Curiosités

  • La mer

    Plonk Et Replonk

    Plonk & Replonk nous donnent une vision très personnelle du voyage en paquebot ou des vacances à la plage, en revisitant comme à leur habitude un thème abondant de la carte postale ancienne : la mer, et tout ce qui s'y rapporte. Début de siècle : la croisière s'amuse et prend ici une nouvelle tournure. On s'embarque dans des situations des plus cocasses : accoudés avec les derniers survivants au bar du Titanic ou traversant la « mer des soupes » (passage du Tropique des Légumes). Autre lieu, autre époque : dans les années 1950, sous un soleil du mois d'août, on pratique le ski nautique à la rame ou on garde quelques mauvais souvenirs des effets d'un trop plein de sangria gratuite.

  • " le fait que vous lisiez tel genre de littérature aux cabinets et tel autre ailleurs devrait être lourd de sens pour le psychiatre.
    Le fait même que vous lisiez ou que vous ne lisiez pas aux cabinets devrait être lourd de sens pour lui. on ne parle malheureusement pas assez de tels problèmes. on estime que ce que chacun fait aux cabinets ne regarde que lui. il n'en est rien. cela concerne l'univers tout entier. " henry miller.

  • L'art de la curiosité

    Collectif

    • Bayard
    • 7 Octobre 2020

    "J'ai peur que nous ayons les yeux plus grands que le ventre, et plus de curiosité, que nous n'avons de capacité : nous embrassons tout, mais nous n'étreignons que du vent". Montaigne Etymologiquement dérivée de cura, le "soin", la curiosité apparaît tantôt comme un louable désir de connaître, tantôt comme la recherche insatiable de vaines nouveautés ou de vérités hors de portée de la condition humaine.
    Les auteurs rassemblés dans ce petit recueil, de Sénèque à Rousseau, en passant par Voltaire et Montaigne, oscillent en permanence entre un éloge de la "bonne curiosité, celle qui mène à l'apprentissage des sciences naturelles et des sciences de l'homme, et une profonde réflexion sur les limites de la connaissance. Cet appétit de savoir, soupçonné d'être le ferment de l'orgueil et de faire oublier la priorité de la foi, doit être bridé, voire censuré parfois, pour se recentrer sur l'essentiel.

  • Le magasin pittoresque de la litterature francaise Nouv.

  • Ne dites jamais

    Collectif

    À un enterrement, ne dites jamais : « À ton avis, y a des gens qui ont déjà pécho son appart ? Parce que ça m'intéresse... » Dans un tribunal, ne dites jamais : « Franchement, si O. J. Simpson s'en est tiré, t'as pas à t'en faire. » Lors d'un premier rencard, ne dites jamais : « Ça te dérange pas si j'emmène mon fils ? » À votre belle-famille, ne dites jamais : « Votre fils, c'est une bête au lit ! » À un professeur, ne dites jamais : « J'adorerais quitter le boulot à 16 heures tous les jours moi aussi. » Et ne dites jamais, au grand jamais : « Tu ferais mieux de t'asseoir. »

  • Peu de langues ont autant d'injures que le français et de jurons aussi créatifs que les nôtres. Alors pourquoi se limiter à putain, con et merde ? Pourquoi ne pas voyager dans le temps à coup de peine-à-jouir et jean-foutre ? Ou pourquoi ne pas insulter, mais en restant poli, les sales zigotos et autres kékés ? Même si, bien sûr, un bon sale thon ou espèce d'enfoiré fonctionne toujours...
    Une bonne repartie, c'est aussi une insulte bien choisie, alors enrichissez votre vocabulaire grâce à ce recueil de 200 noms d'oiseaux !

  • La Mort par les plantes est bien, comme son sous-titre l'indique, un glossaire des plantes toxiques et de leur utilsation à l'usage du malfaiteur asthénique. Il donne donc bien, très pragmatiquement, les recettes permettant de transformer les plantes en armes. Noms, effets, symptômes, dose minimale, dose létale : on y trouve toutes les informations utiles pour éliminer son prochain. Et à celles-ci s'ajoutent une introduction qui permet de doter tout malfaiteur des outils intellectuels permettant de légitimer son acte ainsi que des études de cas présentées comme réelles...
    La Mort par les plantes doit-il être pris au sérieux (et donc condamné) et envisagé comme l'outil de libération de l'opprimé qu'il prétend être?
    N'est-il qu'une gigantesque blague menée à son extrême? Est-il un outil criminel dissimulé sous le masque de l'ironie? Ou l'inverse? À la fois vrai manuel criminel et satire féroce de tout pouvoir, La Mort par les plantes est de ces livres qui laissent indécis. Et c'est justement cet entre- deux qui fait et sa force et son originalité.

