Coups de coeur

  • Lonnie grandit dans le ranch de son grand-père, un éleveur texan à l'ancienne, et dans l'ombre de cow-boys qui perpétuent une certaine tradition. Nous sommes dans les années 1950, et le souvenir de l'Ouest héroïque n'est pas si loin. Sauf qu'on s'ennuie ferme dans cette prairie désormais «civilisée», qui n'offre guère de distractions à un garçon de dix-sept ans. Alors Lonnie rêve. Mais voilà que Hud, fils d'un premier lit de sa grand-mère et redouté des autres hommes, s'en prend à Halmea, une employée noire. Dans ce monde macho, encore ségrégationniste, la violence des rapports humains s'impose brutalement à Lonnie, alors qu'une terrible menace pour le ranch se précise peu à peu.
    Premier roman de Larry McMurtry, Cavalier, passe ton chemin a été adapté au cinéma en 1963 par Martin Ritt avec Paul Newman, sous le titre Le plus sauvage d'entre tous.

    Un coup de coeur de Vivien

    Dans le Texas rural des années 1950, Lonnie est un adolescent nourri aux récits d'un passé glorieux mais révolu. Il s'ennuie ferme dans le ranch de son grand-père... Sauf qu'un vent de bouleversements souffle sur la prairie, et Lonnie va devoir grandir...

    Un premier roman mélancolique, parfois bouleversant, qui laissait déjà présager la future virtuosité de l'auteur. À la fois fort et magnifique !

  • La guerre entre les forces de Véga et Goldorak est un lointain souvenir. Actarus et sa soeur sont repartis sur Euphor tandis qu'Alcor et Vénusia tentent de mener une vie normale. Mais, des confins de l'espace, surgit le plus puissant des golgoths : l'Hydragon. Alors que le monstre de l'ultime Division Ruine écrase les armées terriennes, les exigences des derniers représentants de Véga sidèrent la planète : sous peine d'annihilation totale, tous les habitants du Japon ont sept jours pour quitter leur pays et laisser les envahisseurs coloniser l'archipel. Face à cet ultimatum, il ne reste qu'un dernier espoir... Goldorak.

    Un coup de coeur d'Isabelle

    Là haut, là haut, très loin dans l'espace ? Oui, mais pas que ! Une superbe BD de science fiction qui est loin, très loin de la madeleine ou de l'objet de marketing opportuniste. Scénario parfait, dessins et mise en page superbes, merci Xavier Dorison, Denis Barjam, Brice Cossu et Yoann Guilo. Et merci Goldorak...

  • « Ce sentiment d'appartenance comme un joyau et une blessure, de celles qui viennent de loin. De générations humiliées, de populations déplacées, massacrées. Je suis corse, sò corsa, je le clame, je le chante, je le soupire. Je le porte en étendard, en oeillères, parfois, en mot d'amour, toujours. C'est ce qui me constitue, ma colonne vertébrale, ne faisant pas l'économie des clichés : brune, petit format, traits à la serpe, yeux noirs, souvent vêtue de noir, caractère trempé. Quelle est la part de la génétique et celle de l'effort à coller à l'image du mythe ? ».
    Être ou ne pas être Corse, telle est la question posée dans cet objet littéraire pluriel - comme peut l'être la définition d'une identité. Après On ne peut pas tenir la mer entre ses mains, Laure Limongi aborde son lien avec cette île à la culture si singulière, en mêlant histoire, entretiens, fiction et passages autobiographiques.
    Enquêtes personnelle et collective se superposent pour illustrer le ressenti des Corses insulaires et de ceux de la diaspora quant à leurs racines, leur langue, leur culture, leur perception des poncifs sur l'île : ils sont à double tranchant, entre le rejet méprisant des insulaires tenant d'une forme de racisme et la fascination pour un ailleurs si proche et sa beauté sauvage, ainsi transformé en exclusif lieu de loisirs. Revenant sur l'histoire contemporaine, Laure Limongi explique la constitution du stéréotype du Corse fraudeur et violent après la Seconde Guerre mondiale, sur fond de désastre écologique, de bouleversements politiques et de revendications sociales. Et l'on retrouve Laví Benedetti, personnage fort en gueule et attachant du précédent livre, dont le destin est ici éclairé par les dérives des combats de son époque.
    Ton coeur a la forme d'une île nous emporte dans une traversée qui lève nos préjugés à mesure que l'on découvre une histoire méconnue. Une magnifique réflexion sur la notion d'identité comme un feuilletage mouvant, ouvert à l'altérité, et non un carcan sclérosant fermé sur ses traditions.

