Jean-Pierre Croquet

  • Rouge Soho

    Jean-Pierre Croquet

    Meurtres et magie noire à Londres.

    Angleterre, mai 1914. Alors que des menaces de guerre planent sur l'Europe, l'inspecteur Robert Adey enquête sur une série de meurtres étranges.
    Au même moment, un courtier du nom de Mark Bowen se rend à Londres pour acquérir la Kabbalah Denudata, un incunable sur les traditions occultes et la magie noire. Mark est mandaté par Aleister Crowley, membre de la Golden Dawn et de plusieurs sociétés secrètes, qui traîne derrière lui une sulfureuse réputation de mage noir.
    Mais lorsque Mark arrive à la librairie d'Angus Bloom, dans le quartier mal famé de Soho, il découvre celui-ci égorgé. Et la Kabbalah Denudata a disparu !
    À la lumière de ce crime, dont le modus operandi évoque ceux perpétrés jadis à Whitechapel par Jack l'Éventreur, l'inspecteur Adey n'a plus de doute : un seul et même assassin est à l'oeuvre. Et tous les indices font de Mark Bowen le coupable idéal.
    Commence alors pour Mark une course contre la montre, qui lui fera côtoyer spirites illuminés, révolutionnaires irlandais, francs-maçons et anarchistes.

  • Car Noël aussi peut faire peur...
    Convier spectres et assassins au traditionnel festin de Noël ? Se réunir au pied du sapin pour entendre une histoire à dresser les cheveux sur la tête ? Voilà de quoi surprendre !
    Depuis Charles Dickens, le conte horrifique de Noël est devenu un rituel tout comme la bûche et les cadeaux. Il traduit la noirceur des nuits les plus longues de l'année, traversées de vents hurleurs que les ombres projetées par les flammes dans l'âtre rendent plus inquiétantes encore... Il est si bon de se faire peur, au coin d'un feu de bois !
    Cette anthologie rassemble douze histoires de fantômes, contes angoissants et nouvelles criminelles signées Charles Dickens, Arthur Conan Doyle, Erckmann-Chatrian, Thomas Hardy, Le Fanu, Gaston Leroux, Saki ou Robert Louis Stevenson. Des auteurs moins connus, comme W. W. Jacobs ou Edith Nesbit, constituent d'agréables découvertes.

  • «Je ne crois pas aux fantômes. Mais j'en ai peur.» On a beau les mettre à l'écart dans un cimetière, les enfouir dans la terre profonde, disperser leurs cendres aux quatre vents, les morts ne s'en vont jamais. Leurs fantômes continuent de vivre dans notre mémoire. Et le meilleur moyen de s'accom-moder de leur présence est peut-être de les enfermer dans des histoires...
    Or, il n'est pas de terre plus propice aux apparitions des ombres, de pays plus accueillant aux esprits inapaisés que l'Angle-terre et ses îles. Sur ces landes brumeuses, dans les solitudes des Hébrides, sur les étendues vertes d'Irlande, dans les manoirs de briques rouges ou dans les ruelles obscures de Londres, c'est toujours «l'heure des fantômes»!
    Tour à tour terrifiants ou pathétiques, décidés à se venger ou à réparer un acte atroce, ils reviennent du «pays dont nul voyageur n'a repassé les frontières» pour nous dire que la mort est la chose la mieux établie et... la plus incertaine!
    Des histoires à frissonner, aux odeurs de feu de bois et de tourbe, à savourer en dégustant une tasse de thé ou un bon whisky...

  • Fins limiers, à vos loupes ! Des ruelles enténébrées de Whitechapel aux landes désolées d'Ecosse, Sherlock Holmes et Watson traquent le crime et pourfendent le mystère.
    Secte diabolique, spectre venu du fin fond de l'Empire, secret enfoui depuis la nuit des temps, rien n'arrête le roi des détectives. Et que personne n'aille lui demander : " Comment avez-vous deviné ? ". Car alors, l'homme à la pipe se fâche : " Je ne devine jamais Watson, je déduis ! ". Elémentaire, n'est-il pas ?

empty