Gérard Delteil

  • En voyage scolaire à New York, Pierre monte tout seul en haut de l'Empire State Building. Il se retrouve enfermé dans les locaux vides d'une entreprise et s'amuse avec les ordinateurs. Mais Internet est parfois truffé de pièges. Ne le voyant pas revenir, son meilleur ami Hervé part à sa recherche. Voilà les deux garçons embarqués dans une dangereuse aventure, une folle course-poursuite dans les rues de la ville.

  • Schizo

    Gérard Delteil

    Autour de Marseille, une sombre enquête dans le milieu de l'industrie chimique : un polar environnemental.

  • Stefano Arezzi, 20 ans, s'apprête à prononcer ses voeux auprès des franciscains de Rome lorsqu'il se voit confier par l'évêque Castellesi la sainte mission de tuer Savonarole, prieur du couvent dominicain rival à Florence, dont l'influence s'étend à vue d'oeil. Infiltré dans l'organisation de jeunesse des dominicains, il s'initie aux complexités de la vie politique florentine aidé par Machiavel, de dix ans son aîné.

  • La confiance regne

    Gérard Delteil

    • Folio
    • 3 Juillet 2002

    Dans les affaires, il faut inspirer confiance.
    C'est pour ça que je porte des costumes à huit mille francs et que je roule en Mercedes, pas seulement pour épater mes petites stagiaires. Il faut aussi savoir prendre des risques de temps en temps. En toute franchise, je suis un gagneur. Mon problème, c'est qu'il y a toujours des aigris qui n'acceptent pas la réussite des autres. Et certains peuvent devenir gênants.

  • Riot gun

    Gérard Delteil

    • Folio
    • 13 Septembre 2000

    Le riot gun, c'est un fusil à pompe - l'arme de la police américaine, des truands et des vigiles musclés.
    Ca tire du douze. On peut le charger avec du petit plomb, des balles en caoutchouc, mais aussi avec du gros.
    Quelqu'un me l'avait mis entre les mains. Difficile d'expliquer ensuite que ça n'était pas moi qui avais tué ce syndicaliste.

  • Ex-militant trotskiste, Gilbert Chauveau est aujourd'hui un élu socialiste reconverti dans le trafic d'armes, qui se planque à Buenos Aires pour échapper à la police française. Ce n'est certes pas la première fois qu'un notable corrompu tente d'échapper à son passé. Mais pourquoi se prétend-il toujours menacé, quand il jouit désormais de la protection de l'ancienne junte argentine ? Qu'espère-t-il sinon la juste rétribution de ses infidélités politiques ?
    Si la corruption hante le grand roman noir depuis ses origines, rarement la déliquescence morale qui l'accompagne n'avait été relatée avec une telle justesse de ton. Des malversations financières aux pires compromissions, et jusqu'à la chute finale.

  • Les écoeurés

    Gérard Delteil

    • Seuil
    • 9 Mai 2019

    Premier polar en gilet jaune, ce roman raconte comment un policier en formation, Alain Devers, est envoyé par ses supérieurs surveiller les manifestants qui occupent le rond-point du Mouchoir rouge, en Bretagne. Il doit se faire passer pour l'un d'eux. Le jeune homme ne goûte guère cet exercice d'infiltration, d'autant qu'un chauffard renverse soudain une manifestante et la tue, plaçant l'apprenti flic dans une situation de plus en plus périlleuse. Son double jeu se complique encore quand des agents de DCRI cherchent à leur tour à le manipuler, et que les gilets jaunes décident d'occuper le port et de bloquer les ferries, manne économique de la région...

    Une immersion très informée dans ce milieu disparate, où se croisent depuis quelques mois des militants de divers horizons et surtout des citoyens de tout milieu en colère contre l'ordre des choses.

  • Balles de charite

    Gérard Delteil

    • Folio
    • 21 Janvier 2000

    " Des pauvres, vous en trouverez dans la tour ", avait dit la petite mère.
    Moi, les pauvres, c'était mon boulot. Je grattais comme courtier à la Compagnie du Christ. Le problème, c'est que la concurrence devenait de Plus en plus dure. L'Armée du Salut, l'Institut de la Charité, la Fondation Savatier, les restos de la Bienfaisance, tout le monde voulait les sponsoriser, les pauvres. Et pour emporter la grosse part du gâteau, certains étaient prêts à tout.

  • Les années rouge et noir

    Gérard Delteil

    • Seuil
    • 13 Février 2014

    N'y a-t-il aucun moyen de faire de la politique proprement? Ce roman en forme de saga montre en tout cas que la trahison, le double jeu et la manipulation restent des armes essentielles à ceux qui veulent exercer le pouvoir.
    L'histoire se déploie entre la période de l'occupation et les années Giscard, et met en scène trois personnages principaux : Anne Laborde, une jeune résistante, qui s'engagera aux côtés du général de Gaulle et mènera une carrière politique. Alain Véron, le frère d'un militant communiste mystérieusement assassiné à la Libération, qui fréquente les boîtes de Saint-Germain-des-Prés et semble avoir mille vies. Enfin, Aimé Bacchelli, ancien collabo et homme de l'ombre, à la recherche de reconnaissance mais aussi de coups tordus...
    /> Les itinéraires de ces trois personnages vont se croiser à différentes reprises, au gré de l'usage que font certains d'un fichier politique établi sous Vichy, que Bacchelli a pu en partie récupérer et enrichir, et auquel vont bientôt s'ajouter ceux du SAC. Au fil des pages, on croise Aragon, Sartre, Krasucki, Frachon, Malraux. et tant d'autres. Un vrai thriller historique, où se dévoilent divers aspects longtemps tenus secrets de la vie politique et sociale de la France des « Trente Glorieuses », des aspects qui, eux, il faut bien le dire, n'ont décidément rien de glorieux.