    Un coup de coeur d'Isabelle

    Entre récit et essai, Laure Limongi s'interroge sur les notions d'identité , d'insularité, fait voler en éclats préjugés et divers poncifs et vient éclairer nombre de problématiques corses. Bien plus qu'un livre, une traversée passionnée et passionnante.

  • En juin 2019, Étienne Davodeau entreprend, à pied et sac au dos, un périple de 800 km, entre la grotte de Pech Merle et Bure. Des peintures rupestres, trésors de l'humanité encore protégés aux déchets nucléaires enfouis dans le sous-sol, malheur annoncé pour les espèces vivantes. Étienne Davodeau, sapiens parmi les sapiens, interroge notre rapport au sol. Marcheur-observateur, il lance l'alerte d'un vertige collectif imminent et invite à un voyage dans le temps et dans l'espace.
    De quelle planète les générations futures hériteront-elles ? Qu'allons-nous laisser à celles et ceux qui naîtront après nous ? Comment les alerter de ce terrible et réel danger pour leur survie ? Il est de notre responsabilité collective d'avancer sur les questions énergétiques pour protéger la « peau du monde ».
    Dans cette marche à travers la France, il est parfois accompagné d'amis, de sa compagne, mais aussi de spécialistes, qu'il convoque sur ces sentiers pour qu'ils nous racontent l'histoire unique du sol de notre planète, ou encore celle du nucléaire et de ses déchets, dangereux pendant plusieurs centaines de milliers d'années.
    À la marge du témoignage et du journalisme augmenté, le Droit du sol marque le grand retour d'Étienne Davodeau à la bande dessinée de reportage.

    Un coup de coeur d'Eric

    Une nouvelle BD-reportage de Davodeau parfaitement réussie, une réflexion sur l'héritage que vont laisser les hommes d'aujourd'hui aux générations futures.

  • Chargé de protéger le président d'un syndicat infiltré par la mafia à New York, John Blacksad va mener une enquête qui s'avèrera particulièrement délicate... et riche en surprises. Dans cette histoire pour la première fois conçue en deux albums, nous découvrons à la fois le quotidien des travailleurs chargés de la construction du métro dans les entrailles de la ville, mais également la pègre et le milieu du théâtre, contraste absolu entre l'ombre et la lumière, le monde d'en bas et celui d'en haut incarné par l'ambitieux Solomon, maître bâtisseur de New York. Le grand retour de la série star de la bande dessinée !

  • Enfin un ouvrage exhaustif pour tous les amateurs de jambons et saucissons ! Entièrement illustré par des infographies et commenté, cet ouvrage recense jambons, saucissons et autres salaisons issus de races porcines, mais également bovines ainsi que d'autres races plus surprenantes. Pour chacun d'entre eux, une notice précise :
    - L'histoire du produit.
    - Le lieu de la fabrication.
    - La technique de fabrication.
    On y trouve également des rubriques pour :
    - devenir incollable sur le cochon, mais pas seulement !
    - reconnaître les différents types de jambons et saucissons.
    - comment les déguster pour les apprécier au mieux.
    - Avec en plus une cartographie inédite répertoriant les terroirs et territoires du jambon et du saucisson.

