Jörg Ulbert

  • Théorème de Karinthy, également appelé « Les six degrés de la séparation » : modélisation des relations humaines établie par le Hongrois Frigyes Karinthy (1887-1938). Tout individu sur Terre serait relié à n'importe quel autre par une chaîne de connaissances personnelles composée tout au plus de cinq maillons.

    Au début des années 1980, la police fédérale allemande se sert de ce théorème pour retrouver la trace de terroristes vivant depuis des années dans la clandestinité.

    1981 : Les trajectoires d'Otto, policier infiltré dans le milieu des squatteurs berlinois, et de Martin, terroriste sur le retour, s'entrecroisent. Le premier a pour mission de revivre la vie de l'autre pour retrouver sa trace et l'arrêter. Le second prépare un enlèvement qu'il espère plus mobilisateur que ses précédentes actions.

  • Théorème de Karinthy, également appelé « Les six degrés de la séparation » : modélisation des relations humaines établie par le Hongrois Frigyes Karinthy (1887-1938). Tout individu sur Terre serait relié à n'importe quel autre par une chaîne de connaissances personnelles composée tout au plus de cinq maillons.

    Au début des années 1980, la police fédérale allemande se sert de ce théorème pour retrouver la trace de terroristes vivant depuis des années dans la clandestinité.

    1983 : Berlin-Ouest est le théâtre du procès le plus long et le plus scandaleux de l'histoire judiciaire allemande (1976-1991). Il s'agit de condamner les assassins d'un jeune étudiant d'extrême gauche, tué par ses camarades pour avoir eu des contacts avec les services secrets. Or Otto, policier infiltré, et Friedrich, son officier traitant, se fichent bien de savoir si les accusés sont coupables. Ils doivent faire en sorte que leur service ne soit pas éclaboussé par les révélations faites au cours du procès. Et pour cela, il leur faut un levier : le fils du juge...

  • En 1669 est créée la charge de secrétaire d'État de la Marine. Son premier titulaire, Jean-Baptiste Colbert, se met à construire une administration centrale. Le nouveau département croît rapidement. À mesure que l'effectif des commis affectés à la gestion des affaires de Marine augmente, des subdivisions, les "bureaux", sont mises en place. Ces derniers sont eux-mêmes divisés en "détails", qui forment le dernier maillon de la chaîne administrative. Le nombre des bureaux s'adapte à l'évolution des besoins. On en ouvre, d'autres sont supprimés ou fusionnent pour donner naissance à de nouvelles entités. Cette subdivision en bureaux persiste jusqu'en 1786, année où Castries réorganise les branches existantes en quatre grandes directions. Les contributions réunies dans ce volume s'intéressent à cette évolution de l'administration centrale de la Marine de 1669 à la Révolution. Elles se penchent également sur les tâches quotidiennes des hommes qui y travaillent, sur leur environnement matériel, ainsi que sur leur recrutement et leurs carrières.

empty