Jean-Pierre Hardy

  • Les politiques sociales constituent un champ complexe de dispositifs et d'actions. Les développements récents de nouvelles modalités de tarification dites « à la ressource disponible », « en fonction des besoins des personnes », « à la prestation » sont plutôt mal perçus : ils marqueraient l'introduction du néo-libéralisme économique dans le secteur social.
    Pourtant, ces nouvelles modalités de tarification, le renouveau de la coopération entre les acteurs et la contractualisation pluriannuelle permettent, au contraire, au secteur social et médico-social de renouer avec les sources originelles de l'économie sociale en actualisant la réponse à la question du « pourquoi s'associer ? ».
    L'actuelle régulation tutélaire et bureaucratique ne peut qu'imploser. Les acteurs du secteur social ont entre leurs mains l'alternative entre une implosion « sur la droite », à savoir une « régulation marchande », ou « sur la gauche », à savoir une « régulation sociale contractuelle ». La réponse à la crise à la fois identitaire et financière que connaît le secteur social ne sera pas néolibérale si les acteurs dépassent les intérêts corporatistes qui pourraient leur faire préférer le maintien de l'actuel statu quo. Telle est la conviction que l'auteur partage ici avec tous ceux qui ont en charge un domaine fondamental de notre démocratie.
    D'ici la fin de ce premier quart de XXIe  siècle, les établissements, services et dispositifs devront conclure des CPOM mais des CPOM à 5 P  :P comme pluri-annualité budgétaireP comme pluri ESSMS et dispositifsP comme pluri-financeursP comme parcoursP comme plateformes coopératives et territorialisées de services.

  • Ce livre fournit une présentation méthodique, didactique et complète de la nouvelle réglementation financière et comptable des établissements sociaux et médico-sociaux. L'ouvrage pose la question de l'avenir d'une tarification administrée dans le cadre de la libéralisation des services à l'heure européenne. Il critique la manière dont la gestion associative aujourd'hui dominante dans ce secteur est prise dans un étau, qui lui sera fatal, entre le libéralisme économique triomphant et sa propre implosion bureaucratique. 2e édition complètement revue et corrigée, à jour du décret rectificatif du 7 avril 2006.

  • La législation et la réglementation financière et comptable des établissements et services sociaux et médico-sociaux rénovées par la loi du 2 janvier 2002 et le décret du 22 octobre 2003, viennent d'être complétées par l'ordonnance du 1er janvier 2005 et les décrets du 7 avril, 23 mai et 31 mai 2006. Alors que l'édifice paraît enfin complet et cohérent, il risque d'être mis en cause dans le cas où les établissements et services sociaux et médico-sociaux entreraient complètement ou partiellement dans le cadre des directives européennes qui visent au libéralisme économique en matière de service. Considérées par certains comme régressives du point de vue des libertés associatives, cette législation et cette réglementation renforceraient beaucoup trop les obligations budgétaires et comptables en volume et en technicité, quand elles ne conduiraient pas purement et simplement, selon d'autres, à une mise sous tutelle des associations par l'administration.

    Le secteur social et médico-social est à un moment historique de son évolution. S'il veut réussir sa professionnalisation et résister intelligemment à la montée en puissance du néolibéralisme économique de plus en plus hégémonique au niveau européen, il doit impérativement en passer par une réforme de ses pratiques budgétaires et comptables, faute de quoi son implosion bureaucratique entraînera le triomphe des lois du marché. Telle est la conviction qui anime l'auteur et qu'il partage ici avec tous ceux qui ont en charge le fonctionnement financier d'un domaine fondamental de notre démocratie.


  • La vallée du Saint-Laurent connaît des changements sans précédent dans les premières décennies du XIXe siècle. La population double tous les quarts de siècle en raison de la croissance naturelle des Canadiens et de l´immigration. Éperonnée par la flambée du commerce du bois, le pays s'ouvre désormais à un vaste marché. En quelques décennies, des fortunes imposantes s'érigent, on crée des institutions financières, on met sur pied des manufactures, on améliore le réseau routier terrestre et navigable et la vapeur vient révolutionner le transport fluvial. Le développement du commerce, la production de masse de certains produits en Europe et aux États-Unis, les échanges plus faciles entre ruraux et citadins, une augmentation certaine du niveau de vie moyen et, conséquemment, une plus grande consommation de biens de toutes sortes apporte un bien-être matériel qui se manifeste dans le confort de tous les jours. Dans un ouvrage qui fait le point sur de nombreuses années de recherche, Jean-Pierre-Hardy examine plusieurs aspects de la vie quotidienne au Bas-Canada: d'abord le chauffage et l'éclairage, deux aspects du bien-être aujourd'hui tenus pour acquis, qui n'étaient pas partagées également par tous à l'époque; ensuite, le mobilier et les accessoires décoratifs, un élément des intérieurs domestiques qui en dit long sur le niveau de fortune mais aussi sur le degré de culture des occupants; enfin, les différents soins que l'on accordait à son corps, source d'un bien-être personnel défini selon les normes de l'époque.