    Un coup de coeur de Brigitte

    Tout ce que vous voulez savoir sur les jambons et saucissons : techniques, provenances, recettes, accords.. Une thématique rarement étudiée qui ravira les grands amateurs et fera découvrir de nouvelles variétés tant la liste est longue!

  • Ouvrage pratique et promenade littéraire, ce livre explore l'univers énigmatique et charmant de la gourmandise chez la comtesse de Ségur, à travers des recettes simples ou sophistiquées.
    De Voronovo, sa demeure d'enfance russe, au faubourg Saint-Germain, où elle recevait tous les jeudis, en passant par sa propriété normande des « Nouettes », la comtesse de Ségur se révèle ici, non pas grand-mère « fouettarde », mais femme aimant passionnément la vie et en particulier ses plaisirs gastronomiques.
    Cette « cuisine modèle » illustre l'art de vivre selon Sophie Rostopchine. A ses côtés, partageons le quotidien en compagnie des enfants, petits-enfants, gendres, cousins, amis, cuisiniers, jardiniers, mais aussi tout ce qui fait l'extrême charme d'un monde unique : les promenades à âne, les secrets d'un bon pique-nique, les règles diététiques, les jeudis parisiens avec leur délicieuse fantaisie et leurs modèles culinaires.

    Un coup de coeur de Brigitte

    Un joli format de poche illustré noir et blanc présentant tour à tour des recettes, des menus de l'époque, des fiches techniques et des extraits des "Petites filles modèles". Quand la nostalgie de l'enfance s'empare de nous !

  • Que faire de son sapin lorsque Noël est passé ? Et pourquoi ne pas l'utiliser en cuisine ?! 30 recettes sucrées et salées faciles à mettre en oeuvre et originales. Ce livre est aussi l'occasion de s'interroger sur l'impact écologique de Noël et de l'utilisation massive de son emblème, le sapin.

    Un coup de coeur de Brigitte

    Un titre drôle, un livre original et éco-responsable qui propose des recettes de sapins de Noël(comestibles, biensûr!) avec les précautions à prendre. Une vraie curiosité !

  • C'était en janvier 2003.
    Dans notre boîte aux lettres, au milieu des traditionnelles cartes de voeux, se trouvait une carte postale étrange.
    Elle n'était pas signée, l'auteur avait voulu rester anonyme.
    L'Opéra Garnier d'un côté, et de l'autre, les prénoms des grands-parents de ma mère, de sa tante et son oncle, morts à Auschwitz en 1942.
    Vingt ans plus tard, j'ai décidé de savoir qui nous avait envoyé cette carte postale. J'ai mené l'enquête, avec l'aide de ma mère. En explorant toutes les hypothèses qui s'ouvraient à moi. Avec l'aide d'un détective privé, d'un criminologue, j'ai interrogé les habitants du village où ma famille a été arrêtée, j'ai remué ciel et terre. Et j'y suis arrivée.
    Cette enquête m'a menée cent ans en arrière. J'ai retracé le destin romanesque des Rabinovitch, leur fuite de Russie, leur voyage en Lettonie puis en Palestine. Et enfin, leur arrivée à Paris, avec la guerre et son désastre.
    J'ai essayé de comprendre comment ma grand-mère Myriam fut la seule qui échappa à la déportation. Et éclaircir les mystères qui entouraient ses deux mariages. J'ai dû m'imprégner de l'histoire de mes ancêtres, comme je l'avais fait avec ma soeur Claire pour mon livre précédent, Gabriële.
    Ce livre est à la fois une enquête, le roman de mes ancêtres, et une quête initiatique sur la signification du mot « Juif » dans une vie laïque.

