Jean-Luc Marais

  • Avec la collaboration de Marc BERGERE.
    Histoire qui aborde les événements politiques ainsi que le développement économique, la vie sociale, les débats culturels et religieux de l'Anjou aux xixe et xxe siècles.

  • Les événements de septembre 2001 aux États-Unis sont novateurs par le nombre de victimes occasionné, non pas par le mode opératoire des attentats ni même par les fondements doctrinaux d'« AI Qaida ». Des anarchistes du début du XXe siècle aux fanatiques de la secte Aum, en passant par les fedayin du Proche-Orient, le terrorisme a changé vingt fois de visage au cours des cent dernières années. Une seule constante dans toutes ces transformations : les méthodes. Aujourd'hui comme hier, le terrorisme suppose toujours une organisation, une logistique; il use toujours de la bombe; il pratique toujours l'assassinat, l'enlèvement, la prise d'otages ; il s'en prend toujours au transport aérien civil. Pour la première fois, un livre écarte délibérément les idéologies (le registre du pourquoi) et entreprend l'analyse systématique de la pratique du terrorisme (le domaine du comment). Une analyse de l'« entreprise » terroriste, qui est aussi un tour du monde de la lutte armée clandestine, de l'Afghanistan à l'Ouganda, de la Grèce au Japon, du Pérou à l'Oklahoma.

  • Guerre totale

    Jean-Luc Marret

    L'humanité a implosé. Partout éclatent conflits, guerres, génocides et massacres en tout genre... Tel est le point de départ de ce roman inclassable, hyperviolent et plein de trouvailles humoristiques qui met en scène avec sarcasme un chaos orchestré à l'échelle mondiale.
    Sans diabolisation ni moralisation, Jean-Luc Marret (qui sait de quoi il parle !), rit jaune des déviances de la mondialisation, du capitalisme sauvage et de la propagande d'État, faisant du lecteur l'amer spectateur d'un gigantesque zapping de journaux télévisés du monde entier.

  • Depuis 1919, les politiques publiques de la France en matière de désarmement et de maîtrise des armements ont un élément permanent: la recherche de la sécurité, sécurité qui peut passer par la lutte contre le réarmement allemand ou la défense diplomatique réussie du développement de la force de dissuasion. Selon ses intérêts, la France participe ainsi à l'entreprise du désarmement, pour influer sur son cours, ou n'y participe pas, pour s'en protéger, et affronte ainsi un degré variable de critiques dont elle sait s'accommoder.

  • La résolutions des conflits connaît aujourd'hui des évolutions profondes provoquées par l'émergence de nouveaux conflits à base ethnico-religieuse, non inter- étatiques, et par la montée en puissance des ONG, catégorie fluide d'organisations aux statuts, aux ressources et aptitudes à mobiliser variables.
    Engagées dans des relations inévitables avec les Etats, ces ONG ne sauraient être analysées seulement au moyen de l'opposition classique "acteurs privés/acteurs publics", mais plutôt dans leurs fonctions complémentaires et/ou concurrentielles de celles des Etats. Leurs méthodes de médiation, en particulier - interactives et locales -, se distinguent de celles des Etats, à la fois plus verticales et coercitives et paraissent parfois plus opératoires pour développer un processus de paix auprès de belligérants non-traditionnels.

  • Les fabriques du jihad

    Jean-Luc Marret

    • Puf
    • 2 Février 2005

    Aucun livre ne s'était essayé jusqu'à présent à réunir les analyses de spécialistes français et étrangers issus d'horizons divers (sécurité, relations internationales, développement...) sur les réseaux jihadistes internationaux. Voici donc une étude qui couvre aussi bien les réalités de terrain les plus concrètes, que l'essaimage mondial d'une violence internationale s'incarnant mais ne se résumant pas à Al-Qaida, dont est donnée à voir ici l'impressionnant spectre géopolitique. Qu'il s'agisse du micro-financement et des liens avec la criminalité, de la logistique et de l'armement, des modes d'action, de la question fondamentale des " armes de destruction massive " (nucléaires, radiologiques, biologiques et chimiques), du recrutement des terroristes dans le monde arabo-musulman ou le Caucase, voire dans l'Afrique sub-saharienne, mais aussi en occident (Américains, Français, Britanniques, Allemands...), les " fabriques du jihad " semblent légion et fourniront pendant de nombreuses années encore des militants opérationnels. La solution à long terme semble donc résider dans un mélange d'anti-terrorisme policier et de prévention pour remettre en cause les raisons profondes, car structurelles, de cette violence aux dimensions planétaires.

  • Pornification est le roman d'une vie en chute libre. Un roman biographique réaliste autant qu'imaginaire de Karin Schubert, une actrice qui a commencé dans les années 1960 une belle carrière internationale, tournant avec les meilleurs cinéastes en Allemagne, en France ou en Italie (elle fut notamment la reine de La Folie des grandeurs de Gérard Oury) avant de dégringoler peu à peu dans le cinéma érotique puis pornographique.
    Loin de la tentation voyeuriste, Jean-Luc Marret compose un roman plein de délicatesse et d'empathie, bouleversant d'humanité. La vie de Karin Schubert est déjà un roman en soi, mais le livre de Jean-Luc Marret, comme s'il tentait de ralentir la chute d'une étoile filante, compose un portrait lumineux, grandiose et tragique à la fois d'une figure singulière du septième art. Il brosse aussi le portrait d'une époque où le monde du cinéma, de la mode, des magazines et de la nuit s'est transformé irrémédiablement.
    Traversé par les ombres du Shah d'Iran, d'Ugo Tognazzi, de Richard Burton, d'Yves Montand ou de Jean Louis Trintignant, Pornification est le roman flamboyant d'une époque qui a consumé plus d'un astre.

empty