Danièle Laufer

  • "Je suis une fille de déportée. En relisant ces mots, j'ai un sentiment d'étrangeté et d'irréalité. Ma mère a été déportée". Comment dire cette enfance singulière, ces parents qui parlaient avec un accent, ces toutes petites familles déracinées, ces traces de la Shoah sur la deuxième génération qui n'a pas connu les camps, mais a grandi dans le traumatisme de cette tragédie ? Danièle Laufer a recueilli les témoignages d'une vingtaine de femmes et d'hommes, comme elle nés de survivants des camps nazis.
    Tous ont estimé que l'heure était venue pour eux de parler afin de transmettre la mémoire de ce qui les a "à la fois détruits et construits" . Avec une grande sensibilité, elle a tissé ensemble leurs histoires, leurs émotions et les siennes. Venir après se lit comme le roman de vies hantées par des fantômes, où surgit malgré tout la joie d'être là.

  • Cette année encore, environ 600 000 personnes quitteront le monde du travail sans savoir ce qui les attend. Heureux de cette liberté retrouvée, ils tombent parfois de haut. Danièle Laufer, auteur et journaliste spécialisée des questions de psychologie et de société depuis trente ans, a rencontré des dizaines de jeunes retraités issus de milieux sociaux différents et lui ont confié leurs joies, leurs espoirs et leurs désarrois.
    A travers leurs confidences, se dessine une crise aussi nécessaire que la crise d'adolescence. De l'espérance du départ à sa réalité, nous assistons aux sentiments contradictoires du pot de départ, à l'ambivalence face aux remplaçants à venir, sans compter les difficultés à signer sa propre fin. Puis le départ acté, c'est l'appréhension du temps libre qu'il faut occuper tout en surmontant des sentiments personnels d'inutilité, de perte de confiance, de mal-être.
    Bousculée dans ses repères, le jeune retraité doit réinventer son couple, apprivoiser sa liberté, reprendre confiance en lui pour construire le reste de sa vie. Loin d'être un énième livre pratique, cet essai basé sur des témoignages réconfortera les nouveaux retraités. Un ouvrage nécessaire pour se rendre compte que nombreux sont ceux qui traversent la complexité de ce grand chamboulement.

  • Des millions de personnes souffrent du stress dans le monde du travail. Comme l'auteure de cet ouvrage, qui s'est retrouvée en soins intensifs de cardiologie, victime d'un Tako Tsubo («piège à poulpe» en japonais).

    Cette pathologie spectaculaire, récente et énigmatique (le ventricule gauche se dilate puis reprend sa forme au bout de quelques heures), pose question. On l'appelle également le «syndrome du coeur brisé». Tous les spécialistes s'accordent : le stress en est le déclencheur. Petites violences de la vie de bureau et de certains modes de management, absence de reconnaissance, perte de sens, conflits de valeurs, conditions de travail inadaptées, absurdité des procédures... Ces souffrances semblent difficiles à partager, tant le simple fait d'avoir un travail est considéré de nos jours comme un privilège. Tout cela finirait-il par user le coeur à bas bruit et provoquer un chagrin qui conduirait ses victimes aux urgences ?

    Dans ce livre mêlant scènes de sa vie quotidienne et enquête auprès de médecins ou de spécialistes du monde du travail, Danièle Laufer remonte le fil du malaise qui touche des millions de personnes...

  • " l'enveloppe est froissée comme la peau d'une personne très âgée.
    Ses plis aplatis ont été lissés, caressés au fil des années. je n'ose pas la toucher. elle est posée sur le couvre-lit de ma chambre comme une relique. elle contient le secret des origines, une histoire dont il nous faut absolument connaître le début et la fin pour donner un sens à ce qui n'en avait pas. " à cause de cette enveloppe brûlante, lola est désespérée. émilie, son amie, ne sait pas ce que contient cette enveloppe.
    Ce qu'elle sait, c'est que lola a besoin d'elle pour dénouer l'imbroglio au coeur duquel elle est plongée. qui est la grosse dame qui ressemble à une indienne ? qui est matthias ? qui est la gitane du métro ? tel un véritable détective privé, émilie va mener une enquête. il est des enfants dont le passage à l'âge adulte se fait en douceur. pour lola, ce moment sera douloureux, violent, mais si riche.

  • Une chose que Judith n'apprécie pas tellement, c'est que sa meilleure amie soit devenue la fiancée de son grand frère Charlie.
    Judith pense que l'amour rend idiot et que les histoires d'amour font souvent tellement mal qu'il vaut mieux s'en passer. Une autre chose qu'elle n'apprécie pas, c'est que ses parents aient décidé de quitter Casablanca pour habiter la banlieue parisienne. Mais cet hiver-là, après de longues journées de solitude et de rancoeur, Judith va un tout petit peu changer d'avis, à cause d'une bague bleue mystérieusement perdue, et encore plus mystérieusement retrouvée.
    Une histoire si étrange que Judith aurait refusé d'y croire, si elle ne l'avait pas vécue.

  • cinquante ans, impertinente, drôle, tendre, lucide aussi, danièle laufer brosse le portrait d'une génération de femmes qui n'ont plus envie qu'on leur parle de leur âge, parce qu'elles ont d'autres sujets de conversation et de préoccupations.
    et plus de projets que de regrets !


  • Le choix du conjoint reflète nos expériences affectives, nos aspirations inconscientes, nos failles, nos manques. De son côté, notre partenaire trouve en nous un écho de sa propre quête. Nous nous voyons à travers les yeux de l'autre comme nous aimerions être. Nous voyons l'autre comme nous aimerions qu'il soit. Vient ensuite le moment de se différencier, de retrouver le réel, de réaménager la relation et le pacte sur lequel le couple s'est fondé. C'est souvent là que surgit la première " crise ", essentielle. Projections, accusations, désillusions, reproches, malentendus, remettent en cause le fantasme du couple parfait. Le couple est une danse qui se nourrit de ses propres crises. Celle-ci impose son rythme indépendamment de chaque partenaire. Chacun vit alors un déchirement intérieur car il a le sentiment de perdre son individualité. A travers des histoires de couples au bord de la rupture venus le consulter, Serge Hefez raconte et explique ce pas de deux qui confronte, entrechoque et fait valser deux personnes, décidées à faire vivre leur relation.

  • Toutes les femmes ont en tête l'image d'une mère idéale à laquelle elles s'efforcent de ressembler. Mais oubliant que cet idéal est un fantasme, elles se culpabilisent de ne pas être à la hauteur. Dans la réalité, les choses sont beaucoup plus simples: pour un enfant, la mère parfaite, c'est toujours la sienne.

empty