers où brille notre imaginaire lors d'une rencontre, d'une pensée, d'une présence humaine ou végétale, minérale ou historique... C'est le rôle que Michel Cosem assigne à la poésie pour qu'elle donne grâce à la magie de l'écriture couleurs à toutes choses et d'en partager la beauté."


  • une petite chatte rousse peut-elle parler ? détenir le pouvoir de retourner dans le passé à l'époque des pharaons ? oui, si cette chatte est la déesse bastet des egyptiens.
    elle devient l'amie d'abdou et le fait participer à des rencontres extraordinaires. l'aventure se passe aujourd'hui sur les rives du nil où abdou travaille avec son oncle. il a comme ennemi moktar et pour amie la délicieuse nou.

  • Ce roman historique est caractérisé par son aspect poétique, ses repères temporels délibérément flous, et par la présence, par touches, de références légendaires. Au milieu du dix-neuvième siècle, Hannah, une très jeune fille, grandie dans la rue et la misère, se rend coupable d'un vol à l'étalage. Elle est envoyée à Belle-Île où, dans le domaine de Bruté, se trouve un pénitencier pour enfants. À peine arrivée dans cette forteresse, elle réussit à s'en échapper en se faufilant par un trou dans la haie, qu'un chien errant avait ménagé. Elle erre sur la lande, s'efforçant de mettre le plus de distance possible entre le pénitencier et elle, jusqu'à ce qu'elle rencontre un jeune pêcheur, Jean-Marie, descendant d'Acadiens réfugiés en Bretagne. Celui-ci a tout de suite compris qu'il avait affaire à une fugitive et lui propose la protection d'une grotte, cachée au pied d'une falaise, dont il a fait son repaire. Malheu-reusement, un gamin du village mal intentionné les découvre, et après une rixe qui l'oppose à Jean-Marie, menace de les dénoncer. Les jeunes gens sont contraints de fuir leur cachette et trouvent refuge, pour une nuit, chez une vieille femme, nommée Soazig, un peu simple d'esprit, et affolée de craintes superstitieuses. Le lendemain, Jean-Marie part à la recherche d'une embarcation pour quitter l'île. À la nuit tombée, il réussit à s'emparer d'une chaloupe, et revient chercher Hannah qui désespérait de le revoir. Les deux enfants s'éloignent de l'île en rêvant à l'Amérique qui pourrait leur offrir une terre de liberté.

  • Jacinto, dit feu-follet, est le favori de la reine isabelle d'espagne.
    Il adore jouer avec son singe et partir à l'aventure parmi les oliviers d'andalousie. un jour, la reine lui demande d'aller à la rencontre de boabdil, souverain musulman de grenade qui vient d'être vaincu. en chemin, il fait la connaissance de christophe colomb qui lui propose de l'accompagner dans son voyage sur la route des indes... " -jacinto, cela suffit, dit isabelle d'un ton où perçait une tendre sympathie.
    Cela suffit, je veux que tu sois avec moi le moment venu. boabdil s'approche et tu sais ce que j'attends de toi : tu vas aller à sa rencontre sur le chemin de grenade et tu me diras comment il est... si tu veux prendre le singe sur tes épaules, libre à toi, mais le moment est grave, tu le sais bien. jacinto avait oublié que le roi de grenade venait ici signer sa reddition et entamer son exil. "

  • Cette année, la fête de la Saint-Martin réunit de nombreux jeunes gens : le paysan Micoulaou, qui veut devenir clerc de notaire et rêve d'épouser la belle Emma, une jeune maîtresse d'école ; Guichou, un mauvais drôle placé chez un maître des forges ; Gaston, le colporteur contrebandier ; Mantou, le dompteur d'ours ; Tougne, le conteur qui captive les foules. En ces temps troublés, chacun suivra son chemin plus ou moins agité.

  • Ce qui me plaît dans la poésie c'est que l'on peut tout dire avec les mots de tous les jours : dire le vent, la pluie, les fleurs, l'herbe qui pousse, mais derrière ces choses simples se cache ce que l'on pense du monde, comment l'on y vit, comment l'on y est bien ou mal.
    La poésie, c'est un peu de liberté pourvu qu'on l'aime et que l'on sache la goûter. Michel Cosem. Un ouvrage qui s'adresse sans limite ni frontière du plus jeune public jusqu'au mieux averti. La poésie est bien ce lieu singulier qui ouvre le regard sur chaque chose.

  • Ce roman historique retrace la vie tumultueuse de Peire Vidal, considéré comme l'un des troubadours les plus illustres du XIIIème siècle. Fils d'un artisan toulousain, il apprend son art au château des comtes de Toulouse auprès de son mentor Maître Guiraud, avec d'autres illustres ménestrels de son temps. Une fois sa formation achevée, le jeune homme partira sur les routes de l'Occitanie, et bien au-delà, pour satisfaire son désir insatiable de découverte et d'aventure. De la cour du roi d'Aragon à la Provence, en passant par Byzance ou par la Hongrie, Peire Vidal rencontre les plus grands de son temps, les plus belles dames de l'époque.
    Accompagné de ses instruments de musique et guidé par son inspiration, le célèbre troubadour toulousain entraîne le lecteur dans son sillage, lui faisant découvrir la profonde richesse de l'Histoire occitane.

  • Cet ouvrage permet de saisir sur le vif la poétique de Michel Cosem. Une nouvelle poétique ? En tout cas un nouveau palier vers l unité et l universel. L on ne saurait trop souligner le ton d émerveillement et de naïveté, au sens d une capacité à saisir les choses à leur état naissant. Il y a là un pacte originel avec les grandes étendues de l imaginaire qui sont ses pays de naissance.

empty