Marie-Pierre Morel

  • L'oeuvre d'aristote traduit la volonté constante de comprendre le réel dans sa diversité.
    Contre le risque d'une réduction du savoir aux abstractions vides, mais également contre la fascination qu'exerce la multiplicité considérée pour elle même. lire aristote, c'est donc mettre la philosophie à l'épreuve, et cela dans tous les domaines oú s'accomplit le travail de la raison : les principes de la philosophie naturelle, les problèmes de méthode, la science de l'être en tant que tel, la connaissance du vivant, la recherche de l'excellence morale et du bien commun.
    Tel est le parcours que cet ouvrage propose au lecteur. il le fait ainsi participer à un défi radical et fondateur.

  • Jean : le « bien aimé », le disciple préféré. Penché sur le coeur de Jésus, il lisait ses secrets. Il a compris le mystère de celui qui s'appelait « le fils de l'homme ».
    Fils de l'homme. ou fils de Dieu ? « Fils de l'homme et Fils de Dieu », nous répond-il. Comment cela ? Peut-on être à la fois l'un et l'autre ?
    « Homme, parce que fils de Dieu » : serait-ce la définition de l'homme ? De l'homme pétri de vie et non de mort ? En voilà du nouveau !
    Il est temps d'entrer dans les confidences de l'apôtre, de croquer à pleines dents le Livre qui apporte la clé.
    Saint Jean plaça au coeur de son évangile la grande promesse de son Maître : « En vérité, en vérité, je vous le dis : celui qui garde ma parole ne verra jamais la mort » (Jn 8/51). Chiche !


    Enseignante de formation, l'auteur s'est intéressée très tôt aux textes originaux des Saints Évangiles, par l'étude du grec. C'est à partir de cette connaissance, aidée par les compétences de l'abbé Joseph Grumel, qu'elle a travaillé sur les textes eux-mêmes pour nous faire découvrir plus en avant leur inépuisable richesse.

  • Cet Evangile du Royaume sera proclamé dans le monde entier, en témoignage pour toutes les nations ; alors viendra la fin. Ainsi écrivait saint Matthieu il y a deux mille ans (ch.24/v.14). Sommes-nous arrivés à ces temps de la fin ? Je le pense. Et de fait, l'Evangile a été proclamé dans le monde entier. Avons-nous cru ? Au Seigneur d'en juger. L'avons-nous vécu ? A chacun de s'examiner. Il apporte la génération sainte et la vie impérissable, et c'est bien en cela qu'il est "royal". "Règne de vérité et de vie, règne de sainteté et de grâce, règne de justice, d'amour et de paix." (préface du Christ-Roi). Où fut-il vécu ce Royaume ? - A Nazareth bien sur ! "C'est là, écrit Léon XIII, que Dieu a laissé un document qui sera la charte des familles qui adviendront dans le futur (Bref : "Neminem fuit"). La mienne, la nôtre, la vôtre.

  • Qu'a-t-il manqué à l'Eglise pour qu'elle devienne le Royaume du Père ? Non pas l'assistance de l'Esprit-Saint, qui, à chaque âge, a oeuvré pour qu'advienne la Vérité toute entière. Mais notre lenteur à croire et à comprendre ses divins enseignements. La question centrale des Actes des Apôtres fut celle posée au premier concile : "Faut-il circoncire les païens et leur enjoindre d'observer la Loi de Moïse ?" Non, a répondu saint Pierre, s'affranchissant brusquement de cette Loi qui, dans l'Ancien Testament, dénonçait le péché. Privée de cette pédagogie, l'Eglise a perpétué le péché. Et jusqu'à nos jours, nous avons tiré ce boulet, sans que la "Grâce de Notre Seigneur Jésus-Christ" parvienne à nous en délivrer. Comprenons donc l'enseignement de Moïse pour que la Loi Nouvelle inaugurée par le Sauveur porte en nous tous ses fruits. D'accord ?

  • Des recettes familiales gourmandes, faciles à réaliser, à partir de produits simples.

    « Dans ce livre, je partage avec vous ma cuisine de coeur, non pas celle du chef, mais celle du quotidien, que chacun peut faire, refaire et surtout s'approprier. Ce sont mes recettes personnelles, conçues au fil de l'inspiration, avec des produits simples, peu d'ustensiles et de temps, uniquement du plaisir... ».

    Stéphanie Le Quellec a ouvert à Paris La Scène, un lieu de vie qui mêle table étoilée et simplicité.