  • Quel est le point commun entre la peur du vide, les doutes existentiels, et le sublime des paysages de montagne ? Une même fragilité de notre relation au monde : le vertige. Ce récit d'une ascension dans le massif du Mont-Blanc, où se côtoient les plus diverses formes de la perception, propose une philosophie du vertige portée par une langue vive et lumineuse. Après La Vie solide, Arthur Lochmann continue d'explorer notre rapport à la matière et au sensible pour éclairer les instabilités contemporaines.
    Et retrouver notre ancrage dans le monde.

    Un coup de coeur d'Hélène

    Au cours de l'ascension d'un massif du Mont-Blanc, Arthur Lochmann nous emmène dans l'exploration de la notion de vertige. Le récit de l'ascension devient le fil conducteur d'une réflexion philosophique sur le vide, la perception, sur nos peurs et comment les sublimer. Au cours de la randonnée, vous croiserez forcément quelques grands philosophes pour vous guider ! Lochmann confirme son talent avec ce deuxième essai. À lire

  • Gazelle théorie

    Ines Orchani

    • Fayard
    • 1 Septembre 2021

    Ils m'appellent « gazelle », et je me sens blessée. Je ne suis pas un animal. Je ne suis pas une chose. Je ne suis pas une image. Je ne suis pas une proie. De l'insulte « nègre » Césaire a fait la Négritude.Du gazellage je m'apprête à faire Gazelle Théorie.Ceci est un manifeste. Ceci est un témoignage. Ceci est un coup de colère, et une mise en lumière.I.O. Dans un livre inclassable qui emprunte aussi bien à l'essai qu'au récit, à la politique qu'à la poésie, Ines Orchani explore à la première personne un féminin méconnu, décrivant librement l'expérience des codes - et de leur transgression -, des stratégies, des croyances et des sexualités. Les femmes qu'on y croise, gazelles et rebelles, incarnent un féminisme non occidental, un féminisme du secret et du courage, où les intentions l'emportent sur la forme. Dans l'élan créé par Virginie Despentes avec King Kong Théorie, Ines Orchani donne à entendre les voix d'un féminisme-monde. Romancière, poétesse, traductrice, Ines Orchani vit entre ses deux pays, la France et la Tunisie, et écrit en deux langues, à la rencontre des pôles.

    Un coup de coeur d'Hélène

    Ines Orchani nous livre tout en finesse un très beau texte qui explore la question du double, la culture et ses coutumes, mais surtout la place de la femme (en Tunisie puis en France).  Une réflexion profonde, sensible, empreinte de philosophie et de poésie.  Une très belle découverte, un énorme coup de coeur !

  • Syrie.
    Un vieil homme rame à bord d'une barque, seul au milieu d'une immense étendue d'eau. En dessous de lui, sa maison d'enfance, engloutie par le lac el-Assad, né de la construction du barrage de Tabqa, en 1973.
    Fermant les yeux sur la guerre qui gronde, muni d'un masque et d'un tuba, il plonge - et c'est sa vie entière qu'il revoit, ses enfants au temps où ils n'étaient pas encore partis se battre, Sarah, sa femme folle amoureuse de poésie, la prison, son premier amour, sa soif de liberté.

    Un coup de coeur de Géraldine

    SUBLIME chant d'amour, de mémoire et d'espoir d'un vieux poète syrien, voguant et plongeant dan les eaux d'un lac artificiel qui a englouti le village de son enfance. Une lecture en apnée d'une grande puissance grâce à la poésie et à la fluidité de l'écriture en vers libres. Encore une preuve que la Littérature reste un espace essentiel de liberté contre la tyrannie.

  • Résumé : « J'entends des pas derrière moi. Des pas qui claquent sur le bitume. Depuis le dernier carrefour, c'est sûr. Je ne rêve pas. Quelqu'un me suit. Tic-tic-tic-tic. TAC TAC. Je vais crever d'une crise cardiaque. Le type doit porter des talonnettes ou des chaussures de vieux, genre mocassins. » Dina, une adolescente de 16 ans, rentre chez elle à pied après une soirée. Elle est seule, il fait nuit, il fait froid et il pleut. Elle marche le plus vite possible mais a le sentiment d'être suivie et ses pensées s'affolent : Pourquoi est-elle rentrée seule ? Qui veut s'en prendre à elle ? Et surtout, pourquoi a-t-on toujours peur quand on est une fille ?

