Aminata Dramane Traore

  • Le chômage, la pauvreté, la violence, mais aussi les dictatures ou les génocides, sont le lot de nombreux états postcoloniaux, qui cherchent à sortir de l'étau... Avec clarté et concision, Aminata Dramane Traoré, psychosociologue et femme d'entreprise, ex-ministre de la Culture et du Tourisme du Mali, révèle la situation critique de l'Afrique noire, soumise à des réformes économiques et structurelles draconiennes. Questionnant les enjeux de l'ouverture économique et politique de l'Afrique subsaharienne à un monde qui se veut sans frontières, elle dénonce ici une mondialisation synonyme de négation et d'oppression. Poids exorbitant de la dette, rôle ambigu du FMI, ingérence extérieure... autant de problèmes brûlants auxquels elle tente de répondre, pour redéfinir le pari démocratique dans ces pays.
    Chronique sociologique et essai politique écrit "à coups de douleurs, de larmes et de pourquoi", ce texte résonne comme un véritable cri d'alarme.

  • Suicidaire est la politique de l'autruche qui consiste, pour le Mali, à se fier au diagnostic des dominants. Dans ce livre, Aminata D. Traoré prend le pouls de son pays et, au-delà du vacarme ambiant, lui parle en tête à tête des enjeux cachés et des responsabilités occultées. La France est interpellée une nouvelle fois, du fait de son aveuglement face aux ravages du modèle libéral dans ce pays sahélien enclavé, apparemment sans enjeux stratégiques majeurs, mais en réalité dans l'oeil du cyclone. L'intervention de l'OTAN en Libye est le facteur aggravant et déclencheur des évènements des derniers mois que la communauté internationale, dont la CEDEAO, a choisi d'ignorer. Du fait de cette hypocrisie, l'émigration forcée, les insécurités auxquelles l'Afrique est exposée, l'intégrisme religieux et les violences faites aux femmes ont de beaux jours devant eux.
    L'auteur invite les lecteurs à s'interroger sur des questions qui sont loin d'être spécifiques à son pays et incite ses concitoyens à oser un autre Mali pendant qu'il est encore temps. Maintenant.

  • Nous, femmes africaines, ne sommes audibles que lorsque nos voix confortent le discours misérabiliste et condescendant sur notre situation, souvent réduite à celle de femmes « pauvres, mutilées et enceintes ». Les politiques néolibérales qui saignent notre continent à blanc avec la complicité de dirigeants « démocratiquement élus » mais corruptibles et corrompus sont, elles aussi, mutilantes. En d'autres termes, une excision peut en cacher une autre. Cette réalité doit se savoir, être dite et inscrite au coeur du débat politique pour la seconde libération de l'Afrique et plus particulièrement du Mali.

  • L'intervention massive de l'armée française au Mali en janvier 2013 a suscité en Afrique un fort sentiment de reconnaissance à l'égard de la France : une véritable lame de fond, expliquant à la fois ces milliers de drapeaux français brandis par des jeunes Maliens dans les rues et l'invitation de François Hollande au récent sommet de l'Union africaine. Des intellectuels africains de grand renom n'ayant jamais été suspects de la moindre complaisance à l'égard de la Françafrique ont approuvé, après moult contorsions mentales il est vrai, l'opération Serval.
    Ce n'est pas le cas des deux auteurs de cet ouvrage, Aminata Traoré et Boubacar Boris Diop. La brillante sociologue et essayiste malienne échange des lettres avec le romancier sénégalais, connu pour sa rigueur intellectuelle et engagé avec elle, depuis des décennies et en parfaite complicité, dans les mêmes combats politiques. Ils évoquent en premier lieu la crise actuelle au Mali, véritable cas d'école, annonçant davantage une ferme reprise en main néoimpériale de l'Afrique subsaharienne que sa seconde indépendance.
    Ce dialogue permet aux auteurs de partager leurs réflexions sur les guerres actuelles de l'Occident hors de ses frontières, ainsi que sur la Côte d'Ivoire, la Libye ou l'énigmatique printemps arabe. La forme de l'échange de lettres donne au lecteur l'impression d'une discussion de vive voix entre deux penseurs africains qui lui semblent alors familiers. En ce sens, il ne s'agit pas ici d'un essai classique à quatre mains mais plutôt d'un livre à lire et à écouter.

empty