  • Bugs

    Gérard Delteil

    Bugs. Au départ, un tout petit incident, pas même une panne, une simple erreur du système : rien de bien grave, vous allez corriger tout ça sans problème. Mais ce que vous ne savez pas, c'est que vous avez mis le doigt dans un engrenage qui va se transformer en machine infernale. Que le nouveau système d'info-surveillance va vous briser. Que vous allez sombrer corps et biens dans la réalité virtuelle, ou qu'une impitoyable centrale de vente par correspondance fera de vous son esclave...
    Au fil de ces nouvelles, vous allez découvrir que votre ordinateur, en apparence si inoffensif, peut devenir votre pire ennemi et l'informatique une machine de guerre broyant tout sur son passage. Que le meilleur des mondes se transformera très vite en cauchemar, si l'on n'y prend pas garde...

  • Une série de colonnades dorées entourait la salle dont les murs étaient tendus de pourpre et rehaussés de panneaux de bois sculptés.
    Un autel reposait sur quatre fûts cannelés, et sur cet autel brûlaient les cierges disposés en cercles dans une lumière irréelle et les volutes de fumée bleuâtre s'échappant de brûle-parfums de cuivre.
    Un polar qui commence comme un roman d'aventures dans la chine des song et qui se poursuit dans le quartier " chinois " du 13e arrondissement. crimes et policiers, enquêtes et soupes chinoises, trafic chez monsieur li et ses fils, du côté de la place d'italie.
    Les triades de hong-kong s'intéressent à l'héritage de la tante zhu, un garde rouge retrouve la mémoire à canton et la belle et troublante kouei houa fait de curieuses révélations dans un temple taoïste.
    Des dragons recherchés de canton à belleville et une enquête méthodique dans la plus classique tradition du roman policier français.

  • Le maire communiste d'une commune de Seine-Saint-Denis est assassiné.
    Le rédac chef du journal municipal enquête. Par un auteur accompli du genre, un roman policier fort réaliste qui s'attache principalement, sur fond de gris banlieue, à observer, démonter et dénoncer les magouilles immobilières, la corruption ordinaire, les fausses factures, etc. Garanti d'époque. Libération Gérard Delteil signe là, plus qu'un polar, une plongée discrètement nostalgique dans le quotidien d'une banlieue rouge, sur fond de " petite cuisine " électorale.
    L'Evénement du Jeudi

  • Dans une taule, un gardien est retrouvé égorgé.
    Un gendarme, confiant en l'Etat de droit, mène l'enquête parmi des matons corrompus, bonasses ou violents ; des détenus écrasés et divisés par l'ordre carcéral, exploités par un fabricant de chaussures de sport ; un caïd défenseur de la paix sociale ; un directeur de gauche ; et enfin une bien mystérieuse Sonia, qui vient ravir au narrateur l'affection de Tina-chatte-rasée et de Gaby-gros-seins. Cet excellent polar, paru en 1986, est aussi un reportage sur les prisons.
    Comme on va le voir, il a conservé une parfaite actualité.

  • Pièces détachées

    Gérard Delteil

    • Fayard
    • 2 Décembre 1992

    "Tes Colombiens, ce sont des méchants, dit le gars des Stups. Le plus grand, Irrazabal, a travaillé pour le cartel de Medellin. Je l'ai serré à Roissy en quatre-vingt-dix, mais le juge a estimé qu'il manquait de preuves pour l'inculper..." Des criminels aux motivations sans doute fort différentes avaient choisi le dimanche de permanence de mon équipe pour trucider à une demi-heure d'intervalle un paumé du quart monde et un toubib du beau monde.

    " Chez Delteil, il suffit de lire et de laisser mourir... " (Robert Deleuse, Les maîtres du roman policier) " Delteil fait partie de cette nouvelle génération qui ramasse ses histoires dans les archives refoulées, l'ordinaire politique et quotidien, les beaux hasards de l'histoire... " (Marianne Alphant, Libération) " Delteil impose un regard impitoyable sur les mille et un événements de la vie quotidienne (...). Il invente des hypothèses qui peuvent paraître hardies ou extravagantes mais qui, si on les examine de près, ne le sont pas entièrement... " (Alexandre Lous, Le Magazine littéraire) Gérard Delteil, né en 1939, a publié une trentaine de romans policiers, dont N'oubliez pas l'artiste qui a obtenu le Grand Prix de Littérature policière.

empty