Jéromine Pasteur

  • Du dédale des canaux de Patagonie aux profondeurs de l'Amazonie péruvienne, l'exploratrice Jéromine Pasteur ne perd pas une seconde de l'intensité et de l'inattendu que lui offre chaque instant de ses voyages. Passionnée par la vie et le monde, elle trace un sillon entre mers et continents, portée par l'amour et la liberté, l'âme et le coeur déployés comme la voile au mât de son bateau.
    Et quand elle se pose sur les rives de sa vie pour reprendre son souffle, elle nous confie - avec cette douceur mutine de ceux qui aiment partager leurs aventures - la magie et le sérieux de ses découvertes.
    Mais déjà, elle est repartie !

  • Ce récit se passe en une seule nuit, celle de l'équinoxe d'automne, au Yacht Club du Micalvi. Il y a Linda, la barmaid gironde qui voudrait embarquer un jour, Jimmy de Tasmanie, un jeune homme fait pour le bonheur, un adolescent Indien, qui garde le Micalvi en pensant à ses ancêtres. En pleine tempête, ils se racontent des histoires de naufrages, de fantômes, de pêche miraculeuse...


  • À l'écoute de son coeur et de celui de la Nature, elle traverse les océans, explore le dédale des canaux de Patagonie, s'immerge au sein des terres inconnues de la Grande Amazonie...
    Jéromine Pasteur raconte un chemin d'amour et de liberté.


  • " C'est Rose qui avait baptisé le village.
    Mais s'agissait-il d'un village ? On disait José Pobre comme on aurait dit Panama. C'était plus qu'un lieu. C'était un monde, un domaine, le territoire de Rose, veuve de Joseph Gustave Chamblin. Rose, dite l'Abuela ! " Un matin, le jeune Tonio rencontre, à la source où chaque jour il va puiser l'eau, Shelena, une fillette indienne. Abandonnée. Battue. Pourtant elle parle avec tant de magie des mystères du monde ! Avec elle, Tonio va apprendre à ouvrir son coeur, à écouter le silence.
    Mais l'Abuela, la grand-mère de Tonio, craint Shelena. Elle est une menace pour le village déjà accablé par la Malédiction... Jéromine Pasteur a écrit L'Enfant qui rêvait le monde pour nous rappeler cette exigence : il nous faut être à l'écoute du monde, dans un respect inconditionnel de la Nature. Entre Paolo Coelho et Luis Sepulveda, voici un roman, un conte philosophique, par l'auteur de Chaveta, Selva sauvage et Ashaninkas.

  • Éloïse, une photographe française mariée à un architecte argentin de Buenos Aires, décide de partir au Pérou pour un séjour de trois mois en forêt, parmi les Indiens de la cordillère de Vilcabamba. Accueillie dans un village, elle va devoir partager le destin d'une communauté en lutte pour sa survie et apprendre elle-même à affronter ses propres démons.
    La région, infestée de trafiquants, vient d'entrer dans un cycle de violence infernale. Des guerilleros du Sentier lumineux, traqués par les forces gouvernementales, recrutent de force les Indiens de la Grande Forêt, incendient leur terre et saccagent les missions qui leur offraient jusqu'alors asile. Le clan chez lequel séjourne Éloïse doit gagner de nouveaux territoires à travers de périlleux sentiers de montagne. Pourchassés par les senderos, affamés, leur exode prend l'allure d'une odyssée mythique. Éloïse, la viraconcha, la blanche, y rencontre son propre destin, entourée de femmes qui l'initient et la protègent. Et c'est au fil de cette épreuve que la jeune femme, blessée par un amour perdu, deviendra la femme-oiseau, celle capable de lire le sens de la vie, et d'en prodiguer les clartés autour d'elle.
    Un grand roman d'apprentissage, porté par le souffle poétique et la sincérité d'un auteur pour qui la seule aventure qui vaille est celle de l'être humain, appelé à se réconcilier avec lui-même et son environnement.

  • Il était une fois,
    un clan d'Indiens ashaninkas
    et une jeune femme blanche,
    dont l'amour
    pour leur mère la Terre
    avait lié les destinées...

  • Éloïse, une photographe française mariée à un Argentin, quitte Buenos Aires pour vivre avec un groupe d'Indiens au Pérou. C'est là, au coeur de la forêt amazonienne, qu'elle va devoir partager le destin d'une communauté en lutte pour sa survie dans un environnement naturel victime de la convoitise des hommes, et affronter ses propres démons.

  • Jéromine Pasteur, "femme habitée par l'esprit d'aventure, figure romanesque incarnée" (L'Express), nous parle de son parcours, de ses engagements.
    Forte d'une expérience de vie hors du commun au sein de la forêt amazonienne, elle se bat pour que la biodiversité et les peuples indiens retrouvent enfin leurs lettres de noblesse. Et nous met en garde : à l'heure de la mondialisation, ce qui se passe " là-bas " n'est pas sans incidence "ici". Un ouvrage stimulant, révolté mais porteur d'espoir, à mettre entre toutes les mains ; une rencontre avec une femme libre, spontanée, généreuse.
    "Elle s'exprime avec passion, intelligence et originalité. Quand elle parle d'écologie, on est loin du discours politique franco-français. Elle élève et humanise le débat" - Radio Classique.

empty