Cyril Montana

  • Malabar trip

    Cyril Montana

    • J'ai lu
    • 22 Juin 2006


    Comment ne pas perdre sa petite amie quand on passe des vacances calamiteuses en Corse... Premier roman.


  • Un jeton dans la fente, et c'est parti ! Ci-joint, en 224 pages, médiator et cordes acier, contée au présent du subjectif et au passé du dépréciatif, la ballade de Simon, garçon contemporain.
    Face A. L'histoire de Simon depuis tout petit : parents babs, disjonctés et enjointés, virée dans le Lubéron avec son père chez la redoutable Nina, puis retour à Paris avec ce même père, rongé par le cancer. Un trou de ciel néanmoins : la mamie mutine et gymnaste.
    Face B. Le présent de Simon : une fuite en avant où s'entrelardent visite et coup de fil gonzo d'une mère niortaise très « like a rolling stone » ; balade en province pour retrouver la de moins en moins anguleuse Angelica, avide d'amour méthodique, luttant contre les angles à coups de bassines de frites ; solitude parisienne et découverte de Lucile ; course après la mère partie en virée pour nulle part, internement d'icelle puis mise en liberté surveillée par les psychotropes.
    Les deux faces se succèdent, un temps chaque, histoire de ne pas laisser tiédir.
    J'ai viré précaire, c'est la faute à Jagger, en plein cafard cosmique, c'est la faute au vieux Mick : ainsi vit Simon, jeune homme d'aujourd'hui.
    On la rejoue oe

  • Je nous trouve beaux

    Cyril Montana

    Le portrait d'un homme de quarante ans, élevé par des parents soixante-huitards, agent immobilier et père de deux enfants. S'il tente d'incarner une sorte de normalité sociale et affective, sa propension à draguer, ses aventures border line, la perte de sa grand-mère et la fugue de son fils le renvoient à sa fragilité, ses peurs et son immaturité.
    Ton oral, enjoué, dynamique et un peu trash, autodérision et tendresse, sens de la narration et de la chute, oscillant entre David Foenkinos, Eric Neuhoff et Patrick Besson pour évoquer les déboires, bévues et petits bonheurs d'un vieil ado qui a peur de vieillir.

  • Les creux et les bosses d'une rupture douloureuse. Défonce, délits mineurs, drague sur le Net, il pédale dur, ça déjante dans sa tête. Attention les secousses ! À la première personne, en style pulsant, le carnet de bord trashy d'un ensablé de naissance.

empty