Langue française

  • Le colloque « Protection et valorisation des ressources naturelles dans les Etats de Savoie - Contribution à une histoire du développement durable », tenu à Cuneo en octobre 2011, est la cinquième rencontre du P.R.I.D.A.E.S. (Programme de Recherche sur les Institutions et le Droit des Anciens États de Savoie). Dans le cadre d'une approche à la fois comparatiste, pluridisciplinaire et transnationale, ce colloque a permis d'aborder une question inédite à l'échelle des Etats de Savoie, et qui est pourtant à la fois d'une grande actualité contemporaine et d'un fort enracinement historique. En effet, ce que l'on qualifie aujourd'hui de « développement durable » n'est pas une préoccupation nouvelle. Les actes de ce colloque montrent que dès le Moyen Âge, et jusqu'au XIXe siècle, les États de Savoie ont cherché à discipliner l'usage des ressources environnementales pour en assurer une exploitation respectueuse de la nature et de la préservation de ses richesses. Qu'il s'agisse d'utiliser les multiples ressources de la forêt, de tirer profit de l'eau ou de l'air, d'exploiter le sol quel qu'en soit le moyen, l'action de l'homme est toujours réglementée dans un objectif dont il serait utile de s'inspirer : une exploitation qui ne perd pas de vue la nécessité de protéger les ressources naturelles en permettant leur régénération et leur mises en valeur, de manière à préserver le patrimoine des contemporains et des générations futures.

  • Mis à jour et enrichi des dernières évolutions de la matière, cet ouvrage couvre l'ensemble du programme d'histoire des idées politiques depuis l'Antiquité jusqu'à nos jours : les époques antique, médiévale, moderne et contemporaine. Il ne divise pas le programme, comme cela est généralement fait entre avant et après le XVIIIe siècle, mais propose une analyse générale de l'évolution de la philosophie politique et juridique avec ses ruptures et ses continuités.

  • Faire parler les corps ; Francois-Emmanuel Fodéré à la génèse de la médecine légale moderne Nouv.

    Dans le legs naturaliste des Lumières, François-Emmanuel Fodéré (1764-1835) incarne la figure du « précurseur » de la médecine légale moderne. Ce livre est le premier à lui être dédié. Il cadre le « moment Fodéré » où la médecine-légale se certifie comme science des maux de la société. Faire parler les corps évoque Fodéré en sa formation, ses saillies épistémologiques et sa réception notamment italienne. Suicide, crime, infanticide, folie, épidémie, hygiène publique : ces objets mènent Fodéré à la science investigatrice de l'anomie sociale pour en prévenir la causalité.

  • Cet ouvrage couvre l'ensemble du programme d'histoire des idées politiques depuis l'Antiquité jusqu'à nos jours : les époques antique, médiévale, moderne et contemporaine.
    Il ne divise pas le programme, comme cela est généralement fait, entre avant et après le XVllle siècle, mais propose une analyse générale de l'évolution de la philosophie politique et juridique avec ses ruptures et ses continuités. Ce manuel s'adresse aux étudiants des facultés de droit (licence 3, master 1) et des Instituts d'études politiques, ainsi qu'aux personnes qui préparent les concours administratifs.
    Il est constitué de fiches thématiques permettant d'appréhender rapidement et précisément les enjeux importants. Chaque fiche offre les repères essentiels ; des explications précises sur les thèmes fondamentaux ; des références bibliographiques pour approfondir une question.

  • Le colloque « Intendants et Intendance en Europe et dans les États de Savoie, XVIIe-XIXe siècles », tenu à Nice, en 2012 est la sixième rencontre du P.R.I.D.A.E.S. (Programme de Recherche sur les Institutions et le Droit des Anciens États de Savoie). Dans le cadre d'une approche à la fois comparatiste, pluridisciplinaire et transnationale, ce colloque a été l'occasion de renouveler l'histoire de l'intendance et, au-delà, de l'administration des temps modernes. À partir de la matrice française des XVIIe et XVIIIe siècles, il a d'abord permis de revenir sur la fondation et l'organisation de l'institution puis sur l'éventail de ses multiples attributions (judiciaires, financières, fiscales, économiques ou sociales). Son évocation se poursuit par le prolongement de l'institution en France mais surtout la diffusion du modèle au-delà des frontières, en Europe et sur le continent américain, en Nouvelle France ou Nouvelle Espagne. Quant à l'intendance des États de Savoie (Royaume de Piémont), elle semble suivre le modèle français, mais se prolonge sous la Restauration, illustrant la survie d'une institution d'Ancien-Régime bien après la Révolution, et la permanence des institutions par delà les changements politiques, mais également la spécificité des États de savoie par rapport à l'évolution administrative des autres États européens.

  • Le colloque « États de Savoie, Églises et institutions religieuses, des réformes au Risorgimento» est la septième rencontre organisée dans le cadre du P.R.I.D.A.E.S. (Programme de Recherche sur les Institutions et le Droit des Anciens États de Savoie).Il s'est déroulé à Lyon, en octobre 2013, à l'initiative du laboratoire ERMES (Université Côte d'Azur) et avec le concours de l'équipe RESEA (Religions, Sociétés Et Acculturation) du LARHRA (Laboratoire de Recherche Historique Rhône-Alpes, UMR 5190), rattaché aux établissements universitaires lyonnais et grenoblois et au CNRS. Cet ouvrage, réunissant les actes de ce colloque, permet de monter comment, d'une époque à l'autre, les États de Savoie restent des États de l'entre-deux, entre pays de France et péninsule italienne. En raison de cette situation particulière, les hommes et les idées circulent, les influences se croisent, les modèles s'affrontent, les règles canoniques et les normes étatiques entrent en tension. Les communications rassemblées dans la première partie du volume sous le titre « Principes, débats, conflits » permettent, en suivant des personnalités, ou en décryptant des principes juridiques et des discours, d'analyser les institutions religieuses, avant et après la Révolution. Sous le titre « Minorités, institutions, pratiques », les communications de la seconde partie s'intéressent au statut juridique des minorités confessionnelles, aux congrégations religieuses,aux institutions scolaires ou caritatives et au patrimoine religieux. Le résultat constitueun ensemble stimulant pour les historiens du droit comme pour les historiens du fait religieux, italiens et français, invités à ne pas négliger la spécificité des États de Savoie entre France et Italie, tout à la fois cohérents et divers.

empty