  • Chercher fortune en Nouvelle-France ouvre les portes d'un fabuleux musée qui recèle des trésors ethnographiques, historiques et artistiques inouïs. L'ouvrage retrace l'avènement et le développement de la vie française en Amérique. En trois actes et dix tableaux, le livre raconte la naissance du Nouveau Monde.
    Quand les exilés des vieux pays entrent en scène, ils sont confrontés à un environnement des plus hostiles. Les émigrants doivent se loger, se vêtir et se nourrir. Le simple fait de survivre constitue alors un exploit.
    Au deuxième acte, les colons français révèlent leur nature d'aventuriers. Ils partent explorer et découvrir le continent. Ils créent un vaste empire commercial fondé sur la traite des fourrures. Les explorateurs défendent leurs conquêtes à la fois contre les Anglais et contre certaines tribus amérindiennes ou, au contraire, font alliance avec d'autres nations autochtones et s'indianisent à leur contact. C'est au troisième acte que les aventuriers deviennent les héritiers d'un immense territoire. Ceux qui ne sont déjà plus de nouveaux arrivants développent une société nouvelle. Les colons créent des institutions d'éducation et de justice ainsi que des structures culturelles et religieuses qui répondent à leurs conditions de vie en transformant le modèle européen traditionnel.
    Pour faire revivre avec une grande vivacité cette épopée historique, ce magnifique ouvrage de référence propose une abondante iconographie : illustrations originales, photographies d'artefacts et d'oeuvres d'art, cartes et autres documents d'archives.

  • Un nouveau spectre hante le travail social : le néolibéralisme. La dénonciation de son triomphe permet de s'exonérer à bon compte d'une réflexion sur les mutations réelles et combinées, voire quasiment synchronisées, du travail social, du travail associatif et du travail militant. Souligner le caractère souvent rhétorique de la marchandisation ne revient pourtant pas à nier la réalité du phénomène, ni à minimiser l'importance de ses enjeux... Il faut donc aller à contre-courant de la sociologie dominant le secteur social, qui reste focalisée sur la critique tout en s'arrogeant le monopole de la lucidité. Les dénonciateurs du néolibéralisme dans le secteur social, abondamment armés pour la critique, ne jouissent pas d'un semblable privilège théorique en ce qui concerne l'oeuvre constructive alternative. Le développement de sa propagande ces dernières années peut se résumer à un simple travail d'agitation et de répétition, plus ou moins grandiloquent et invariable. L'ouvrage s'emploie à répondre point par point à cette critique.

  • Les développements récents de nouvelles modalités de tarification dites « à l'activité », « en fonction des besoins des personnes », « à la prestation » sont plutôt mal perçus : ils marqueraient l'introduction du néo-libéralisme économique dans le secteur social.
    Pourtant, ces nouvelles modalités de tarification, le renouveau de la coopération entre les acteurs et la contractualisation pluriannuelle permettent, au contraire, au secteur social et médico-social de renouer avec les sources originelles de l'économie sociale en actualisant la réponse à la question du « pourquoi s'associer ? ».
    L'actuelle régulation tutélaire et bureaucratique ne peut qu'imploser. Les acteurs du secteur social ont entre leurs mains l'alternative entre une implosion « sur la droite », à savoir une « régulation marchande », ou « sur la gauche », à savoir une « régulation sociale contractuelle ». La réponse à la crise à la fois identitaire et financière que connaît le secteur social ne sera pas néolibérale si les acteurs dépassent les intérêts corporatistes qui pourraient leur faire préférer le maintien de l'actuel statu quo. Telle est la conviction que l'auteur partage ici avec tous ceux qui ont en charge un domaine fondamental de notre démocratie.

  • L'Éducation Thérapeutique du Patient (ETP) vise à aider les patients à acquérir ou à maintenir les compétences dont ils ont besoin pour gérer au mieux leur maladie. C'est un enjeu de santé publique car elle améliore la qualité de la prise en charge des très nombreux patients atteints de maladies chroniques.
    Mais il reste parfois difficile d'aider les patients à modifier certains comportements. C'est dans ce contexte que l'hypnose apparaît comme un moyen complémentaire innovant dans la démarche d'éducation thérapeutique.
    Cet ouvrage, à partir de 12 cas pratiques représentatifs, permet de comprendre et d'appréhender la variété des indications de l'hypnose dans l'éducation thérapeutique du patient.
    Il s'adresse à tous les professionnels de santé impliqués dans la prise en charge d'un patient ayant une maladie chronique, et plus spécifiquement aux acteurs de l'éducation thérapeutique du patient.

