Claude Wauthier

  • Ce surprenant panorama des Églises " afro-chrétiennes " et des cultes syncrétistes éclaire d'un jour inattendu l'évolution du continent noir, dont l'auteur est l'un des spécialistes.
    Dona Béatrice, brûlée vive pour hérésie en 1706 en Angola sous domination portugaise à l'instigation de prêtres capucins; Nonggawuse la prophétesse, qui provoqua en 1857 une épouvantable famine en Afrique du Sud en prédisant le retour des ancêtres; Matsoua le syndicaliste " passe-muraille ", gaulliste de la première heure, mort en prison en 1942 à Brazzaville; Joseph Kony, le chef des assassins de l'Armée de résistance du Seigneur en Ouganda, amnistié en 2006. Tels sont quelques-uns des prophètes et prophétesses d'Afrique noire dont l'étonnant destin est largement méconnu au-dehors. L'auteur retrace encore l'histoire de Simon Kimbangu, emprisonné pendant vingt ans au Congo alors belge, celle d'Alice Lenshina, qui dirigeait en Zambie la secte des Lumpa décimée en 1964 par les forces de l'ordre, et celle d'Alice Lakvvena qui disait commander une armée imaginaire de cent quarante mille esprits. L'auteur évoque les centaines de membres de la secte des " Dix commandements de Dieu " brûlés vifs dans une église ougandaise en 2000, sur ordre d'un illuminé qui était aussi sans doute un escroc. II étudie le culte du prophète Harris, le Christ noir des lagunes, qui eut maille à partir avec l'administration coloniale française en 1913. II analyse la prolifération des Églises dites " sionistes " d'Afrique du Sud, qui s'abstinrent de lutter contre l'apartheid, et décrit, entre autres, la secte -très riche - des Chérubins et Séraphins du Nigeria et l'Église du christianisme céleste, florissante en République centrafricaine.
    Au total, ces pages saisissantes permettent de découvrir ce qu'on pourrait appeler la " face cachée " de la réalité africaine.

  • Depuis 1958, à travers quatre présidents successifs, la France entretient avec le Maghreb et l'Afrique noire des relations plus étroites qu'aucun autre pays occidental.

  • Personne n'a oublié la consternante affaire du Carrefour du développement.
    Chacun sait aussi que le comportement de certains proches du président Mitterrand en Afrique a été mis en cause à plusieurs reprises. Et qui ignore que la politique française au Rwanda, avant et pendant les massacres, a fait l'objet de violentes controverses ?
    Guy Penne, conseiller pour les affaires africaines de François Mitterrand entre 1981 et 1986, puis sénateur des Français de l'étranger, apporte ici un témoignage inédit sur ces dossiers, comme sur tous ceux qui ont marqué la politique française en Afrique au cours des vingt dernières années.
    Interrogé par Claude Wauthier, journaliste et auteur de plusieurs ouvrages qui font autorité sur l'Afrique, il nous livre quelques secrets bien gardés, donne à mieux connaître quelques-uns des personnages qui ont marqué l'histoire contemporaine du continent, chefs d'Etat comme Mobutu ou Eyadema, familiers de l'Elysée comme François de Grossouvre, proche collaborateur comme Jean-Christophe Mitterrand.

    D'anecdotes en révélations, de rappels historiques en analyses politiques, ces Mémoires d'Afrique enrichissent notablement notre connaissance de l'Afrique et de la Ve République tandis que se trouve éclairé l'avenir d'une région du monde en proie à de nouveaux périls, dont la fidélité à la France ne s'est jamais démentie.

  • Raymond Boudon a mené des recherches novatrices, un temps occultées par son débat avec Bourdieu sur les causes de l'inégalité des chances à l'École.
    Au-delà de la controverse, on se trouve en présence d'une oeuvre riche, fondée sur une autre approche méthodologique, et qui a son unité. Comme le dit Raymond Boudon lui-même : " J'ai le sentiment de n'avoir écrit qu'un seul livre "... À partir d'une présentation biographique inédite bénéficiant d'entretiens exclusifs, cet ouvrage analyse l'ensemble de l'oeuvre. Il permet de comprendre l'importance et la portée réelle, pour les sciences sociales, du système de pensée développé par Raymond Boudon.

  • Le repli et l'imagination sont deux catégories facilement opposables. Pourtant, une étude de terrain montre à quel point elles sont jumelles, combien elles sont présentes en même temps dans les systèmes sociaux, illustrant une dialogie ou un paradoxe qui sont des signes de leur complexité. Modéliser un système complexe, c'est s'adosser au paradoxe, c'est mettre en oeuvre des logiques plurielles, linéaires et circulaires, c'est admettre que l'élément est dans la totalité comme la totalité est dans l'élément. Modéliser un territoire, c'est modéliser un système complexe dans lequel les institutions pénètrent les individus, tandis que les individus impriment leur marque sur et dans les institutions. La modélisation, dans ces conditions, épouse tout à la fois les intentions que déclarent les acteurs et les résonnances de celles-ci dans les institutions du territoire; mais cette modélisation se noue également dans la manière dont les territoires interprètent les intentions déclarées, les rationalités apparentes pour développer ce qu'on peut nommer des configurations et des métabolismes systémiques. C'est ce qui a été fait dans cette étude portant sur le département français du Tarn.

empty