    Quand on veut, où l'on veut ! 1 roman, 3 versions. Avec ce livre, vous pouvez écouter la version audio et lire la version numérique gratuitement via l'appli Nathan Live. Des récits initiatiques intenses et percutants, qui racontent un moment-charnière de la vie d'un ou d'une ado d'aujourd'hui.

    Un coup de coeur de Julie

    Vous les entendez, ces pas derrière vous quand vous rentrez seule soir ? Vous accélérez, évitant les silhouettes croisées au fil de votre trajet, pensant inconsciemment à ce qu'il pourrait vous arriver dans ces rues que pourtant vous connaissez... Un roman essentiel, à mettre entre toutes les mains.

  • L'âme du fusil

    Elsa Marpeau

    Depuis qu'il est sans travail, Philippe passe ses journées à attendre. Attendre que Lucas, son fils de seize ans, rentre du lycée, attendre que sa femme termine sa journée de travail. Il n'y a guère que les dîners du dimanche avec ses copains du hameau, la chasse et la perspective d'y initier son fils qui rompent le fil des jours.
    Lorsque Julien, un Parisien venu se terrer dans la maison d'en face, débarque, la vie de Philippe bascule. Il se met à épier ce voisin qui le fascine et l'obsède, cherche à le faire accepter de son entourage qui s'en méfie.
    Tout au bonheur de se sentir à nouveau vivant et utile, et d'exister pour son fils et ce voisin novice, Philippe ne voit pas poindre le drame.

    Un coup de coeur de Maëliss

    À travers une lettre que Philippe écrit à son neveu Pierre, c'est une communauté rurale qui nous est dévoilée. Un très beau roman noir, sur des hommes qui ne sont ni des héros ni des salauds mais seulement des êtres en proie à leurs passions, leurs faiblesses, leurs peurs, leurs obsessions et surtout à leur humanité. C'est tendre, c'est sombre, sans concession mais c'est surtout plein de nuances. À lire d'une traite !

  • Mon mari

    Maud Ventura

    Un premier roman drôle et féroce sur le face-à-face conjugal.

    C'est une femme toujours amoureuse de son mari après quinze ans de vie commune. Ils forment un parfait couple de quadragénaires : deux enfants, une grande maison, la réussite sociale. Mais sous cet apparent bonheur conjugal, elle nourrit une passion exclusive à son égard. Cette beauté froide est le feu sous la glace. Lui semble se satisfaire d'une relation apaisée : ses baisers sont rapides, et le corps nu de sa femme ne l'émeut plus. Pour se prouver que son mari ne l'aime plus - ou pas assez - cette épouse se met à épier chacun de ses gestes comme autant de signes de désamour. Du lundi au dimanche, elle note méthodiquement ses « fautes », les peines à lui infliger, les pièges à lui tendre, elle le trompe pour le tester. Face aux autres femmes qui lui semblent toujours plus belles, il lui faut être la plus soignée, la plus parfaite, la plus désirable.
    On rit, on s'effraie, on se projette et l'on ne sait sur quoi va déboucher ce face-à-face conjugal tant la tension monte à chaque page. Un premier roman extrêmement original et dérangeant.

    Un coup de coeur de Maëliss

    Notre narratrice ne vit que par son mari et semble vouloir être toujours plus aimée par celui-ci. Pour cela, "contrôle" et "précision" sont les maîtres mots du quotidien dans ce roman où les pages défilent avec toujours plus d'intensité. Et vous, jusqu'où iriez-vous par amour ?