  • Épopées royales, contes de Noël, légendes miraculeuses : calisson et nougat sont les héros de mille et un récits. Ils sont le roman délicieux de la Provence que cet ouvrage vous invite à découvrir. Au fil des pages, qui nous entraînent dans l'histoire et les secrets de fabrication du calisson et du nougat, se révèlent les saveurs d'un patrimoine gastronomique que Le Roy René honore depuis un siècle. Pour compléter le merveilleux voyage, carte blanche a été donnée à cinq Chefs de renommée qui nous livrent des recettes aussi inédites que gourmandes.

    LAILA AOUBA - CHRISTOPHE FELDER - PATRICE GELBART - STÉPHANE JÉGO - GEORGIANA VIOU.

  • Depuis 1900, la savonnerie Marius Fabre, installée à Salon-de-Provence, continue à transmettre son savoir-faire et son patrimoine. Quatre générations se sont ainsi succédé pour décliner la recette familiale du savon de Marseille traditionnel, écologique par nature, sans parfum ni conservateur, aussi doux que nourrissant.

    Aujourd'hui comme à sa création, avec passion, la savonnerie Marius Fabre cuit au chaudron et sélectionne rigoureusement ses huiles. Cube vert extra pur pour la peau, copeaux pour le linge, savon noir pour la maison, cosmétiques pour le bien-être, tous les produits griffés Marius Fabre ont ce même souci de qualité et de protection de l'environnement. Une histoire de famille intimement liée à celle du savon de Marseille artisanal, au service de la fabrication d'un produit exceptionnel.

  • Pierre Marcolini vous invite à venir déguster le chocolat aux quatre coins du globe en un voyage culturel et sensoriel.

    Pâtissier et chocolatier au savoir-faire visionnaire, reconnu pour ses choix éthiques et son approvisionnement direct auprès de producteurs indépendants, il nous dévoile ses découvertes à travers un carnet de voyages délicieusement inattendu. Gianduiotti, cornes de gazelle, alfajores, carrot cake, cappuccino au lait de soja et yuzu, pavlova... autant de fruits d'une cuisine de rencontre entre des produits traditionnels et un savoir-faire extraordinaire.

    Porté par la passion mais aussi le respect pour la nature et les Hommes, bien plus qu'une aventure gustative, ce voyage en six escales (Europe, Afrique, Amérique du Sud, Amérique du Nord, Asie et Océanie) est une véritable expérience qui se contemple, se savoure, se vit.

  • Immersion délicieuse dans l'univers du cacao avec Pierre Marcolini, l'un de ses plus grands orfèvres. Sa signature ? Une majestueuse cabosse. Les fèves de cacao au cour de sa passion.
    Celui qui a été sacré champion du monde de pâtisserie en 1995 crée son propre chocolat à partir de fèves achetées sur les plus belles plantations de la planète. Bean to bar, de la fève à la tablette, rares sont les chocolatiers à emprunter cette voie, la plupart de ses pairs travaillant à partir de chocolat de grandes sociétés (Valrhona, Barry-Callebaut.) pour créer leurs spécialités.

    > Une initiation pratique au bean to bar à appliquer chez soi, donc au bean to home - ou comment torréfier, broyer et tempérer son propre chocolat.

    > 150 recettes pour maitriser tous les aspects du chocolat - craquant, crémeux, en sauce. - et réaliser de somptueux gâteaux, bonbons, plats salés et autres douceurs (Fèves crues en poivre & sel à grignoter à l'apéritif, Fèves fumées aux copeaux de bois, Poivre de grué de cacao, Infusion de cacao, etc).

    > À la découverte de 10 grands crus parmi les plus beaux terroirs de cacao : du Mexique à l'Indonésie, en passant par le Cameroun, Madagascar ou le Vietnam.

    Pierre Marcolini, artisan belge, amoureux du chocolat depuis son plus jeune âge, est aujourd'hui l'ambassadeur de la Haute Chocolaterie belge dans le monde. Sa vocation est précoce, il accumule rapidement des titres prestigieux comme Meilleur Apprenti puis Meilleur Ouvrier de Belgique, respectivement en 1988 et 1991. Il se lance dans l'aventure des championnats du monde de pâtisserie, qu'il remporte en 1995 à Lyon, après deux places de vice-champion en 1992 et 1993. Il ouvre sa première boutique cette même année en Belgique, et est aujourd'hui à la tête d'une trentaine de points de vente, en Belgique, au Japon, à Paris (dont une rue Saint-Honoré) ou au sein du mythique Selfridges de Londres.
    Il marque un tournant dans sa carrière en 2001, quand il décide de fabriquer ses propres chocolats à partir des fèves de cacao. Il va alors parcourir le monde à la recherche de crus d'exception. Le concept de bean to bar est né, de la fève à la tablette. Il bouscule enfin les codes et réinvente la sacro-sainte tablette de chocolat en créant « Carré²Chocolat », une tablette carrée dont chacune des neuf facettes est frappée d'une des lettres de son nom, Marcolini.