  • L'or de Sipán

    Collectif

    L'or de Sipán est une chasse au trésor organisée sous la forme d'un livre d'énigmes.
    Une statuette en or a été cachée quelque part en France par un mystérieux aventurier. Pour la retrouver, il vous faudra décrypter les énigmes du livre qui vous permettront de localiser l'endroit précis où se trouve la statuette... Il ne vous restera alors plus qu'à la déterrer pour qu'elle vous appartienne ! Alors, prêts à vous lancer dans l'aventure ?!

  • Ce petit livre au style rétro -et au graphisme léché- regorge de maximes, dictons, jeux de mots, réclames publicitaires et autres saillies drolatiques... Fous rire garantis !

    Quand Auguste Derrière et Prunelle de Mézieux reprennent la plume ensemble, c'est pour écrire sur le thème -à la folie- de l'amour...

    Dans ce nouvel opus, ils récoltent ce qu'ils s'aiment : de nouveaux bons mots illustrés : «Mieux vaut rouler une pelle que prendre un râteau», «Les cosmonautes ne pensent qu'à l'orbite», mais aussi des reprises cultes : «La femme s'épile quand l'homme s'efface», «La promise cuitée gâche le mariage», des petites annonces : «Châtelain cherche femme prout-prout amatrice de Pécharmant», ... Sans oublier les célèbres réclames publicitaires pour «Les Miches Libedish» ou «La symphonie en rut majeur».

  • Pourquoi lire

    Collectif

    Pourquoi lire est un livre de lecteurs avant d'être un livre d'écrivains.
    À l'occasion de son soixante-dixième anniversaire, la maison d'édition allemande Suhrkamp a demandé à certains de ses auteurs de répondre à cette question très simple. Les éditions Premier Parallèle ont choisi de reprendre une partie des textes publiés alors et de poursuivre cette initiative en posant la même question à d'autres auteurs. Sur un ton tour à tour personnel ou plus théorique, les auteurs rassemblés ici nous parlent de la lecture de manière inattendue. Souvenir d'enfance qui marquera sa vie d'écrivaine pour Annie Ernaux, nécessité de faire résonner le réel pour Hartmut Rosa, éloge des turbulences littéraires pour Sybille Lewitscharoff, vertus politiques de la lecture à une époque de « modernité régressive » pour Oliver Nachtwey, portrait d'Emma Bovary en « lectrice générique » pour Eva Illouz... Les raisons de lire sont innombrables.
    En voici quinze.

  • Quand on flâne entre les rayons, on oublie souvent que le libraire est là qui nous observe. Et quand l'un d'eux épingle nos bizarreries et nos manies d'une plume malicieuse, il peut en faire un joyeux jeu des sept familles, caustique et cocasse. Vous reconnaîtrez-vous dans un des lecteurs de ce savoureux recueil de portraits et d'anecdotes ?

  • Dans ce premier ouvrage, Curiosités Juridiques compile près de 250 brèves de jurisprudence drôles, inattendues et insolites présentant le droit sous un jour nouveau. Les curieux verront s'y côtoyer des poupées vaudous, des soucoupes volantes, des esprits diaboliques, des films pornographiques et « godes civils », des noms d'oiseaux, des animaux de bassecour, des odeurs corporelles, du goulasch, du beaujolais, Molière, Fort Boyard, Titeuf, Secret Story,... en somme, une compilation de ce qui fait la saveur de notre système judiciaire.

    Curiosités juridiques est à l'origine un cabinet de curiosités dédié au droit proposant des objets et ouvrages insolites. En 2018, une page est créée sur les réseaux sociaux et propose aux curieux de découvrir les décisions les plus étranges et inattendues. C'est l'un des comptes juridiques les plus suivis (regroupant aujourd'hui environ 140.000 abonnés).

    Les fans pourront retrouver dans ce recueil les décisions les plus populaires mais aussi cent cinquante décisions totalement inédites.

  • « Je file à mon déjeuner au Ritz. Je vous laisse gérer la crise, je reviens vers 16 h. » « On a un mégadrame avec un VIP qui refuse de monter dans la voiture parce que c'est une diesel. » « J'avais tellement faim j'ai oublié d'instagrammer mon repas. » « Elle est de quelle origine ?

    Conne. »

  • Le livre du fameux compte Instagram de Tendre Roméo suivi par plus de 80 000 followers.
    Un recueil d'aphorismes à connotations sensuelles largement illustré par Tendre Roméo qui marque l'amour moderne 2.0 et vous fera vibrer.

    Au temps des réseaux sociaux, la poésie n'a pas disparu et Tendre Roméo vous le prouve !

empty