Puf

  • Les événements de septembre 2001 aux États-Unis sont novateurs par le nombre de victimes occasionné, non pas par le mode opératoire des attentats ni même par les fondements doctrinaux d'« AI Qaida ». Des anarchistes du début du XXe siècle aux fanatiques de la secte Aum, en passant par les fedayin du Proche-Orient, le terrorisme a changé vingt fois de visage au cours des cent dernières années. Une seule constante dans toutes ces transformations : les méthodes. Aujourd'hui comme hier, le terrorisme suppose toujours une organisation, une logistique; il use toujours de la bombe; il pratique toujours l'assassinat, l'enlèvement, la prise d'otages ; il s'en prend toujours au transport aérien civil. Pour la première fois, un livre écarte délibérément les idéologies (le registre du pourquoi) et entreprend l'analyse systématique de la pratique du terrorisme (le domaine du comment). Une analyse de l'« entreprise » terroriste, qui est aussi un tour du monde de la lutte armée clandestine, de l'Afghanistan à l'Ouganda, de la Grèce au Japon, du Pérou à l'Oklahoma.

  • Les fabriques du jihad

    Jean-Luc Marret

    • Puf
    • 2 Février 2005

    Aucun livre ne s'était essayé jusqu'à présent à réunir les analyses de spécialistes français et étrangers issus d'horizons divers (sécurité, relations internationales, développement...) sur les réseaux jihadistes internationaux. Voici donc une étude qui couvre aussi bien les réalités de terrain les plus concrètes, que l'essaimage mondial d'une violence internationale s'incarnant mais ne se résumant pas à Al-Qaida, dont est donnée à voir ici l'impressionnant spectre géopolitique. Qu'il s'agisse du micro-financement et des liens avec la criminalité, de la logistique et de l'armement, des modes d'action, de la question fondamentale des " armes de destruction massive " (nucléaires, radiologiques, biologiques et chimiques), du recrutement des terroristes dans le monde arabo-musulman ou le Caucase, voire dans l'Afrique sub-saharienne, mais aussi en occident (Américains, Français, Britanniques, Allemands...), les " fabriques du jihad " semblent légion et fourniront pendant de nombreuses années encore des militants opérationnels. La solution à long terme semble donc résider dans un mélange d'anti-terrorisme policier et de prévention pour remettre en cause les raisons profondes, car structurelles, de cette violence aux dimensions planétaires.

empty