  • Impossible d'inventer débauche plus débridée, plus érotique et plus amoureuse que celle qui attendait Casanova à Venise, dans les bras des deux plus belles nonnes du couvent de Murano, Caterina et Marina.
    La création littéraire sublime certaines existences. Casanova fut l'homme des extrêmes : ami des plus grands, exerçant tous les métiers, évadé de la redoutable "prison des Plombs", infiniment aimé de toutes les femmes... Cet être est l'un des rares à avoir osé vivre sa vie.
    Cependant, l'Histoire a oublié un infime détail, minuscule grain de sable dans les délicieux rouages du libertinage?: Giacomo Casanova a aimé.

  • Figure emblématique du la vie culturelle française depuis les années 30, Jean-Louis Barrault au fil de ses lettres et de son journal livre sa vision du théâtre conçu comme une discipline, une poésie, une manière poétique d'envisager la vie.

  • Ce rappel historique montre le passage de l'assistance publique à l'aide sociale. Sont présentées et commentées les diverses formes d'organisations sanitaires et sociales, avec pour objectif, une application facilitée des textes en vigueur.

  • Une découverte est sur le point de bouleverser le monde tel que nous le connaissons. Une vague d'assassinats ciblés ébranle l'équilibre planétaire. Les énigmes qui s'accumulent doivent être résolues rapidement puisqu'une course contre la montre pour sauver l'humanité vient de s'engager. Nous n'avons plus beaucoup de temps...
    Un thriller haletant en prise avec notre époque, et qui n'hésite pas à poser les questions qui dérangent. Mieux qu'une projection de cinéma, l'histoire se déroule sous nos yeux, autour de nous, en nous. Une seule promesse : après Sanction, vous ne regarderez plus le monde de la même façon.

  • 3 auteurs en vue signent la première présentation complète (managériale, politique et scientifique) du dispositif préconisé pour le secteur.

  • Georges Clemenceau a traversé la Belle Époque préoccupé de ses deux passions?: la politique et l'humanité. Combattant la colonisation, engagé pour la journée de huit heures et pour la séparation de l'Église et de l'État, fondateur de plusieurs journaux, ardent défenseur de Zola et féroce soutien de Dreyfus, créateur de la police scientifique, président du conseil des ministres à deux reprises, notamment en 1917 pour former un gouvernement consacré à la poursuite de la guerre, il sera «?le Tigre?», intraitable et combatif - l'artisan du traité de Versailles. Voici l'une des faces les plus connues de Georges Clemenceau, celle que l'école et la mémoire collective nous enseignent. Une autre, plus intime, infiniment gaie, lucide, affectueuse, s'exprime pleinement au fil de sa très riche correspondance qui dévoile un être accessible, drôle, et plein d'humanité dans un monde qu'il voit déjà danser au bord du gouffre... et s'y fracasser.

  • L' aide et l'action sociales ont connu ces dernières années de profondes réformes. Les politiques publiques de protection de l'enfance, du handicap, de la vieillesse, de la lutte contre les exclusions subissent de profondes mutations du fait de la crise financière. L'année 2010 est celle du bouleversement des institutions : création des agences régionales de santé (ARS), disparition des directions départementales et régionales des affaires sanitaires et sociales (DDASS-DRASS) au profit des directions de la cohésion sociale, début de la réforme territoriale. Autant d'importantes évolutions qu'il est indispensable de connaître pour les professionnels du secteur social, médico-social et de la santé.
    À l'aide sociale « ancienne » (aide sociale aux personnes âgées et aux personnes handicapées, aide sociale à l'hébergement des personnes en difficulté sociale, aide sociale à l'enfance), qualification empruntée à Amédée Thévenet, fondateur de l'ouvrage et auteur des 15 précédentes éditions, est venue s'ajouter ou se substituer l'aide sociale « moderne » (revenu de solidarité active, couverture maladie universelle, allocation personnalisée d'autonomie, prestation de compensation du handicap, prévention et protection de l'enfance).
    Cette 17e édition de L'aide sociale aujourd'hui, véritable ouvrage de référence, rend compte de cette nouvelle conception de l'aide sociale et de la prise en charge des publics vulnérables ou en difficulté dans le contexte actuel.
    Les auteurs, auxquels Amédée Thévenet a passé le relais dans cette nouvelle édition, poursuivent un triple objectif :
    - dresser un tableau complet des dispositifs et institutions, sans en oublier les aspects historiques ;
    - offrir un outil de travail complet, clair et référencé pour maîtriser la législation en vigueur ;
    - aider les professionnels dans leur pratique et les élus dans leurs missions mais aussi les étudiants en travail social en leur donnant les clés de compréhension de la situation actuelle, afin de mieux appréhender les différents scénarios des évolutions à venir.

  • Dans la « Maison jaune », en Arles, Van Gogh accueille Gauguin. C'est là que la peinture soude leur destin dans un tumulte de couleurs et de folie. C'est là, aussi que Vincent se tranche l'oreille et précipite le départ de Paul aux îles Marquises. peu après la fin tragique de Van Gogh dans un champ de blé.
    Vincent portait sur son coeur une lettre à son frère : « Lis mes tableaux, Théo, ils te diront ce que je n'ai pas su vous dire. »

empty