    Photographe multifacette pour la presse et l'édition, Marie Pierre Morel a déjà signé les images de "Breizh Café" et "Alexandre Gauthier, Cuisinier" aux éditions de La Martinière.

  • En 1995, Michel Troisgros et son épouse Marie-Pierre ont ouvert un « café-restaurant-épicerie » à côté de la Maison Troisgros, leur restaurant trois étoiles de Roanne. Le souvenir des salumerie italiennes les a inspirés dans la conception de ce lieu simple et élégant où l'on sert une cuisine précise, d'inspiration ménagère (Tarte à l'oignon et aux cèpes secs, Omelette plate et soufflée à la fourme) où se glissent aussi des souvenirs de voyages (Fish & chips, sauce indienne ou Ceviche de daurade). On y vend également des produits de grande qualité tel le judion, énorme haricot blanc découvert dans les bars à tapas de Séville et ingrédient de choix des Foies de lapin à l'artichaut. C'est sur la base de ce répertoire culinaire que s'est construit ce livre qui propose en 81 recettes d'emporter chez soi l'atmosphère chaleureuse du Central et de s'essayer à une cuisine nourrie de savoir-vivre.

  • J'yaitoutmis ! Une cuisine simple et gouteuse, une facilité déconcertante, peu de préparation pour un plat unique qui va mijoter tranquillement pendant que...- Vous faites une sieste...- Vous jouez a candy crush...- Vous lisez le dernier monde diplomatique...ou Voici - Vous réparez le store du premier qui pendouille depuis deux mois... Une cuisine qui prend le temps de laisser du temps, une cuisine qui se partage, une cuisine qui réchauffe. - Par saison : Du poisson et pas que, de la viande, de la volaille, des plateaux de fromages, des recettes Vegan...- Une proposition de vin pour chaque recette.- Des recettes écrites en GROS pour pouvoir le lire le livre tout en cuisinant.Photographies : Marie-Pierre Morel.

  • Breizh Café, c'est bien plus que des crêpes bretonnes ! « Travailler la matière première », tel est le mot d'ordre de Bertrand Larcher, dont le respect des produits est placé au coeur de sa cuisine en faisant notamment appel à des producteurs régionaux pour un choix de matières premières de qualité (la farine de sarrasin, le froment, les légumes, le beurre Bordier, etc.).
    C'est cette approche si singulière qu'il met à l'honneur dans ce projet réunissant plus de 60 recettes de crêpes, de galettes et de petites préparations, où se mêlent les produits simples de la Bretagne avec des saveurs multiples pour un résultat qui se veut authentique et surprenant : Brochette apéro galette-saucisse-huîtres en tempura;Breizh roll au tartare de chèvre;Galette saumon fumé et ikura; Galette poulet sauce au cidre; Galette miel de sarrasin glace sarrasin;Crêpe banane caramel beurre salé au rhum. Des recettes traditionnelles magnifiées pour en faire des plats d'exception. Car c'est aussi ça le Breizh Café, la simplicité des produits au service de l'excellence.
    Un accord cidre est recommandé pour chaque recette.

  • La Colline du Colombier, ancienne ferme transformée en gîte et en restaurant par Michel Troisgros, est née du désir de renouer avec une manière traditionnelle de se nourrir dans ces fermes du Brionnais. Sans folklore, Michel Troisgros propose ici une cuisine d'aujourd'hui à partir des ressources que suggèrent le paysage - rivière et mares, pâturages, chemins creux et « terrasses », haies qui le quadrillent, jardin potager, basse-cour - ou des habitudes de la campagne, comme cette soupe qui vous attend, sur la table, dans un geste de réconfort.
    Ainsi, le livre suivra ce fil conducteur : tradition de l'hospitalité, coutume du casse-croûte, ce que fournit la basse-cour, cueillette le long des chemins, l'élevage et ses produits, la rivière et la pêche, la fête qu'offrent les desserts.
    Les recettes, au lieu de suivre l'ordre classique, se répartiront au long de cet itinéraire qui, de notre assiette, nous fait parcourir tout un panorama.

