Daniel Pichot

  • Village eclate

    Daniel Pichot

    Qu'est-ce que le village dans les régions d'habitat dispersé ? A l'heure où les médiévistes s'attachent à mieux comprendre les modalités de maîtrise de l'espace, d'organisation du peuplement et de regroupement des hommes au cours du Moyen Age, l'étude du monde de l'Ouest pose des problèmes très spécifiques.
    En conjuguant les apports des textes, ceux des plans cadastraux, de la toponymie, de l'iconographie et de l'archéologie, il est possible de mettre en évidence dans un Ouest comprenant la Bretagne, le Maine et l'Anjou, un processus de regroupement aux XIe et XIIe siècles mais qui n'aboutit qu'à un résultat partiel. De petits centres à caractère villageois s'agglomèrent surtout autour des noyaux ecclésiaux jusque-là souvent isolés, le phénomène étant d'autant plus marqué que sont présents des facteurs favorables : prieurés, bourgs et lotissement de cimetières.
    Malgré tout, ces noyaux ont du mal à s'imposer à toute une gamme d'habitats dispersés qui n'ont rien de résiduels où dominent les hameaux éventuellement dotés de chapelle. Même si ce regroupement profite du soutien des pouvoirs laïque et ecclésiastique soucieux d'encadrer les hommes, le village se présente comme un réseau complexe, résultat d'un équilibre fragile entre deux forces antagonistes. Cela n'empêche pas les hommes de bâtir sur un terroir bien défini une communauté dont la réalité, loin d'être négligeable, nuance quelque peu l'individualisme que l'on associe aux sociétés de l'Ouest.
    Nous sommes donc bien en présence d'un village mais qui échappe à l'image traditionnelle de l'habitat groupé : il s'agit en effet d'un village éclaté. Plus qu'une étude exhaustive difficile sur un aussi vaste territoire, ce livre tente de faire le point sur des recherches diverses et dispersées, et de proposer un modèle explicatif qui puisse servir de cadres à des travaux à venir.

  • cette monographie s'attache à faire découvrir la ville de vitré à travers son riche passé et son dynamisme actuel économique et culturel.
    l'ouvrage présente également des sites incontournables du pays de vitré à découvrir en famille.

  • En Bretagne, le réseau paroissial connu au XXe siècle est le fruit d'une longue maturation mais il a terminé sa structuration entre la fin du Xe siècle et le XIIIe siècle.
    Au terme d'un processus complexe de développement des lieux de culte et de réorganisation de l'habitat, des centres ecclésiaux comprenant église et cimetière regroupent une population rurale formant de petites agglomérations, appelées « bourgs » dans l'Ouest. En 2003, une équipe de l'Institut National de Recherches Archéologiques Préventives (Inrap) a fouillé une partie de l'ancien cimetière de Bréal-sous-Vitré (Ille-et-Vilaine). Ainsi s'offrait une opportunité des plus rares de pouvoir intervenir au coeur du village actuel, dans un centre ecclésial en grande partie préservé. Relativement bien documenté par les sources archivistiques, le site a fait l'objet d'un véritable travail pluridisciplinaire, confrontant les sources et méthodes de l'archéologue, de l'anthropologue et de l'historien.

  • À partir de l'an mil, s'amorce ou s'accélère un vaste essor qui stimule également le milieu urbain.
    On assiste au développement de centres nouveaux que l'on appelle des bourgs castraux car ils sont étroitement liés aux châteaux. Ceux-ci leur fournissent souvent un site et une situation, une clientèle et une protection. En échange, les seigneurs détenteurs de l'autorité publique les contrôlent et les exploitent. Ces agglomérations se caractérisent par des activités d'échanges et de transformation ; certaines ne dépassent cependant guère le stade rural; l'essor des fonctions urbaines fait d'une partie des autres, à l'instar des vieilles cités d'origine gallo-romaine, de véritables villes qui apparaissent comme telles à la fin du Moyen Age.
    Conçu par la municipalité de Vitré pour enrichir d'un volet scientifique la commémoration des Mille Ans d'Art et d'Histoire de la ville, un colloque public auquel assistèrent de nombreux Vitréens a abouti à cet ouvrage qui regroupe dix-sept communications, dont sept sont consacrées à l'Ouest. Il dresse un bilan encore partiel mais novateur et enrichissant pour illustrer la naissance et la croissance de ce qui constitue de nos jours l'essentiel du réseau urbain secondaire de la France.

  • Daniel Pichot et Florian Mazel, Avant-propos.
    Daniel Pichot, Prieurés et société dans l'Ouest, XIe-XIIIe siècle. Éléments d'historiographie et premier bilan d'une enquête.
    Sébastien Legros, Les prieurés de Château-Gontier et l'établissement d'une seigneurie châtelaine dans le comté d'Anjou (fin du Xe siècle-fin du XIe siècle).
    Jean-René Ladurée, Le prieuré de la Ramée dépendant de l'abbaye d'Évron : un prieuré rural exemplaire.
    Jérôme Beaumon, Implantation et expansion d'un réseau de prieurés à l'époque féodale : l'exemple des prieurés de l'abbaye Saint-Florent de Saumur dans le diocèse de Rennes et la seigneurie de Dol-Combourg (XIe-XIIIe siècle).
    Étienne Mathieu, La naissance des prieurés de l'abbaye féminine Saint-Georges de Rennes (1024-1047).
    Florian Mazel, Seigneurs, moines et chanoines : pouvoir local et enjeux ecclésiaux à Fougères à l'époque grégorienne (milieu XIe-milieu XIIe siècle).
    Florian Mazel et Armelle Le Huërou, Actes de l'abbaye de Marmoutier concernant le prieuré de la Trinité de Fougères, XIe-XIIe siècles : édition et traduction.
    Cécile Treffort, Moines, monastères et prieurés charentais au Moyen Âge. Quelques réflexions autour d'un projet collectif en cours.
    Laurent Ripart, Moines ou seigneurs : qui sont les fondateurs ? Le cas des prieurés bénédictins des Alpes occidentales (vers 1020-vers 1045).
    Philippe Racinet, Cluny et les autres : l'exemple des prieurés.




  • Occupée dès le néolithique, le site de Vitré est habité au cours de l'époque gallo-romaine et le haut Moyen Âge. Mais l'an 1000 marque la naissance de la ville, avec la création du château construit par Robert Ier, proche du duc de Bretagne. Dès le XVe siècle, Vitré est l'une des cités les plus prospères du duché grâce au commerce du textile : la ville se couvre d'hôtels particuliers. Mais peu à peu, elle décline économiquement et culturellement et c'est une belle endormie qui accueille le XIXe siècle. Aujourd'hui, Vitré est une ville dynamique, riche d'un patrimoine remarquablement conservé, à l'image de son château, de ses remparts, chapelles et églises, ou encore de ses ruelles médiévales. Cependant, malgré la richesse de son passé, Vitré manquait d'une synthèse récente de son histoire. C'est chose faite avec cet ouvrage qui mène de front étude de l'histoire de Vitré et patrimoine légué par toutes les époques.

empty