  • Son empire

    Claire Castillon

    « Il la kidnappe. Comme un tour de magie. Je perds ma mère. J'ai sept ans.
    Il faut voir comment ça se passe. Le déroulement. Heure par heure. C'est intense. Ma mère est pourtant sur des rails. Je me la rappelle très bien à ce moment-là, qui trace, voûtée parfois, toujours à la besogne, comme une machine en quelque sorte. Et soudain, le choc. Il l'expédie ailleurs. Il la prend, il la vide, il se met dedans et il ne ressort jamais. » Une femme rencontre un homme qui prétend l'aimer. Sa fille observe, impuissante, la prise de pouvoir progressive de cet homme jaloux, menteur, obsessionnel, voleur et paranoïaque, sur l'esprit de sa mère subjuguée.
    Dans ce roman inquiétant, à l'humour glacial, Claire Castillon excelle à disséquer les contradictions de la femme et la perversité de l'homme qui la manipule, tenant le lecteur sous le regard ambivalent de la fillette, témoin de l'effondrement de sa mère.

    Un coup de coeur de Lucie

    L'effondrement d'une femme sous l'emprise d'un homme qui prétend l'aimer, vu à travers les yeux d'une jeune fille de huit ans, quoi de plus poignant ? La plume glaciale de l'autrice renforce le sentiment inquiétant de cette relation toxique mêlé à l'innocence de l'enfance.

  • "Je voulais qu'il change. Qu'il s'en sorte. Qu'il arrête de voler et qu'il devienne champion olympique. Je rêvais. Je refusais de voir une réalité que pourtant il ne me cachait pas".
    De chaque côté du parloir de la prison, deux hommes se dévoilent. L'un, Mathieu Palain, est devenu journaliste et écrivain alors qu'il se rêvait footballeur. L'autre, Toumany Coulibaly, cinquième d'une famille de dix-huit enfants, est un athlète hors normes et un braqueur de pharmacies. Champion le jour, voyou la nuit : il y a une "énigme Coulibaly" que Mathieu Palain tente d'éclaircir autant qu'il s'interroge sur lui-même.
    "L'enfermement, l'amitié et la délinquance, pourquoi certains s'en sortent et d'autres pas. J'ai longtemps tourné autour de ces obsessions. Et puis j'ai rencontré Toumany."

    Un coup de coeur de Géraldine

    Une force incroyable émane de ce nouveau texte de Mathieu Palain. C'est sincère, captivant, émouvant, écrit avec les tripes, plein d'espoir et d'humanité. Une vraie réussite !

  • À quinze ans, Dominique se voyait déjà promener ses presque deux mètres à travers la campagne vosgienne sur une Peugeot 103 orange. Il a fait beaucoup d'efforts pour l'avoir à Noël et en finir ainsi avec la série des Noël pourris. Il y a cru, il a été très déçu. La déception est d'ailleurs une constante dans la vie familiale chaotique de Dom. La déception entre autres choses. De là à en déduire que la suite des événements en découle, il n'y a qu'un pas. Quelques pas pour être précis. Un foyer pour ados sorti d'un méchant conte de fée. Une vie de jeune père guère épanouissante. Une vie maritale en berne. Une séance de ciné qui vire au pugilat. Une baignade mouvementée. Des retrouvailles du troisième type dans les bois. Et deux soeurs aussi féroces qu'attachantes.
    Accrochez-vous.

    Un coup de coeur de Géraldine

    Un roman qui va plus vite qu'une mobylette, des scènes hilarantes à tomber de sa chaises (ça m'est arrivé) et un style très piquant carrément savoureux ! LE premier roman de la rentrée littéraire à ne surtout pas manquer.

  • Est-ce la vie qui cre´e le hasard, ou l'inverse ?