  • Philosophie, économie, histoire, sociologie, littérature, histoire de l'art, psychanalyse ... autant de sciences humaines qui délimitent les champs du savoir. Autant de disciplines fondamentales présentes de bout en bout dans la collection "Quadrige", à travers les plus grands auteurs, les plus grands titres, les plus grands textes. Quadrige : des ouvrages d'hier et d'aujourd'hui qui sont aussi des textes pour demain.
    La collection se divise en quatre sections : -- Références (dictionnaires, histoire générale ...) jaune pantone 116 -- Textes (Bachelard, Bergson, Durkheim ...) rouge 2718 -- Essais (Laplanche, Levinas ...) bleu 2728 -- Manuels (Ellul, Denis ...) vert green c .

  • Démocrite, Épicure et Lucrèce sont les trois figures dominantes de l'atomisme ancien. Ils construisent une philosophie de la nature selon laquelle tout est constitué d'atomes en mouvement dans le vide. Le monde n'est donc ordonné par aucune intelligence organisatrice ni aucune intention qui en définirait les fins. Il est le fait de la pure nécessité. Aussi Démocrite affirme-t-il que la nécessité est le principe de toutes choses et de tout événement. Les épicuriens s'efforcent cependant de limiter le pouvoir de ce principe intangible sans pour autant dénier la réalité ni la force du nécessaire.
    Les enjeux d'un tel débat ne sont pas seulement d'ordre cosmologique ou physique. Ils concernent également la philosophie de la connaissance et l'éthique : pouvons-nous exercer notre jugement propre, nous efforcer au bonheur ou décider de bien agir, si nos actes eux-mêmes dépendent de la nécessité ? C'est en substance l'objection que les épicuriens adressent au fondateur de l'atomisme. Faut-il dès lors s'adapter à l'hégémonie de la nécessité, comme Démocrite nous y invite, ou convient-il, à l'inverse, de se convaincre que tout n'est pas en son pouvoir et que nous sommes réellement autonomes dans le domaine de ce qui dépend de nous, comme le pensent Épicure et Lucrèce ?
    Telle est la question fondamentale que pose l'antinomisme ancien, dans le jeu même de ses conflits internes, en mettant l'exigence de liberté à l'épreuve de la nécessité, l'exercice de la décision face à la réalité du monde.

  • " On ne saurait dissiper ses craintes à l'égard des questions les plus importantes, si l'on ignore ce qu'est l'univers, et que l'on continue de s'inquiéter de ce que racontent les mythes ; c'est pourquoi il n'est pas possible, sans l'étude de la nature, de goûter les plaisirs purs.
    ", Épicure, Maxime capitale XII.

  • Goûter la cuisine d'Alexandre Gauthier, passer un moment à La Grenouillère, dormir dans une de ses huttes est une expérience extraordinaire, une intense émotion.

    Alexandre Gauthier a rêvé son premier livre : original, de facture singulière, des photographies magnifiant les plats et les ambiances, un stylisme épuré, une écriture graphique aiguisée. Tel qu'il l'a rêvé, il l'a réalisé.

    Ce titre invite à découvrir le talent, la créativité, la modernité et la personnalité de ce jeune chef étoilé. De magnifiques photographies, plus de 100 recettes surprenantes, un objet hors du commun. Un livre étonnant par un chef détonnant.


    Alexandre Gauthier, chef de l'année du guide Gault-Millau 2016Il a été formé au lycée hôtelier du Touquet, dans le Nord de la France. Il a poursuivi et complété sa formation auprès de cuisiniers aux styles différents. Depuis 2003, il est le Chef propriétaire de La Grenouillère située à La Madelaine-sous-Montreuil, dans le Pas-de-Calais. En Septembre 2005 il participe à « Fou de France Paris » et en Mars 2008 à « Fou de France Tokyo ».
    En 2007, il ouvre une rôtisserie contemporaine Froggy's Tavern à Montreuil-sur-Mer, et en 2009 « Les grandes tables du Channel », à Calais. Il participe à de nombreux festivals et colloques de cuisine dans le monde où il présente sa cuisine.
    Le style d'Alexandre Gauthier et sa personnalité le conduisent en mai 2011 à confier à Patrick Bouchain la rénovation de La Grenouillère. Il imprime sa marque, rénove la cuisine du restaurant et devient l'un des leaders de la jeune cuisine. Il s'exprime par une cuisine d'auteur, radicale, essentielle et impertinente.

    Marie Pierre Morel partage son temps entre l'édition, la presse magazine et un travail personnel. Adepte de la lumière du jour elle aime une photographie résolument simple, voir "paresseuse". Regarder bien regarder, c'est tout!

