Laurent Graff

  • Monsieur Minus

    Laurent Graff

    "Lors de ses marches, il honnissait les clôtures, les murs d'enceinte, les grillages et autres abus de propriété - "à moi, ça !". Il traversait un monde de parcelles, hypercadastré, planté de poteaux aux quatre coins comme des sceptres de propriétaires terriens. (...) Il avait pris rendez-vous à la clinique sous le nom de Bertrand Minus. Ca lui était venu tout seul au téléphone, il n'avait rien préparé, par association d'idées sans doute - micropuce, Minus - le 16, à 15 heures, ça vous convient, monsieur Minus ? L'idée de se trimballer avec un traceur dans le corps ne lui plaisait aucunement, mais ça faisait partie des quelques concessions nécessaires pour avoir la paix".
    Bertrand Le Marec, unique héritier de la première fortune de France, consacre tout son temps à la marche à pied, loin des affaires. Il est assisté de Martial, ancien infirmier militaire et ex-taulard, qui s'occupe avec soin de la logistique. D'une randonnée à l'autre, les deux compères vont d'hôtel en maison d'hôtes, parcourant ainsi campagnes, vallons et bords de mer sur plusieurs centaines de kilomètres.
    Tout irait pour le mieux dans le meilleur des mondes, mais nous ne sommes pas dans le meilleur des mondes.

  • La Méthode Sisik

    Laurent Graff

    Non pas le temps qu'il fait. Non plus le temps qui passe. Mais le temps qui s'arrête, le temps en moins. Comment ça marche?? La Méthode Sisik vous donne la recette.

    1955 : commercialisation de la Citroën DS.
    1967 : sortie en salles du film Le Samouraï, de Jean-Pierre Melville.
    21 juillet 1969 : Neil Armstrong, premier homme à marcher sur la Lune.
    1987 : mort de l'acteur Lino Ventura.
    31 mars 1995 : départ à la retraite de Grégoire Sisik.
    1er janvier 2002 : changement de monnaie, passage à l'euro.
    2004 : apparition de la caisse automatique en supermarché.
    Avril 2011: Agnès Dupont de Ligonnès et ses quatre enfants sont découverts morts à leur domicile. Le père de famille, Xavier Dupont de Ligonnès, est introuvable et devient le principal suspect..
    2022 : mort de l'acteur Alain Delon.
    2035 : début de la guerre civile.
    2038 : changement de monnaie, passage au franco.
    2041 : Xavier Dupont de Ligonnès se livre à la justice.
    2055 : Grégoire Sisik, doyen de l'humanité.
    2060 : premiers capteurs de pensées.
    2070 : inauguration de la prison Lucile.
    2075 : changement de monnaie, passage au super-euro.
    2080 : départ du vaisseau spatial Nous Voilà, à destination de la planète Céline.
    3 février 2084 : mort de Grégoire Sisik à l'âge de cent quarante-neuf ans.
    9 avril 2084 : naissance de Céline, premier humain extraterrestre.
    2149 : atterrissage de la navette Contact sur la planète Céline.

  • Il ne vous reste qu'une photo à prendre.
    Vous avez tout le temps que vous voulez. Vous avez le choix de l'appareil. Il s'agit, entendez bien, de votre dernière photo. Laquelle prendriez-vous ?

  • Selon toute vraisemblance, Laurent Graff publierait un nouveau livre au Dilettante. En est-on sûr ? Tout à fait, un recueil de nouvelles. L'avez-vous lu ? vous le tenez entre vos mains. Quelles mains ? De vous à moi, un conseil : hâtez-vous de le lire avant qu'il ne vous file entre les doigts, s'évapore, que vous-même ne passiez à l'as. Graff y affine, au fil de ces dix nouvelles, des stratégies d'effacement et autres procédures de néantisation d'une malignité redoutable. Cet éloge, en dix tableaux, de l'abonné absent capte tour à tour les destins de Claude Chienchien, alias le client-mystère, un citoyen lambda testant dans l'anonymat l'efficacité de vendeurs de magasin. Là, comme n'y étant pas, nanti d'une « identité imprécise confinant au néant », heureux de n'être qu'un « passager furtif de l'humanité ». Plus loin, on capte la « vie d'un mort-né », s'attarde sur la prénommée Delphine qui voit son identité se déliter lettre après lettre, tandis qu'un autre se perd en égarant tous ses objets ou se mange pour survivre. Tout se consommera dans l'avant-dernière nouvelle, Le Mausolée, où une folie ambulatoire saisit tel ou tel, lancé vers un point du globe pour y déposer un objet anodin.