    Parce que son voisin, comme le fruit d'un arbre, est tombe´ raide mort a` l'arre^t Popincourt, Pierre se retrouve a` errer sur la ligne du bus 69. « Fanto^me urbain », comme il se de´finit lui-me^me, c'est un type plus tre`s jeune et pas encore tre`s vieux qui cherche des re´ponses dans de grands verres de lait glace´.

    De laverie automatique en comptoir de bar kabyle, la liberte´ guide ses pas. Fumer des cigarettes avec les tapins de la rue Blondel, monter une mayonnaise pour une ce´le`bre actrice sur le retour, appeler sa lle Trieste et se rappeler Venise... tout fait aventure quand on regarde bien et qu'on ne regrette rien.

    Ne pas faire grand-chose : voila` l'extraordinaire.

    Un coup de coeur de Géraldine

    Pour notre plus grand plaisir de lecture, nous retrouvons l'univers poétique, ironique et plein d'humanité de l'excellent Florent Oiseau. L'auteur sait fort bien décrire les petits riens du quotidien, nos contradictions, nos angoisses, sur un ton doux-amer teinté d'une bonne dose d'humour noir. On aime rire de toutes ces anecdotes qui nous éclairent sur le fait que le bonheur est là, à notre portée, tout simplement.

  • Artifices

    Claire Berest

    Abel Bac, flic solitaire et bourru, évolue dans une atmosphère étrange depuis qu'il a été suspendu. Son identité déjà incertaine semble se dissoudre entre cauchemars et déambulations nocturnes dans Paris. Reclus dans son appartement, il n'a plus qu'une préoccupation : sa collection d'orchidées, dont il prend soin chaque jour.
    C'est cette errance que vient interrompre Elsa, sa voisine, lorsqu'elle atterrit ivre morte un soir devant sa porte.
    C'est cette bulle que vient percer Camille Pierrat, sa collègue, inquiète de son absence inexpliquée.
    C'est son fragile équilibre que viennent mettre en péril des événements étranges qui se produisent dans les musées parisiens et qui semblent tous avoir un lien avec Abel.
    Pourquoi Abel a-t-il été mis à pied ?
    Qui a fait rentrer par effraction un cheval à Beaubourg ?
    Qui dépose des exemplaires du Parisien où figure ce même cheval sur le palier d'Abel ?
    À quel passé tragique ces étranges coïncidences le renvoient-elles ?
    Cette série de perturbations va le mener inexorablement vers Mila. Artiste internationale mystérieuse et anonyme qui enflamme les foules et le milieu de l'art contemporain à coups de performances choc.
    Pris dans l'oeil du cyclone, le policier déchu mène l'enquête à tâtons, aidé, qu'il le veuille ou non de Camille et d'Elsa.

    Le nouveau roman de Claire Berest est une danse éperdue, où les personnages se croisent, se perdent et se retrouvent, dans une enquête haletante qui voit sa résolution comme une gifle.

    Un coup de coeur de Maëlis

    C'est avec joie et fascination que le lecteur fait la connaissance d'Abel et Mila. L'un est un policier en chute libre, l'autre une artiste qui veut marquer d'un grand coup la fin de sa carrière artistique... Construits comme les deux faces d'une même pièce, ces deux personnages se débattent, chacun à sa manière, avec un passé qui les tourmentent... jusqu'à ce que tous les masques tombent ! Que vous connaissiez l'auteur ou non, Artifices ne peut pas vous laisser indifférent. Du grand art !

  • Paul Vivienne a tout vendu. Le commissaire-priseur a dispersé des palais entiers, des bols en argent, des vieux machins que l'on fait briller depuis des siècles. Aujourd'hui, la partie lui échappe. Il ne maîtrise ni les réseaux sociaux ni les enchères en ligne. Paul Vivienne rejoint ses ombres. Jusqu'à ce qu'il découvre un mystérieux retable au fin fond d'une chapelle toscane. Vivienne le désabusé a une épiphanie : il tient son dernier coup.
    Un tableau d'église, vraiment ? A l'heure où l'on s'arrache les Koons et les Basquiat ? Pour s'offrir une dernière gloire, ou peut-être pour séduire la redoutable experte à ses côtés, il lui faut à tout prix identifier ce maître inconnu de la Renaissance. Alors que l'obsession dévore Vivienne, le tableau prend son indépendance.