  • Au fond de la vallée des Belleville, dans son restaurant de Val Thorens, plus haute station de ski d'Europe, Jean Sulpice propose, hiver comme été, une cuisine contemporaine et authentique. Ses créations, fortement ancrées dans le patrimoine culinaire de sa Savoie natale, sont autant inspirées par son amour des grands espaces que par ses voyages et ses rencontres. C'est au milieu des montagnes que ce jeune chef, parmi les plus doués de sa génération, se sent le plus inspiré et le plus libre pour inventer des plats aux saveurs limpides, autour d'accords de goûts surprenants et originaux.
    Son nouveau livre illustre cet univers fascinant et son influence sur la cuisine de Jean Sulpice à L'Oxalys. Les contraintes du climat et de l'isolement, le choix exigeant de produits de proximité, les subtiles variations autour des herbes sauvages définissent une cuisine de coeur et de terroir, directe et sincère, pleine de fraîcheur et d'énergie, déclinée ici en soixante recettes inédites. Une cuisine d'altitude, d'un hiver à l'autre.

  • « Enlève tout ! » Plotin l'ordonne : l'âme humaine doit tout retrancher, supprimer tout ce qui l'encombre et l'alourdit. En répétant et en appliquant ce mot d'ordre, elle délaissera la séduction des apparences sensibles et des plaisirs immédiats. Elle accomplira son être véritable et pourra atteindre les principes supérieurs, à commencer par l'Intellect, dont elle provient et auquel elle aspire. Comme Ulysse, l'âme doit accomplir sa propre odyssée.
    On insiste souvent sur les ruptures qui semblent marquer le système plotinien, et sur le saut que représente l'expérience ultime et indicible de l'union avec le Bien.
    Ce livre, en procédant à une relecture d'ensemble des Ennéades, entend au contraire restituer l'unité du système et la continuité qui relie les niveaux qu'il distingue : l'Âme, l'Intellect et le Bien. Il montre qu'il s'agit fondamentalement d'une continuité de la raison, sous ses différentes formes, et que l'odyssée plotinienne, plutôt qu'une ascension mystique, est avant tout une démarche rationnelle.
    Cette lecture du projet plotinien comme entreprise réellement philosophique le replace dans le contexte d'exégèse - celle, d'abord, des Dialogues de Platon -, et de polémiques - en particulier avec Aristote et les stoïciens - qui caractérise le moment de son émergence, au IIIe siècle de notre ère.

  • Aristote élabore une conception originale et subtile de l'unité de l'âme et du corps.
    L'âme du vivant est à son corps ce qu'es la forme à la matière : elle en est le principe ou le programme interne d'organisation et de développement. Leur unité est donc substantielle sans pour autant qu'ils se confondent. Aristote ouvre ainsi une voie singulière pour dépasser l'alternative du dualisme et du monisme. L'unité du composé d'âme et de corps est, selon lui, un fait indiscutable et qui, en tant que tel, n'appelle pas de justification ; mais comment concevoir l'unité du vivant s'il est fait de deux principes, l'un corporel, l'autre incorporel ? La solution du paradoxe consiste à refuser une représentation statique ou purement morphologique de l'être animé selon laquelle la vie serait la superposition ou l'addition inexplicable de deux entités distinctes.
    Depuis les mouvements organiques jusqu'aux activités les plus élaborées, comme les actions morales, la vie consiste toujours en une synthèse de mouvements tout à la fois psychiques et corporels. L'unité du vivant résulte de la cohérence de ses activités. Pour le comprendre il convient d'analyser la contribution essentielle, mais souvent négligée, que les petits traités d'histoire naturelle et le traité du mouvement des animaux apportent à la problématique du traité de l'âme.
    C'est ce que ce livre entreprend de faire en tissant le lien qui rattache la matière à l'action et, au-delà, la philosophie du vivant à la philosophie pratique. Il apporte une contribution décisive non seulement à la pensée d'Aristote mais au problème général des rapports de l'âme et du corps.

  • La physique de Démocrite, affirmant que tout n'est qu'atomes et vide, a souvent été perçue, dès l'Antiquité, comme une vision de la nature austère et réductrice.
    Nous la connaissons d'ailleurs essentiellement par le truchement des critiques qui lui sont adressées. A l'examen cependant, l'atomisme démocritéen révèle une subtilité et une richesse d'applications longtemps négligées. La simplicité apparente de la théorie est en fait l'expression de son économie. Celle-ci lui permet en effet de prolonger ses ramifications dans tous les domaines de la philosophie naturelle : géologie, zoologie, embryologie, botanique, ou encore l'explication physiologique de nos représentations.
    Démocrite et la recherche des causes invite le lecteur à mener l'enquête auprès de ceux qui, d'Aristote à Simplicius, en passant par Epicure, Lucrèce, Plutarque, Galien, Sextus Empiricus, témoignent de cette pensée fondatrice et participent ainsi à l'une des grandes polémiques de la philosophie antique.

empty