Didier Guyvarc'H

  • Une histoire du peuple de Bretagne, de la Préhistoire à nos jours.

    Les histoires de Bretagne ne manquent pas... Mais celle-ci adopte un point de vue inédit : celui des paysans, des ouvriers, des marins, celui des hommes et des femmes sans histoire, sans papiers. Elle porte attention aux plus humbles, pas seulement aux puissants; s'intéresse à la vie concrète et aux rêves qui s'y enracinent, pas seulement aux couronnements et aux batailles ; risque d'autres chronologies; ruine quelques évidences...

    La crise économique de l'âge du fer, l'arrivée des Bretons en Armorique, la condition paysanne pendant la féodalité, la révolte des Bonnets rouges, la traite négrière, la Révolution et la Chouannerie, le développement du chemin de fer, l'émigration bretonne, la Grande Guerre, la Résistance, la crise du modèle agricole breton, Notre-Dame-des-Landes... Autant de moments de notre histoire examinés d'un oeil neuf.

    Émergent ainsi de nouvelles figures, émouvantes ou pittoresques, jusque-là noyées dans l'anonymat des siècles. Et de nouveaux sujets : manger à sa faim, lutter pour sa dignité, découvrir de nouveaux horizons, accéder au savoir, devenir citoyen...

    Pas de jargon, un rythme de lecture facile : cette histoire a été rédigée avec le souci de s'adresser au plus grand nombre tout en obéissant à la rigueur du métier d'historien.

    Ce livre a été rédigé par trois historiens et un journaliste : Alain Croix, Thierry Guidet, Gwenaël Guillaume et Didier Guyvarc'h.

    Ils sont les auteurs de nombreux autres ouvrages dont, chez le même éditeur, l'Histoire populaire de Nantes.

  • Une histoire du peuple de Nantes, de la Préhistoire à nos jours, cela n'avait jamais été tenté : envisager la traite négrière sous l'angle des marins et des esclaves renouvelle l'approche habituelle, centrée sur l'économie et les armateurs. Envisager les quarante dernières années du point de vue des ouvriers orphelins des chantiers ou des femmes en colère, cela modifie l'image de la métropolisation heureuse. Envisager la terrible famine comme élément majeur de l'année 1532 suggère que le rattachement de Nantes au royaume de France n'est pas alors la préoccupation première du peuple...

  • Comment les photographes ont-ils peu à peu façonné, transformé et imprimé dans les mémoires notre vision de la Bretagne ? Avec 500 photographies, en majorité inédites, cet ouvrage propose une vue d'ensemble de la Bretagne photographiée depuis 1841 : photographies restées privées, éditées, diffusées en cartes postales ou mises en ligne, signées ou anonymes, provenant des collections publiques et privées de Bretagne et de toute la France, d'Allemagne, du Royaume-Uni, de Suisse, des États-Unis ou du Canada. Une source d'émotion devant la beauté, l'occasion de sourire parfois, de réfléchir à ce qui a façonné notre imaginaire, nos représentations de la Bretagne.

  • Ce dictionnaire rend accessible le foisonnement de la réalité lycéenne dans les Pays de la Loire : l'histoire de chaque lycée public, des humanités classiques aux récentes revendications lycéennes, l'enseignement technologique, agricole ou maritime. De Bonaparte à nos jours, ce dictionnaire raconte le quotidien, les engagements, les figures illustres ou moins connues de tous les acteurs de l'enseignement : un livre de passions.

  • En janvier 1927, une soirée mondaine se transforme en bacchanale ; des notables nantais, des jeunes gens de bonne famille sont découverts en fâcheuse posture.
    Voilà qui fait grand bruit dans nantes, ville réputée fort digne et bien pensante. dans la nuit du 11 novembre de la même année, la statue de la délivrance, jugée indécente par une partie de la population et qui avait été érigée devant le monument aux morts, est renversée par des militants de la droite nationaliste. faits divers ? evénements ? affaires ? pour les contemporains ce sont avant tout des scandales qui déclenchent dans la ville une véritable guerre civile verbale.
    Leur analyse permet de saisir les clivages politiques et sociaux, les conceptions qui s'affrontent tant sur la religion que sur le rôle et la place de la femme dans les années folles. au-delà de l'étude de cas, les auteurs examinent la notion même de scandale dans une perspective historique.

  • Les images sont au coeur de la Grande Guerre. De 1914 à 1918, Elles sont utilisées pour mobiliser Bretons et Bretonnes. Elles contribuent à la construction des mémoires d'un conflit fondateur de la Bretagne d'aujourd'hui. En 200 images, souvent inédites, ce livre interroge l'actualité de cette guerre centenaire.

  • Comment se construit, depuis un siècle, la mémoire des deux guerres mondiales ? Pourquoi la France, les Etats-Unis, la Grande-Bretagne, l'Allemagne, la Pologne ou la Russie, par exemple, ont-ils des mémoires aussi différentes? Comment peut-on analyser ces mémoires à l'échelle de l'ensemble de la planète ? Le livre, largement illustré, utilise, pour la première fois, l'ensemble des 570 000 "petites affiches" émises dans le monde depuis 1914 : les timbres-poste. Ces documents mettent en évidence les silences, les propagandes, les guerres de mémoire (entre les deux Allemagne par exemple), montrent comment s'édifient de véritables "légendes nationales" (en France notamment).

    Ils révèlent les embarras de la mémoire, à propos du génocide des juifs ou même des camps de concentration. Ils affirment les hiérarchies mémorielles, ainsi entre guerres mondiales et guerres de libération nationale... Ils disent, souvent, des identités nationales. Une passionnante entrée dans la mémoire de notre monde.

    Alain Croix et Didier Guyvarc'h, historiens, ont beaucoup travaillé sur l'utilisation de l'image en histoire, les questions de mémoire et l'histoire des deux guerres mondiales.

empty