    Un coup de coeur de Vivien

    Paul Vivienne est un commissaire-priseur de légende. Il a traversé toutes les évolutions du monde de l'art. Mais la dernière, le numérique, le relègue au rang de dinosaure ! Puis il découvre une toile qui pourrait bien secouer jusqu'aux fondations de l'histoire de l'art... Une enquête passionnante qui dévoile les tractations et les influences d'un milieu aussi complexe que fascinant. Un régal de premier roman, vous serez envoûtés du début à la fin !

  • Ce qu'il nous faut de remords et d'espérance est la chronique d'une tragédie politique, sociale et familiale. Ses personnages, deux demi-frères que tout oppose, sont le miroir de nos haines mais aussi de notre résilience et de notre capacité à nous dresser face à l'injustice. À l'heure où les réseaux sociaux servent de catalyseurs aux jugements hâtifs et de simulacre de vérité à l'opinion publique, l'auteur nous met en garde contre nos propres dérives, en appelant à notre humanité. C'est aussi un livre de tous les combats et de toutes les victimes, qu'il s'agisse d'abus sexuels ou de délits de mauvaise gueule.
    Céline Lapertot mène avec un souffle romanesque magistral cette tragédie contemporaine et nous offre un livre coup de poing, criant de vérité.

    Un coup de coeur d'Isabelle

    Du rétablissement de la peine de mort à l'ère de la quasi dictature des réseaux sociaux... Céline Lapertot analyse et décortique notre époque, et ça va faire mal... Un roman noir percutant et lucide.

  • Anna Gauthier mène une existence à l'abri des tourments entre sa pharmacie, sa villa surplombant la mer et sa famille soudée.
    Dans un climat social inflammable, un incident survient et son fils Léo, lycéen sans histoire, se retrouve aux prises avec la justice. Anna assiste impuissante à l'écroulement de son monde, bâti brique après brique, après avoir mesuré chacun de ses actes pour en garder le contrôle.
    Qu'advient-il lorsqu'un grain de sable vient enrayer la machine et fait voler en éclats les apparences le temps d'un été ?

    À travers un portrait de femme foudroyant d'intensité et d'émotion, Un tesson d'éternité remonte le fil de la vie d'Anna et interroge en un souffle la part emmurée d'une enfance sacrifiée qui ne devait jamais rejaillir.

    Un coup de coeur d'Isabelle

    Un magnifique portrait de femme et de mère, qui analyse avec finesse le déterminisme social. L'enfance est parfois un pays dont on ne revient jamais...

  • Ce n'est pas vraiment une ville, plutôt une sorte de village de pêcheurs aux maisons d'un étage, en bois peint de couleurs vives, nichées au creux d'un bras de mer qui s'enfonce comme une langue, à l'extrême nord de la Norvège. C'est là que tout commence, ou plutôt que tout semble finir. Ça a débuté avec l'accident sur la plateforme pétrolière, de l'autre côté du chenal. Ça continue avec cette fissure qui menace le glacier, ces poissons qu'on retrouve morts. Quel est le lien entre tous ces événements ? C'est en tant qu'ingénieur que Noah, enfant du pays, va revenir et recroiser la route de trois de ses anciens amis, comme au temps où il était le maître de leurs jeux de rôles, Sigurd, du nom de cette maudite plateforme.

    Un coup de coeur d'Isabelle

    L'apocalypse selon Thomas B. Reverdy... Ne passez-pas à côté de ce roman original et foisonnant tout à la fois thriller dans le Grand Nord, récit mythologique, roman d'aventures et essai écologique. Bluffant !!

empty