  • Les jours heureux

    Laurent Graff

    • J'ai lu
    • 24 Juin 2003

    «À dix-huit ans, j'estimais que j'avais expérimenté tout ce qui, grosso modo, constitue une vie ordinairement bien remplie, de l'amour au travail, de l'idéal à l'ambition, de la déception à l'ennui.» À dix-huit ans déjà, Antoine fait l'acquisition d'une concession et choisit la pierre tombale qui ornera sa sépulture. À trente-cinq ans, il est pensionnaire des Jours heureux, une maison de retraite. Le personnel le prend pour un cinglé. Mais a-t-il réellement tort ?
    Il vit désormais dans ce nouveau décor peu banal, rythmé par les rires, les pleurs, les fugues et les suicides de ses comparses. Rompu au spectacle, il se résigne finalement à accepter qu'après la mort, le mystère de la vie reste entier, sans jamais apporter de réponse satisfaisante.

  • La vie sur Mars

    Laurent Graff


    un voisin homme-grenouille.
    des cow-boys qui font leurs courses au supermarché. un candidat aux élections et son jumeau. un ninja et des piments. une femme frigide sous la neige. une journaliste qui parle à son chat. un chasseur de japonaises. un écrivain et la coupe du monde de football. david vincent et les bee gees. la vie est étrange, parfois.

  • Nous sommes sur une petite île bretonne battue par le vent et les rumeurs. Un promeneur étranger prend des notes sur des feuilles volantes. Mais que peut-il bien écrire ? Au nom de Sa Majesté est un livre irrévérencieux, qui se joue gentiment des genres et des registres, avec pour seul gouvernail, l'écriture.

  • Il est des nôtres

    Laurent Graff

    • J'ai lu
    • 7 Mars 2002

    Roman «Cette pauvreté si manifeste, grossière, presque voulue de l'existence ne peut être qu'un leurre qui cache forcément autre chose. Ou alors vraiment, l'homme, si pourvu de moyens, malgré toutes les qualités qu'on lui prête, ne mérite pas tant d'attention.» N'y a-t-il rien derrière le pitoyable quotidien de nos existences ? La vie est dure à avaler, constate Laurent Graff. Elle laisse un goût amer à celui qui s'y laisse prendre. Ses jours se suivent et se ressemblent trop, bien trop... Plus rien d'enthousiasmant n'arrive lorsque survient la quarantaine. Alors, pourquoi ne pas s'inventer des fugues romanesques, histoire de varier l'ordinaire, des dérapages imaginaires, inventés, où ne vont sombrer que nos doubles, et d'où l'on pourra finalement se relever indemne ?

  • Voyage, voyages

    Laurent Graff

    • J'ai lu
    • 2 Juillet 2006


    Patrick, la trentaine, croupier dans un casino de Normandie, prépare son voyage. Des vaccins au livre de chevet, du couteau au chapeau de soleil, il s'apprête et s'équipe, sans savoir où ni quand il partira. Une seule certitude : un jour, il partira.


  • Grand absent

    Laurent Graff

    L'attrait de la file d'attente est fort. On parle de pouvoir d'attraction. Il est difficile de rester en dehors. Dedans on s'y sent bien. Au chaud. À l'abri.

  • Caravane

    Laurent Graff

    Soit Bo, tombé en panne d'essence sur l'autoroute, marchant le long du parapet à la recherche d'une station-service; soit Beck, ermite et géant, vivant dans une caravane, à la sortie d'un village; soit Misuzu, jeune, jolie et japonaise (dix mille francs la nuit), I tuant de trois balles de revolver le client auquel elle devait faire les poches.
    Ils se retrouveraient autour de la caravane de Beck, non loin de l'aéroport de Roissy, un cadavre sur les bras, des trafiquants aux trousses. Il y aurait aussi un godemiché dans un stérilisateur à biberons, une décharge publique, un petit bois où l'on creuse des trous. Ils décideraient alors d'atteler la caravane et de partir. Ce sera en Normandie, une plage. Ce serait bientôt fini.

  • Le cri

    Laurent Graff

    Il y a de moins en moins de voitures, l'autoroute devient déserte. Un péagiste demeure seul dans sa cabine. Quelques individus résistent à un "bruit " inconnu, une clameur, un son meurtrier qui décime l'humanité. Le vol du cri, célèbre tableau d'Edward Munch, a inspiré à l'auteur cette histoire de fin du monde, qui est aussi la fin du monde d'un homme. Laurent Graff a trente-sept ans.

empty